Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRClint Ruin / Lydia Lunch › Stinkfist

Clint Ruin / Lydia Lunch › Stinkfist

cd | 4 titres | 26:18 min

  • 1 Stinkfist [6:57]
  • 2 Meltdown Oratorio [9:54]
  • 3 Son of Stink [3:47]
  • 4 The Crumb [5:39]

enregistrement

Enregistré à Eldorado, Los Angeles le 1 Avril 86; B.C New York les 12 et 13 Décembre 1987

line up

Lydia Lunch (voix, bruit de métal), J. G. Thirlwell ((Clint Ruin) instruments, bruits de métal, voix, boucles et traitement du son (4))Cliff Martinez (batterie, métal (1, 3)), Thurston Moore (guitare, voix (4)), Roli Mosimann (timbales (1, 3)), DJ Bonebrake (batterie, métal 1, 3), Spit (batterie, métal 1, 3), Neil (batterie, métal 1, 3), Tom Surgal (métal 1, 3)

remarques

Le morceau The Crumb tiré de l'EP du même nom est ajouté sur la version CD sorti en 1990 puis rééditée en 96.

chronique

Styles
indus
no wave
Styles personnels
+18

Sex is trash. Je le tiens de la bouche d’une spécialiste. C’est pas Lydia Lunch qui dira le contraire. Elle en a fait la chronique, de la saloperie. Elle s’est même faite filmer à en faire des saloperies, sous la caméra lubrique et lubrifiée de Richard Kern, pornographe artytrash proche de la scène expérimentale noise et indus du New York des années quatre-vingt. Pas seulement des saloperies d’ailleurs, c’est ce même Kern qui fera le clip de « Death Valley ’69 » de Sonic Youth. Mais aussi des trucs bien hardcore, tendance BDSM gore, avec le stream of consciousness de sexualité dégoulinante de Miss Lydia qui y va volontiers de quelques scènes pornographiques dès leur première collaboration sur le court-métrage « The Right Side of My Brain », avec cette fellatio interruptus qu’elle prodigue à J.G. Thirwell aka Foetus, qui n’a apparemment pas qu’un gros talent musical. Tout ça pour dire que non, ça n’est pas la chronique d’un duo entre Coralie Trinh-Tih et HPG époque Pornovista, même si ça y ressemble un peu sur la pochette et que ça sent quand même bien la chatte. Une rencontre, musicale cette fois, entre deux figures de la musique industrielle et de la no-wave somme toute bien tendue, à laquelle est conviée une tablée de percussionnistes (membres de Swans, X et même un compositeur bientôt indispensable à Steven Soderbergh) pour un « Stinkfist » (ne me demandez pas plus de précision, mais on ne joue pas dans « Fingered », autre métrage-trash de Kern, impunément) aux scansions métalliques accompagnées de miaulement de minou enfiévré et de hurlement martiaux. Autrement dit, plus ambiance La Fistinière que suite nuptiale en Relais-Château. Découpé en deux parties, cette orgie métallique enveloppe le délicieusement malsain « Meltdown Oratorio » où on retrouve le talk-over politique de Lydia, toujours à l’affut des affres d’une société puritaine et misogyne. Deux salles, deux ambiances : ici c’est cinématique paranoïaque catastrophique, bruitages urbains anxiogènes et volutes de cordes schizophréniques avant explosion d’un tapage indus aux guitares noisy sur lequel se réverbèrent les mots pris au piège, mis en boucle, de la Lydia. Clint Ruin joue à lui tout seul la partition du Grand Orchestre de Glenn BranCassemoilescouilles et Miss Lunch a l’air d’apprécier de prendre son tarif sonique. Et tiens, en parlant Sonic et chaos, voilà qu'une réédition quelques années plus tard en ajoute une dose avec le morceau « The Crumb », référence à Robert le grand cartooniste underground, mis en déflagration de no-wave bourdonnante avec l’aide de Thurston Moore, toujours partant pour la bagatelle des décibels. Un plan à trois de fait, avec les traitements indus-sale de Clint qui giclent sur cet autre duo perdu dans les échos. L’un dans l’autre ou l’une dans l’autre, pour qui aime prendre cher, un vicieux délice.

note       Publiée le samedi 28 décembre 2019

partagez 'Stinkfist' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Stinkfist"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Stinkfist".

ajoutez une note sur : "Stinkfist"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Stinkfist".

ajoutez un commentaire sur : "Stinkfist"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Stinkfist".

cyberghost › vendredi 3 janvier 2020 - 14:58  message privé !

Bordel, rien que pour Meltdown Oratorio...

Note donnée au disque :       
taliesin › lundi 30 décembre 2019 - 15:41  message privé !

Ce n'est pas souvent avec le sieur Foetus... Mais je trouve cet ep sans aucun intérêt. Pas mauvais hein, mais très gros bof... Je préfère de loin "Don't fear the reaper" ;-)

Note donnée au disque :       
Twilight › dimanche 29 décembre 2019 - 22:26  message privé !
avatar

Comment pourrais-je être objectif avec Lydia ? En plus, collaborant avec Clint ?

Note donnée au disque :