Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMM.O.D. › U.S.A. for M.O.D.

M.O.D. › U.S.A. for M.O.D.

détail des votes

Membre Note Date
taliesin      jeudi 9 janvier 2020 - 19:58
The Gloth      lundi 13 janvier 2020 - 13:43
Dead26      jeudi 9 janvier 2020 - 18:15
GrahamBondSwing      samedi 25 avril 2020 - 23:41
Rastignac      jeudi 9 janvier 2020 - 17:15

cd • 23 titres • 43:11 min

  • 1Aren't You Hungry03:26
  • 2Get a Real Job02:10
  • 3I Executioner02:31
  • 4Don't Feed the Bears01:03
  • 5Ballad of Dio00:12
  • 6Thrash or Be Thrashed00:52
  • 7Let Me Out01:40
  • 8Bubble Butt00:43
  • 9You're Beat02:15
  • 10Bushwackateas00:20
  • 11Man of Your Dreams03:40
  • 12That Noise00:13
  • 13Dead Man / Most / Captain Crunch03:30
  • 14Jim Gordon02:40
  • 15Imported Society01:46
  • 16Spandex Enormity05:28
  • 17Short but Sweet00:07
  • 18Parents01:40
  • 19Confusion / You're X'ed02:49 [Reprise de The Faith]
  • 20A.I.D.S.02:00
  • 21Ruptured Nuptuals00:14
  • 22Ode to Harry01:32
  • 23Hate Tank02:20

enregistrement

Enregistré et mixé en 4 jours par Alex Perialas au Pyramid, Ithaca, New York. Produit par Alex Perialas et Scott Ian.

line up

Billy Milano (voix), Ken Ballone (basse, chœurs), Tim McMurtrie (guitare, chœurs), Keith Davis (batterie)

Musiciens additionnels : Alex Perialas (voix), Scott Ian (guitare, voix)

remarques

Sorti en vinyle, cd, cassette. Diverses rééditions dans les années 1990. Dernière en date pour les 30 ans du disque par Megaforce. Illustration par Anthony Ferrara.

chronique

Styles
hardcore
metal extrême
thrash metal
Styles personnels
pouet

Par où commencer ? Par le début ? Alors au début il y eut ce... disque. Avec peu ou prou la même mascotte que S.O.D., Scott Ian traîne encore dans les crédits, et Milano reste au chant... et aux paroles. Il faut lire, parfois, les paroles, je sais, ça fait mal aux yeux, surtout quand on est atteint de presbytie ! Ça peut être votre cas si vous adorez le crossover depuis votre jeune âge, qui remonte par exemple à 1987... M.O.D. voulait faire du S.O.D., ça se comprend, ça marchait bien cet humour débilo borderline, et ça me faisait même rire, cet espèce de malaise du fond de la classe quand on fait des blagues de cul, ou "The Ballad of Jimi Hendrix". Et ça se comprend qu'on peut plus rien dire, par exemple, on peut plus vraiment dire "le sida c'est une peste venu de Dieu parce qu'il peut pas supporter les gays" ("AIDS"), "les Éthiopiens et les Indiens c'est toute la même engeance qui vient de trop loin"("Imported Society"), ou bien encore "t'es grosse t'es moche" ("Bubble Butt"). Sur S.O.D. c'était du bon Francis Kuntz, sur M.O.D. c'est du mauvais Collaro. Ouah, je les entends, "on peut plus rien dire !", "Trouve un boulot feignasse" ("Get a Real Job") : mais je peux pas m'empêcher de trouver ça naze, je suis désolé, chers gardiens de l'humour ! Alors on n'écoutera que la musique, on ne lira pas les paroles, on comprend pas l'anglais et si on trouve les paroles racistes et connes, on se dira "c'est quand même du bon thrash crossovorisé avec des grosses accélérations pour casser le mosh pit". Mais en fait non, c'est trois riffs pourris, pas de dentelle comme chez DRI ou les plus récents Municipal Waste, pas de pure agressivité, à part dans de rares moments qui me firent sourciller. Et surtout c'est pas marrant, vraiment. C'est dingue de voir ainsi les années Mitterrand-Reagan délivrées par mes écouteurs pendant que les guignols se succèdent à l'écran et à la Maison Blanche, et ailleurs (...) ; ici, à Mogadiscio, on en bave toujours autant, les Américains en font toujours des tonnes, d'une part musicalement (jamais je n'aurais connu M.O.D. sans les relais médiatiques du thrash metal, Anthrax, Hard Rock Mag, etc.) ; d'autre part politiquement et militairement, soft power compris : vous en connaissez beaucoup des New Yorkais qui s'écoutent "Licence IV" en headbangant, et se rêvant français moyen qui picole du pif et bouffe du saussback comme un bonhomme ? Hein ? Ben moi je me coiffais comme Billy Milano, je mettais la casquette avec la visière relevée comme Charlie Benante, et je m'achetais les mêmes groles horribles de basket que tous ces mecs qui ne me connaissaient pas. C'est beau le thrash ! Le hardcore ! Les procès d'intention ! Mais si, ok, y a du bon, un peu dans cet album, un peu comme dans tous les albums de M.O.D., quand ça accélère et qu'on imagine le pit. Sinon, non... Faut croire qu'on peut plus rien entendre. C'est l'âge.

note       Publiée le jeudi 9 janvier 2020

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "U.S.A. for M.O.D.".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "U.S.A. for M.O.D.".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "U.S.A. for M.O.D.".

GrahamBondSwing › samedi 25 avril 2020 - 23:41  message privé !

Au jeu de "Essayes de ne pas Headbangger", je mets Get a Real Job pour assurer ma victoire !

Note donnée au disque :       
The Gloth › lundi 13 janvier 2020 - 13:44  message privé !

Un de mes premiers disques de métal. Une tuerie, dans la lignée de S.O.D.

Note donnée au disque :       
Potters field › samedi 11 janvier 2020 - 16:58  message privé !

Misconduct est terrible !

taliesin › jeudi 9 janvier 2020 - 19:58  message privé !

J'adore toujours autant cet album, pour moi leur meilleur ! (j'avoue m'être arrêté après Gross Misconduct)

Note donnée au disque :       
Dane › jeudi 9 janvier 2020 - 18:58  message privé !

Je ne connais pas ce disque (j'ai eu Devolution il y a longtemps mais pas longtemps...) par contre c'est clair qu'avec l'âge, il y a des trucs que je ne peux plus écouter.