Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUlver › Perdition City

Ulver › Perdition City

détail des votes

Membre Note Date
cyprine      samedi 7 décembre 2019 - 09:37
Noohmsul      mercredi 4 décembre 2019 - 11:05
Dun23      mercredi 4 décembre 2019 - 07:24
Tallis      samedi 30 novembre 2019 - 07:42
mroctobre      samedi 30 novembre 2019 - 00:01
taliesin      vendredi 29 novembre 2019 - 19:28
E. Jumbo      vendredi 29 novembre 2019 - 14:44
tibo      jeudi 28 novembre 2019 - 15:18
Powaviolenza      vendredi 29 novembre 2019 - 11:48
Fryer      jeudi 28 novembre 2019 - 21:19
Seijitsu      jeudi 28 novembre 2019 - 16:04
Cinabre      vendredi 29 novembre 2019 - 23:56
torquemada      jeudi 28 novembre 2019 - 20:10
Raven      jeudi 28 novembre 2019 - 14:44
Kronh      dimanche 1 décembre 2019 - 21:21

cd | 10 titres | 53:40 min

  • 1 Lost In Moments
  • 2 Porn Piece Or The Scars Of Cold Kisses
  • 3 Hallways Of Always
  • 4 Tomorrow Never Knows
  • 5 The Future Sound Of Music
  • 6 We Are The Dead
  • 7 Dead City Centres
  • 8 Catalept
  • 9 Nowhere/Catastrophe
  • 10 Limbo Central (Theme From Perdition City)

line up

Håvard Jørgensen (guitare), Kristoffer Rygg (a.k.a Trickster G (voix, synthétiseur, batterie)), Tore Ylwizaker (synthétiseur, piano, basse, production)

Musiciens additionnels : Rolf Erik Nystrøm (saxophone), Øystein Moe (basse), Bård Eithun (batterie), Ivar Harry Johansen (batterie)

remarques

"Music To An Interior Film"

chronique

Vous êtes une âme nomade du monde moderne et vous brûlez d'envie d'explorer de nouvelles contrées, tièdes et moites ? 36 15 ULVER. Connaissez-vous Blade Runner, le film pour adultes ? Tapez 36 15 ULVER et pénétrez dans sa spacieuse bande-originale. Approchez, et palpez ce putassax sensuel. Laissez-vous envoûter par ce piano de publicité pour la plus belle berline de l'univers. Besoin de plates-bandes musicales 100% technologiques et nocturnes ? Désir d'abstraction chaloupée ? Envie d'investir le nouveau millénaire au volant d'un bolide entièrement automatisé imaginé et aménagé par nos machines de dernière génération ? Et de bénéficier d'un remoulage buccal haute précision de votre prise jack par une de nos talentueuses droïdesses ? 36 15 ULVER. Vegan de l'imaginaire musical, amoureux des courbes fluides et des processeurs ingénieux, esthète des lofts parfaitement éclairés : laissez-vous tenter par Perdition City, la ville aux mille hologrammes, où tous vos fantasmes deviendront réalité - virtuelle. Vous longerez ses trames relaxantes bordées de logiciels-ficus. Voguerez à bord de son fabuleux navire de croisière en sustentation. Découvrirez son audace sonore faisant perler l'aloe vera du tungstène, ses beats-buildings molletonnés, ornés de panneaux publicitaires animés géants, dans un style subtilement "retro" et simili-Tokyo, qui clignotent dans une nuit éternelle... Dites "OUI" au Sexe du Futur... Venez caresser les arêtes délicates du pixel en fusion, et sentir couler le lubrifiant mécanique le long de vos jointures, tandis que vous vous enfoncez sans fin dans un transat en plexiglas mou. Osez Le Rêve Érotique Bionique. Composez le 36 15 ULVER pour une soirée inoubliable. 36 15 ULVER.

note       Publiée le jeudi 28 novembre 2019

partagez 'Perdition City' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Perdition City"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Perdition City".

ajoutez une note sur : "Perdition City"

Note moyenne :        15 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Perdition City".

ajoutez un commentaire sur : "Perdition City"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Perdition City".

cyprine › samedi 7 décembre 2019 - 09:37  message privé !

Idem, pas depuis 10 ans, jusqu'au weekend dernier (les grands esprits se rencontrent). T'y vas un peu fort Raven. Souviens-toi, à l'époque : les dernières années où on pouvait encore croire au turfu justement. 6/6 pour l'hyper explicite Perdition City.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › mercredi 4 décembre 2019 - 12:17  message privé !

Yavait un côté Coil période 2000 version trip hop, de memoire. Pas réécouté depuis dix ans cela dit.

(N°6) › mercredi 4 décembre 2019 - 12:13  message privé !
avatar

Alors quoi, c'est l'album vaporwave d'Ulver ? Vous racollez, vous racollez...

Rastignac › mercredi 4 décembre 2019 - 11:39  message privé !
avatar

Oui y a un côté publicitaire dans cette musique, bienvenue à 3617 Gattaca. (ah le minitel, fleuron de la french tech)

Dun23 › mercredi 4 décembre 2019 - 07:24  message privé !

36 15 6boules
Où comment voir que Raven est un vieux corbak, comme moi.

Note donnée au disque :