Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKittie › Spit

Kittie › Spit

cd | 12 titres | 37:20 min

  • 1 Spit
  • 2 Charlotte
  • 3 Suck
  • 4 Do You Think I'm A Whore
  • 5 Brackish
  • 6 Jonny
  • 7 Trippin'
  • 8 Raven
  • 9 Get Off (You Can Eat A Dick)
  • 10 Choke
  • 11 Paperdoll
  • 12 Immortal

line up

Morgan Lander (chant), Fallon Bowman (guitare, chœurs), Tanya Candler (basse), Mercedes Lander (batterie, chœurs)

Musiciens additionnels : DJ Dave (loops sur "Brackish")

chronique

Styles
neo metal
Styles personnels
kornichons

Les femmes m'ont fait du mal... Pas seulement avec des assiettes ou autre projectile improvisé, s'entend. Non : Corbacounet n'a eu gros bobo dans ce petit coussin lourd, là, juste là, où ça fait boum-boum plus fort quand on sirote trop de caoua. Il fût d'abord sensibilisé par la violence du nu-metal girlie, dans la fleur de sa puberté. Alors quand il retrouve au fond du grenier familial cet album "parental advisory explicit lyrics" des canadiennes Minou, skeud emblématique de ses quatorze ans, ben ça lui fait un petit pincement... Des madeleines rassies remontent soudain, comme dans Amélie Purin... Je me rappelle qu'aux très distinguées Liaisons Dangereuses version Glenn Close-Malkovitch imposées par la prof de français, je préférais de loin une VHS de Sexe Intentions (Cruel Intentions en V.O., mais "Sexe" c'est plus vendeur que "Cruel") pour des raisons éminemment cinéphiles. Confessions intimes. Ce souvenir de Sarah Michelle en cours pratique de galochage avec Selma se confond presque aux premiers frissons de désir pour ma cousine... Ah, parce que j'oubliais l'essentiel : j'ai grandi à la campagne, la vraie campagne, sans bâtiment de plus de deux étages, mais avec des gros bouts de champ et de forêt un peu partout, et des gens que vous croisez qui vous connaissent tous. Et Kittie aussi elles y ont grandi, ça s'entend. Du moins c'est comme ça que je les imagine. Des vraies p'tites bourrines du patelin les bougresses. Chanteuse graou-ouin-ouin, gratteuses pugnaces, batteuse Tefal et tout, production "cracralibrée" signée GGGarth Richardson. "Korn au féminin", c'est comme ça qu'on vendait Kittie dans la presse rock au tournant du Millenium, en essayant de propulser le single "Brackish" avec son onomato-rap supra-rapide qui fronce les sourcils, aussi fin que le collier à piquants imprimé sur le CD. C'est bien ça ouais, des Kornettes, même si elles ont pas tout pompé à Korn (et tentent d'en imiter les sonorités bizarroïdes). Ou alors j'me souviens mal et c'était "Slipknot au féminin", j'sais plus, mais du coup y manque les masques... Mais pas le côté bourrin très prononcé (ça vocalise pas mal façon "midinette l'index appuyé sur la lèvre inférieure" aussi hein, rassurez-vous les pervers). Avec un côté assez raw quand même, contrairement à tant de clones neo qui sentent juste le déo. L'amateurisme est plutôt agréable. J'y trouvais naguère un petit goût de reviens-y, à ce Spit, à l'image de la chanteuse avec son ossature de menton qui doit forcément jouer sur l'aérodynamisme de ses beuglantes. Et puis la prognathie modérée, ça peut avoir un petit côté sexy. Kittie, elles posaient d'ailleurs sapées cagoles goth-grunge, dans leur livret, sur la pochette, pour vendre sa camelote la bonne vieille combine marchera toujours. Avant-goût sur papier glacé des ces métalleuses allumeuses qui proliféreraient dix-quinze ans plus tard sur Youtube (vous savez ces bimbos "virtuoses" qui reprennent au taquet et en tenue bien moulante votre groupe de metal culte, avec en-dessous de leur vidéo 99% de commentaires élogieux de mecs purement intéressés par la technique). Tiens v'là encore une madeleine toute rance qui remonte, burp, j'me souviens que j'hésitais à élire ma Kittie préférée en parcourant ce livret, un peu comme ma sœur avec ses Spice Girls. Y a cette Kittie qui me faisait penser à Jess, ma voisine en cours d'anglais, qui se prenait pour Alizée mais qui ressemblait juste à une meuf qui s'appelle Jess. Elle finira avec Jordan, le zonard fringué en Bullrot qui écoutait Mass Hysteria (et qui avait un crush sur Océane). R.I.P. 1999-2000 : la parité était encore un âpre combat en ces temps reculés... "Me prends-tu pour une pute ?" - "je ne suis pas ta POUPÉE DE PAPIER". Hola, hola ! Haro sur le clit-bull ! Calmez votre violence, sœurs Lander, ou je ne réponds de rien ! Comme des Suicide girls gavées au Despentes, ça vrombit de colère... Enfin j'me moque, mais c'est pas plus ridicule que chez leurs équivalent mecs, en fait. Malgré mes craintes initiales à sa réécoute, ce p'tit Spit est... OK, tout à fait oubliable, mais largement aussi écoutable que bien des seconds couteaux de la vague Riot grrrl ; ça passe crème à côté du Papa Roach que Rock Sound ont essayé de me refourguer à l'époque dans leur sampler je sais plus combien. "Charlotte" ou "Suck" on un petit quelque chose de sensuel-glauquasse, à la Kornette grunge, "Paper Doll" est relevée par un feeling stoner de très bon aloi, "Get off (you can eat a dick)" aussi ambigüe que son intitulé, "Jonny" est coquine, et "Raven" est relou. Les riffs prolo-parpaing font l'taf et la beuglante est choute, voilou. C'est compact et c'est un peu sale, comme mon exemplaire CD. Bizarre d'ailleurs, ces pages du livret qui sont collées entre elles... J'ai pourtant toujours été soigneux avec mes disques moi, scrogneugneu.

