Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLMark Lanegan › I'll Take Care of You

Mark Lanegan › I'll Take Care of You

  • 1999 • Sub Pop SPCD 445 • 1 CD

cd • 11 titres • 30:40 min

  • 1Carry Home [The Gun Club]
  • 2I'll Take Care Of You [Brook Benton]
  • 3Shiloh Town [Tim Hardin]
  • 4Creeping Coastline Of Lights [Leaving Trains]
  • 5Badi-Da [Fred Neil]
  • 6Consider Me [Eddie Floyd]
  • 7On Jesus' Program [O. V. Wright]
  • 8Little Sadie
  • 9Together Again [Buck Owens]
  • 10Shanty Man's Life [Dave Von Ronk]
  • 11Boogie Boogie [Tim Rose]

line up

Mark Lanegan (chant), Ben Shepherd (basse), Mike Johnson (guitare), Steve Berlin (orgue, flûte, piano), Mark Boquist (batterie), Van Conner (basse), Martin Feveyear (orgue, percussions, piano, production, Wurlitzer), Mark Hoyt (guitares, voix), David Krueger (violon), Barrett Martin (percussions, vibraphone), Mark Pickerel (batterie)

remarques

chronique

Styles
folk
blues
chanson
country
Styles personnels
lanegan pur

L'appropriation. S'il y a un album de reprises qui incarne le phénomène, c'est bien celui-ci, sous sa couverture immaculée. Des allures de purification par l'interprétation, de communion avec ces chansons qui ont nourri l'âme de Lanegan au fil des années. Des chansons qu'il a pour beaucoup vécues au point de les faire siennes et qui font sens, et corps, de la manière la plus naturelle. Bref comme on l'a lu mille fois au sujet de tant d'autres mais ici vrai de vrai : "comme si elles avaient été écrites pour lui". Parce que bon nombre restent obscures (beaucoup d'entre vous connaissent Leaving Trains ?), que notre Markounet n'hésite pas à en sublimer les mélodies au besoin, et surtout qu'il s'en est longuement imprégné, pour certaines depuis tout jeune. Il n'est pas primordial qu'il s'agisse de reprises, dans le fond : ce sont des interprétations qui ont leur vie propre, dans un monde en marge des originales (qu'il ne vient pas une seconde à l'esprit d'écouter ou réécouter), doux comme les contours de ces souvenirs qu'on embellit. Avec Lanegan, l'interprétation n'est pas un moyen de se faire mousser, pas une performance. Il s'agit plutôt d'un subtil jeu de nuances, d'émotions sèches et sucrées captées dans la pénombre, dès cette sublime version de "Carry Home", où on troque la cavale instable d'un autre alcoolique contre une lente mélopée, en ajoutant une bonne dose d'émotion au passage. Lanegan croit à la transcendance. La cohérence de sa sélection est celle d'un même matériau, type bois massif, dont il serait absurde d'extraire une chanson plus qu'une autre : chacune d'entre elles sera amenée à nous parler, à nous réconforter, un jour ou l'autre, ou plutôt une nuit ou l'autre. Folk ? Blues ? Country ? Un peu des trois, délayés, confondus en blanc crème, liés par ce crooning de bûcheron bien sapé. L'écoute en fond et à l'horizontale est plus que conseillée pour en extirper toute la sève. Et saisir que chacune des ses chansons est bien différente l'une de l'autre, alors que de prime abord on aurait la sensation d'un pur monochrome laneganien, à l'image de son écrin. Qu'il fasse du Tom Waits en plus svelte ("I'll take care of you") ou du Chris Isaak en moins BCBG ("Creepy Coastline of Lights"), qu'il puise dans la berceuse folk immémoriale, le chant de marin, ou achève dans la légèreté plombante d'un bon vieux boogie, Mark Lanegan est touchant de part en part sur ce disque qu'il n'est pas interdit de considérer comme un de ses sommets, puisqu'il me serait pénible d'en choisir précisément un dans cette belle discographie.

note       Publiée le mercredi 8 janvier 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "I'll Take Care of You".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "I'll Take Care of You".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "I'll Take Care of You".

Demonaz Vikernes › vendredi 10 janvier 2020 - 20:29  message privé !

J'ai BEAUCOUP de mal avec Gargoyle.

born to gulo › jeudi 9 janvier 2020 - 16:37  message privé !

Me le rappelle assez faux-jeton en effet, le Phantom Radio.

Note donnée au disque :       
Rastignac › jeudi 9 janvier 2020 - 13:01  message privé !
avatar

Cet album c'est le seul que j'écoute tout le temps de lui, avec Bubblegum. (un des rares albums de reprise que j'aime. Celle du Gun Club qui ouvre le disque est juste comme faut faire).

Raven › jeudi 9 janvier 2020 - 12:26  message privé !
avatar

Lui ou Phantom Radio (alors qu'il partait pour être du Lanegan discount, dans le fond du panier - mais ils oscillent encore selon mon humeur). Pas encore reçu le dernier.

Note donnée au disque :       
born to gulo › jeudi 9 janvier 2020 - 12:12  message privé !

Gargoyle ?

Note donnée au disque :