Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTHenry Threadgill › Too much sugar for a dime

Henry Threadgill › Too much sugar for a dime

  • 1993 - Axiom, 314-514 258-2 (1 cd)

6 titres - 53:39 min

  • 1/ Little Pocket Size Demons (10:49)
  • 2/ In Touch (8:49)
  • 3/ Paper Toilet (5:39)
  • 4/ Better Wrapped/Better Unrapped (13:05)
  • 5/ Too Much Sugar (2:58)
  • 6/ Try Some Ammonia (12:23)

enregistrement

Sorcerer Sound, New York, USA, 1992

line up

Mossa Bildner (chant), Mossa Bildner (chant), Larry Bright (batterie, cymbales), Jason Hwang (violon), Leroy Jenkins (violon), Gene Lake (batterie), Masujaa (guitare), Edwin Rodriguez (tuba), Marcus Rojas (tuba), Brandon Ross (guitare), Johnny Rudas (culo, puya, fulia), Simon Shaheen (violon, oud), Mark Taylor (corniste) (cor anglais), Henry Threadgill (saxophone alto), Dorian L.Parreott II (tuba), Miguel Urvina (culo, puya, fulia), Arenae (chant)

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
avant-garde

Bill Laswell fît appel à Henry Threadgill lorsque lui vint à l'idée de réactiver, en 1991, sa formation multi ethnique et multi culturelle, Material, dans un foisonnement de sons kaleidoscopiques dont lui seul le secret. Les deux hommes partagent une même vision, même si leurs points de vues sont dissemblables, et il était évident qu'ils n'allaient pas s'arrêter en chemin. C'est donc tout naturellement que Laswell se proposa de produire son prochain disque à paraître sur son propre label, Axiom. "Little Pocket Size Demons" nous replonge sans attendre dans l'atmosphère à la fois dense et grotesque qui nous avait tant plu sur "Spirit of Nuff...Nuff". Les guitares s'entremêlent et jouxtent mille et un instruments aussi exotiques qu'inattendus (oud, mais aussi culo, puya et fulia ?!). C'est qu'on a mis les petits plats dans les grands : la production est cristalline et précise, mais les sources sonores sont tellement nombreuses, les "données" acoustiques tellement disparates qu'on a du mal à en saisir tout le contenu, si bien que l'on finit par s'y perdre, annihilant l'effet escompté. Sur "Better Wrapped/Better Unrapped" et, plus particulièrement, "In Touch", une section complète de violons est immergée dans un plasma rythmique tonitruant, les uns se perdant dans les autres, rendant bien difficile tout discernement concret et juste appréciation. L'écriture est néanmoins toujours aussi spectaculaire et continue sa recherche éperdue des combinaisons illimitées encore non explorées entre groupes d'instruments aux couleurs chatoyantes. "Too Much Sugar for a Dime" n'est pas un titre innocent ; c'est beaucoup trop, et trop vite, dépassant, et de loin, la densité et l'aspect d'habitude très compact des compositions d'Henry Threadgill. Le sixième et ultime titre, "Try Some Ammonia", trace déjà la route que nos deux compères vont réemprunter quelques temps plus tard en dynamitant de l'intérieur des rythmes tribals aux fragrances festives et estivales à grand coup de chorus endiablé de saxophone, de filets de guitares aussi sournois que discrets dans une atmosphère tendue et immensement riche. C'est de bonne augure pour la suite.

note       Publiée le mercredi 14 août 2002

partagez 'Too much sugar for a dime' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Too much sugar for a dime"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Too much sugar for a dime".

ajoutez une note sur : "Too much sugar for a dime"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Too much sugar for a dime".

ajoutez un commentaire sur : "Too much sugar for a dime"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Too much sugar for a dime".

Morbid Saucisson › mercredi 2 janvier 2008 - 15:09  message privé !
Très bon album!... Et tres rare aussi (comme tous les albums du sieur Threadgill d'ailleurs!...)
Note donnée au disque :       
Ebola › mardi 18 juillet 2006 - 12:18  message privé !
Je ne partage pas du tout ton analyse concernant "Too Much Sugar for a Dime", car si l'album est en effet dense, intense, on ne s'y perd pas pour autant. Cela dit, c'est un album qui mérite de nombreuses écoutes pour en apprecier toute la valeur. Allez, Chef d'Oeuvre ! PS: si tu as encore cet album en ta possession Prog et que tu es vendeur, je suis preneur.
Note donnée au disque :