Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSBruce Springsteen › Missing

Bruce Springsteen › Missing

cd | 4 titres | 16:16 min

  • 1 Missing
  • 2 Darkness On The Edge Of Town (live)
  • 3 Born In The USA (live)
  • 4 Spare Parts (live)

enregistrement

Pistes 3, 4 & 5 : enregistré en concert le 19 avril à Berlin.

remarques

La pochette est un recyclage de celle utilisée pour le single "Dead Man Walkin'" (chanson du film éponyme) sorti l'année précédente.

chronique

Styles
rock
pop
soul
Styles personnels
torch song

"Missing"... Sans elle, Crossing Guard aurait eu beaucoup moins de chances d'agripper dès les premières minutes. Un Nicholson 100% nervous breakdown et un costard assorti à sa gueule de six pieds de long ne font pas tout. On sait à quel point la musique fait beaucoup dans l'impact émotionnel d'un film : des fois même une chanson tient un rôle central dans sa création - enfin ça c'était "Highway Patrolman" pour Indian Runner je crois, mais chut ! - et dans le cas de "Missing" c'est tout un générique, moment si souvent chiant au début d'un film, qui s'en retrouve porté, transfiguré. Au ralenti, et avec ce qu'on appelle vulgairement "la classe". Sans parler de la résonance entre cette chanson d'amour angoissée par la perte et la quête du daron vengeur, qui rendra très bien dans ce film culte, alors que c'est le genre d'idée qui peut facilement donner du lourdingue (le gros tâcheron Olivier Marchal tentera le même genre d'entame déprimante-poseuse qui en jette, en utilisant "Avalanche" de Leonard Cohen : un désastre - même si à sa décharge, Hugolin en tête de casting c'est pas Jack Torrance). Enfin encore une excuse pour jacter cinoche, mais tout ça pour dire que "Missing", c'est ma chanson favorite de Springsteen, et une de mes favorites tout court, et que j'suis pas objectif du tout, c'est une de celles qui justifient la place du Boss sur ce site en noir et orange, et j'ai même pas envie de la décrire... Mais je vais le faire quand même, parce que j'ai rien de mieux à écrire. Le beat aux congas à gauche, le sifflement lancinant à droite, qui avec quatre pauvres notes vous colle un parking désert dans la caboche, ce synthétiseur porté comme un long et épais manteau, qui les reprend, et puis le chant soulful de tonton Bruce, limite inscrit en filigrane dans la musique tant c'est du fin de fin de crème de Springsteen, tout ça, avant que le machin n'enfle façon rock rugueux et achève d'en faire un moment de spleen sublime, enfin, voilà : du Bruce Springspleen, et simplement un sacré putain de beau morceau, que ce morceau. Qui prouve comme pléthore d'autres qu'il faut fouiner en marge de ses albums pour trouver des pépites. Une vraie chanson triste pour un vrai film triste - même si The Pledge est encore plus douloureux (l'auteur Sean Penn est un genre de Clint Eastwood hardcore). Y a trois autres titres sur le CD, ce sont des chansons connues en version live (avec une "Born in the USA" remaniée et jouée en mode Ry Cooder) mais je m'en fiche un peu, n'ayant acheté ce disque, vous vous en doutez, ni pour elles ni pour ce superbe look 'Stetson-bouc-colback pur buffle' à faire gronder de jalousie Walker Texas Ranger, mais simplement pour avoir à faire tourner dans mon jukebox la magnifique "Missing".

note       Publiée le jeudi 2 janvier 2020

partagez 'Missing' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Missing"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Missing".

ajoutez une note sur : "Missing"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Missing".

ajoutez un commentaire sur : "Missing"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Missing".

Fabb74 › jeudi 2 janvier 2020 - 12:54  message privé !

Raven a retranscrit parfaitement ce que je pense de ce titre (le meilleur du Boss pour moi aussi) de Springsteen. Tout y est, de son importance lors de cet hypnotisant générique de Crossing Guard, à la médiocrité de Marchal ! Bravo et bien dit et décrit !!!