Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNostalgic Darkness › Sexual depression

Nostalgic Darkness › Sexual depression

cd • 4 titres

  • 1Years have been carved between us
  • 2Sexual depression
  • 3The pain that controlled me
  • 4The closer you are, the lonelier I feel

extraits vidéo

informations

Hexcraft Studios, hiver 2014-été 2015

https://waragainstyourself.bandcamp.com/album/sexual-depression Existe en édition limitée A5 digipack

line up

Reverend John Hex (chant, guitare), Vardan (batterie, basse, synthé)

chronique

Sans vouloir user d’un sexisme primaire, il est clair que la jolie demoiselle de la pochette était un atout majeur pour que le quidam moyen de sexe mâle s’intéresse un brin à ce groupe italien, un pays pas spécialement réputé pour la qualité de ses formations black. Déjà à voir la bouille des deux guignols grimés version Pogo le Clown (le corpse painting, c’est un art, les gars, pas un jeu), ça donne pas envie. Pourtant quelque chose dans le premier morceau attire, rythme lent, guitares d’abord claires, mélancoliques, froides, un jeu mal dosé dans sa frappe des cymbales, vocaux crasseux: en voilà qui ont écouté ‘Dunkelheit’ jusqu’à plus soif…L’atmosphère dégage quelque chose même si l’agencement sonne plutôt pathétique et improvisé, surtout vers la fin. Ca se précise mieux sur le second titre qui reprend les mêmes éléments du premier…Pas question du grille-pain de Varg pourtant: tout ici est clair sauf les vocaux et quelques grattes sur les accélérations. Ne serait-ce le chant et les quelques passages appuyés, on pourrait limite croire à du goth rock lent. Pas évident de se prononcer, c’est linéaire, ardu dans l’interprétation (le batteur ne connaît qu’un rythme visiblement), mais chacun sait que le black metal est parfois plus une histoire de climats que de virtuosité musicale; tant mieux car ces deux-là sont tout sauf des virtuoses. Pourtant, en dépit de ses défauts et de sa linéarité, la musique de Nostalgic Darkness dégage quelque chose coincé entre un Burzum de série B et Xasthur. Rien de génial, faut pas déconner, mais cette tristesse un peu froide, lancinante, renforcée par les synhtés, colle plutôt bien à l’idée de dépression sexuelle exprimée au travers des quatre titres, même si leur agencement et leur durée contrastée m’étonne toujours (sans parler des finaux ratés). A mon propre étonnement, me voilà donc détenteur du dit album et je ne le regrette pas. De là, à dire que je le conseille…Pour les photos de la demoiselle vraiment très jolie, oui, mais ce n’est pas très pro. Quant aux deux musiciens, je ne veux pas dire mais ils sont partis pour se pignoler encore quelque années…

note       Publiée le mercredi 18 septembre 2019

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

Burzum - Filosofem

Burzum
Filosofem

Xasthur - Suicide in dark serenity

Xasthur
Suicide in dark serenity

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Sexual depression" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Sexual depression".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Sexual depression".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Sexual depression".

    Etienne20399 Envoyez un message privé àEtienne20399

    Je viens de voir que le chanteur/guitariste est décédé (puceau peut etre) sinon l'album est bon il a juste la bonne durée pour ne pas devenir chiant mais ca ne réinvente rien c'est clair

    Message édité le 22-01-2023 à 22:37 par Etienne20399