Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBirds In Row › We already lost the world

Birds In Row › We already lost the world

cd | 9 titres

  • 1 We count so we don't have to listen
  • 2 Love is political
  • 3 We vs Us
  • 4 Remember us better than we are
  • 5 I don't dance
  • 6 15-38
  • 7 Triste sire
  • 8 Mornings
  • 9 Fossils

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

B (chant, guitare) Q (chant, basse), T (batterie)

remarques

https://birdsinrow.bandcamp.com/

chronique

Ces oiseaux-là ne se cachent pas pour mourir… Ils se tiennent en rangs…Serrés…Pas des rapaces; ceux-là, on ne peut leur faire confiance, ils se tiennent toujours du côté des forts. Non, des petits becs, des plumes grises, ceux que les chats guettent, dont personne ne se méfie ni ne vante la beauté, les plus nombreux et les plus méprisés, serrés en groupes car le nombre fera leur force. ‘We already lost the world’, aucune illusion, le combat est sans doute déjà perdu mais la question n’est pas là…Vaincre ou perdre n’a jamais été la question, juste bonne pour les artistos ; pour les humbles, il s’est toujours agi de se tenir debout, de tenir bon, relever une rangée quand l’une s’effondre…Voilà des siècles que cela dure mais les puissants n’ont pas gagné même si l’actualité le laisserait croire…Les oiseaux en rangs, ce n’est pas aussi rapide que la gangrène mais c’est aussi tenace. Pas besoin de jouer les grosses brutes fragiles, quand on assume d’emblée sa sensibilité, on devient plus dangereux encore car rien ne nous retient plus. Voilà ce que j’ai trouvé dans ce second Birds in Row, ce hardcore (post sans doute pour les spécialistes) écorché plus que colérique…Des accords glaçants et mélancoliques, une énergie proche du désespoir, une intensité à la mesure du combat…La violence du hardcore liée à l’intensité du post rock et la noirceur de la cold wave. Birds in Row osent la mélodie et les blessures pour mieux claquer du bec (‘Love is political’, ‘Remember us better than we are’, ‘Triste sire’) ; on accélère, on s’arrête, on repart de plus belle après quelques accords de gratte funèbres, une rythmique qui tapisse avec une efficacité redoutable…Et toujours ce chant qui hurle, merveilleusement, avec même des passages clairs et simplement chantés (‘We vs us’), que les fugaces instants de ‘silence’ mettent encore mieux en valeur (’15-38’ limite Nirvana sur son couplet). Tout est subtil sur ce disque (le brillant ‘Fossils’ et son spleen apocalyptique notamment), se niche dans les détails, sans pour autant renier le mouvement de foule. ‘We already lost the world’, c’est ‘Les Oiseaux’ de Hitchcock mis en musique… Seuls, on n’est rien ; unis, le monde nous appartient même si nous l’avons déjà perdu… Qu’importe, il nous reste bien plus encore…

note       Publiée le samedi 14 septembre 2019

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'We already lost the world' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "We already lost the world"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "We already lost the world".

ajoutez une note sur : "We already lost the world"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "We already lost the world".

ajoutez un commentaire sur : "We already lost the world"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "We already lost the world".