note       Publiée le jeudi 16 janvier 2020

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

partagez 'Spit' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Spit"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Spit".

ajoutez une note sur : "Spit"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Spit".

ajoutez un commentaire sur : "Spit"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Spit".

born to gulo › jeudi 16 janvier 2020 - 19:23  message privé !

Sinon puisque c'est le topic hot du moment : on fait encore du très bon neo de nos jours, comme l'album de Varials, soit Will Haven qui prend Suicide Silence dans l'octogone, avec Anselmo et Moreno comme arbitres.

yog sothoth › jeudi 16 janvier 2020 - 15:35  message privé !
avatar

et Défenestration -> https://www.youtube.com/watch?v=TWpr_vJ_RvY

No background › jeudi 16 janvier 2020 - 13:38  message privé !

Chro vie bien sympa quand on a eu à peu près le même âge à l'époque (j'avais vu Sexe intentions juste parce qu'il y avait "Buffy" dedans...). "Brackish" et "Charlotte" tournaient bien dans l'émission "metal" d'MTV mais j'ai jamais accroché. Dans le genre chanteuse qui gueule, y avait aussi le clip "Blood pigs" d'Otep.

sol740 › jeudi 16 janvier 2020 - 12:34  message privé !

J'avais trouvé ça pas mal à l'époque. Je trouvais que ça sonnait plus "métal" que les autres groupes estampillés néo-métal, et j'aimais bien les gothopouffes.

Note donnée au disque :       
Rastignac › jeudi 16 janvier 2020 - 12:32  message privé !
avatar

Vues en concert en première partie de Slayer (!) , sur scène ça ressemblait plus à un petit groupe qu'à une grosse machine comme Slipknot vu que c'est cité dans la chronique ; quelques remarques désobligeantes de la part de certains membres du public avaient pu mettre à l'épreuve leur sens de la confrontation. Avec l'aide de la sécurité. Sinon, cédunéo. (et j'ai vu des photos de leur bled. C'est plutôt "la ville à la campagne", comme ces banlieues presque parisiennes au milieu des champs ou de bois). PS : boudiou, elles ont sorti un album en 2018 ! Je croyais que c'était mort depuis...