Vous êtes ici › Les groupes / artistesIImpetigo › Ultimo mondo cannibale

Impetigo › Ultimo mondo cannibale

cd • 16 titres • 38:29 min

  • 1Maggots03:48
  • 2Dis-organ-ized01:51
  • 3Intense mortification02:48
  • 4Revenge of the scabby man02:44
  • 5Veneral warts, part 300:12
  • 6Bloody pit of horror04:16
  • 7Dear Uncle Creepy...01:32
  • 8Bitch death teenage mucus monster from hell04:21
  • 9Zombie01:14
  • 10Jane Fonda sucks, part 200:45
  • 11Red wigglers03:51
  • 12Harbinger of death01:58
  • 13Unadulterated brutality04:13
  • 14Mortado02:44
  • 15Heart of Illinois00:59
  • 16My Lai01:13

informations

Enregistré les 13, 14 et 16 janvier 1990 au Creative Space Studio, Bloomington, Illinois

line up

Stevo Dobbins (voix, basse); Scott Bross (guitare); Mark Sawickis (guitare, voix); Dan Malin (batterie, voix)

chronique

"The wound is now being infected with gangrene pus". Tu l’as dit bouffi ! Tout a commencé avec "Reek of putrefaction", une pustule sur le cul d’un gniard tout frais démoulé, prénommé Grindcore. Problème : ignorant tout des recommandations prophylactiques les plus élémentaires, des p’tits malins de l’Illinois l’ont tripotée sans gants (et ça, Jeff ne peu le toléré !). La pustule creva, libérant une abondance de pus et de bactéries, et le cycle infectieux recommença. Et c’est là que les choses se gâtèrent. Impetigo, qui sur leur première démo live jouaient un grind primesautier, faisant entre deux morceaux coucou à maman dans le public, se passionnèrent pour les films d’horreur de série B (ou Z, pas sûr de bien faire la différence), et notamment pour la cannibalsploitation. Exit la blague potache de "The belch" (serait-ce d’ailleurs une subtile référence qu’on entend à la fin de "Dis-organ-ized" ?), Impetigo se mit au résiné, à la tripaille, à la torture, au démembrement, bref… au Gore. Avec un G majuscule, oui. Celui de "Zombie", "The wizard of gore", ou encore… "Ilsa, harem keeper of the oil sheiks" ?! Sûrement un chef-d’œuvre du 7ème art. D’ailleurs, vous noterez que ce gimmick d’introduire chaque morceau par un sample de film d’horreur n’est pas une marque déposée par Mortician. Alors, je sais pas si c’est une technique pour que l’auditeur ait un peu plus que deux-trois riffs primitifs à se mettre sous la dent, aussi "groovy" soient-ils (entendez au sens de Ash Williams, hein, pas de George Clinton !), mais pour sûr, on est bien content de se faire tabasser à coups de guitare après deux minutes passées à écouter une femme se faire écarteler. Mais ce qui donne chair à "Ultimo mondo cannibale", c’est clairement Stevo, le show-stealer niqué du bulbe. Entre ses gargouillis de cuvette de chiotte sur l’intro, son AVC à la fin de "Revenge of the scabby man", son pur pétage de plomb sur "Harbinger of death", ou plus simplement sa constante inconstance, il élève cette galette binaire au rang de grotesque œuvre d’art brut. Ç’en deviendrait presque ludique de prédire sa prochaine prouesse vocale. Maintenant que j’y pense, c’est peut-être un début d’explication quant au pourquoi, de la palanquée de groupes de goregrind interchangeables nés depuis (qui abusent d’ailleurs invariablement du pitch shifter qu’on trouve sporadiquement chez Carcass et Impetigo), aucun n’a su gagner chez moi ce capital sympathie de leurs aïeux, ce zeste de folie, cette insouciance formelle d’une époque où les contours d’un genre se dessinaient nonchalamment, sur le tapis de la cave à mémé, en éclusant des roteuses et en collant des posters de Cryptic Slaughter ou de Macabre à grand renfort de glaviots.

note       Publiée le mercredi 4 décembre 2019

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Ultimo mondo cannibale" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Ultimo mondo cannibale".

    notes

    Note moyenne        4 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Ultimo mondo cannibale".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Ultimo mondo cannibale".

    vargounet Envoyez un message privé àvargounet

    C'est très théâtral ouais ça m'a toujours un peu évoqué MACABRE aussi. Le deuxième album horror of the zombies est plus sérieux à ce niveau. Et c'est carrément un chef d'œuvre d'ambiance en ce qui me concerne.

    Note donnée au disque :       
    Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
    avatar

    Ce chant a quand même un léger potentiel comique.

    Raudus Envoyez un message privé àRaudus
    avatar

    Faudra d'ailleurs qu'une entreprise d'audio books propose à Stevo de lire des histoires d'horreur.

    Note donnée au disque :       
    Dead26 Envoyez un message privé àDead26

    Mon album de chevet en la matière (fécale). Chef d’œuvre !!

    Note donnée au disque :