Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSweet William › Laughter filled with pain

Sweet William › Laughter filled with pain

cd | 8 titres

  • 1 Laughter filled with pain
  • 2 Would you mind
  • 3 Day after day
  • 4 Memories
  • 5 Tomorrow
  • 6 Release me
  • 7 New wings
  • 8 A new horizon

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Oliver Heuer (chant, musique)

remarques

https://sweet-william.bandcamp.com/

chronique

Styles
gothique
Styles personnels
testament semi-acoustique involontaire

Quel effet cela fait-il d’entendre chanter un mort ? Pas grand chose justement, la musique comme le cinéma a le pouvoir de rendre ses artistes immortels, eux qui ont souvent payé très cher le prix de cette éternité. Dieu que la ligne est ténue. Ecouter ce disque il y a deux semaines, c’était écouter un disque de Sweet William. Aujourd’hui, c’est l’écouter en sachant qu’il n’y en aura plus d’autres. Oliver Heuer est mort. Comme ça, brusquement, bien trop tôt. Pour lui rendre hommage, j’ai choisi un album que j’aurais superbement dédaigné il y a dix ans. Mon histoire avec Sweet William n’a rien d’un coup de foudre, plutôt une lente séduction avec des périodes d’indifférence et des retrouvailles toujours plus chaleureuses, jusqu'à l'union totale. Tous les ingrédients d’une relation durable et solide. ‘Laughter filled with pain’ est un bon bilan, tant dans son titre que sa musique. Presque une galette solo au final. Dépouillée, semi-acoustique, presque dénuée de percussions. Une voix, une guitare, quelques accords de clavier, une boîte, pour une collection de huit chansons, belles et tristes à fendre l’âme. Sweet William, c’était ça: une formation gothique en marge des codes du genre, soit de par ses envolées psychédéliques, soit de par son dépouillement, et tout ce qui va entre…(un disque de reprises: Whitesnake, Joy Division, Electric Light Orchestra, Nine Inch Nails), une noirceur jamais feinte, jamais dans la pose, juste un besoin sincère d’expression doublé d’un amour de la musique avec un grand M. ‘Laughter filled with pain’…Tout est là, avec pourtant des titres plein d’espoir (‘Tomorrow’, ‘A new horizon’, ‘New wings’). Tout sauf un disque chiant, Oliver avait cette capacité, comme beaucoup d’autodidactes, de savoir doser, ajouter une volûte sanglotante (‘Memories’), trouver l’accord déchirant, lâcher un son de synthé…Une ultime offrande clair obscure belle à pleurer, résumant le caractère unique de cette formation atypique. En conclusion, je ferai miennes ces paroles extraites de ‘Memories’: ‘As long as you are here, inside my head you won’t disappear out of my life’…C'est ça, le secret de l'éternité.

note       Publiée le mercredi 18 décembre 2019

partagez 'Laughter filled with pain' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Laughter filled with pain"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Laughter filled with pain".

ajoutez une note sur : "Laughter filled with pain"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Laughter filled with pain".

ajoutez un commentaire sur : "Laughter filled with pain"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Laughter filled with pain".