Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJesucrisis › Jesucrisis

Jesucrisis › Jesucrisis

cdr | 11 titres

  • 1 Cenizas
  • 2 Espectros
  • 3 Necrologia del amor
  • 4 Empireo cismatico
  • 5 Sangre y piel
  • 6 Vampiro
  • 7 Navajas sobre mi silueta
  • 8 Insuficiente tentacion
  • 9 Serpiente de nuit
  • 10 Crimson-collared tanager
  • 11 Rose of the monolith

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Vladimir Munoz (chant, basse, percussions), Lisa Miles (violon, mandoline)

Musiciens additionnels : Luciano C. (clavier), Matias S. (guitare, clavier, choeurs), Claudio Decay (guitare), Voiced Eliaquim (voix), Bauhaus Josefo (choeurs)

remarques

Sorti en édition spéciale cd pour la tournée d'Amérique Latine de 2019. https://jesucrisis.bandcamp.com/music

chronique

Ouais, ouais, ouais, on sait, le deathrock, ça ne se renouvelle pas; il y a l’école Los Angeles, l’Hispanophone (Mexique compris), éventuellement l’aspect plus punk typique de la région de Portland (et de plein d’autres coins très jolis du monde)…Blah, blah, il y a toujours des formations futées qui se glissent entre ces catégorisations hâtives et réductrices, comme Jesucrisis par exemple. Cela vous plairait-il d’écouter une version deathrock de Heroes del Silencio ? Avec eux, c’est possible. Il faut dire que la genèse du combo n’est pas banale qui verra le musicien chilien Vladimir Munoz quitter son pays et s’installer aux USA pour travailler avec sa partenaire, la violoniste Lisa Miles (également douée à la mandoline, instrument peu coutumier du style et pourtant...). Est-ce ce qui explique la patte si spéciale du groupe ? Cette mixture d’influences entre le Sud et le Nord du continent américain ? Toujours est-il que cette formule apporte un souffle frais des plus plaisants, exploitant le meilleur aspect latin pour l’insuffler dans la touche sombre et grinçante commune au deathrock. Destinée au public de la tournée sud-américaine de 2019, cette compilation groupe le premier EP du groupe accompagné de cinq nouvelles compositions en bonus. Jesuscrisis privilégie l’ambiance plus que la saturation des guitares, c’est ainsi que la rythmique, notamment la basse, sont mises en avant pour lancer le mouvement tandis que les claviers, volontiers froids et fantomatiques, tissent des climats nocturnes renforçant le chant volontiers hanté de Vladimir (‘Sangre y piel’, ‘Espectros’). L’influence du violon électrique est évidente sur les nouvelles chansons (même si la qualité de l’enregistrement un peu trop démo ne permet pas d’en goûter pleinement les nuances), remplaçant le travail du clavier par quelque chose de moins froid mais de plus insaisissable, mystique (magnifique ‘Sierpente de nuit’) qui présage du meilleur pour le premier vrai album du groupe prévu pour fin 2019. Jesucrisis s’apprêtent à transcender leurs influences purement deathrock par des élans presque orientaux qui enrichissent plus qu’il ne trahissent ces racines. Toujours la même chose, le deathrock ? Avec des formations de cette trempe, certainement pas !

note       Publiée le mardi 17 décembre 2019

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Jesucrisis' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Jesucrisis"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Jesucrisis".

ajoutez une note sur : "Jesucrisis"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Jesucrisis".

ajoutez un commentaire sur : "Jesucrisis"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Jesucrisis".