Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSweet Ermengarde › Raynham Hall

Sweet Ermengarde › Raynham Hall

cd | 10 titres

  • 1 Near dark
  • 2 Kisses
  • 3 Raynham Hall
  • 4 A promise to fulfill
  • 5 Heaven's far away
  • 6 For this moment
  • 7 In the time
  • 8 Necropolitan rest
  • 9 Part of me
  • 10 The call of the first

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Kuba Achtelik (chant), Lars Kappeler (basse, guitare), Danny Elevator (guitare), Rafael Skudro (batterie), Jörgen 'Scholli'Scholz (guitare), Marco Förster (guitare)

Musiciens additionnels : Jörg Kleudgen (choeurs)

remarques

https://sweetermengarde.bandcamp.com/

chronique

Un message du type ‘Hey, les amis, un grand merci, notre premier album est bientôt sold out, merci de votre soutien, il nous en reste moins de dix copies, si cela en intéresse parmi vous…’ et voilà votre serviteur qui bondit sur son Paypal. Il faut dire que ce groupe au séduisant nom me faisait de l’oeil mais de loin. Ce côté gothic rock bien maîtrisé, volontiers un peu froid, avec vocaux graves, j’aime mais pas autant que les trucs plus bruts, plus sombres. Après tout, c’était l’occasion de tester. Comme je m’y attendais, j’ai effectivement trouvé un gothic rock hivernal, profond, aux guitares cristallines, avec chant guttural mais également des atmosphères prenantes qui, est-ce-dû à l’imaginaire suggéré par le nom du groupe, m’évoquent des manoirs perdus dans la campagne anglaise, avec une trame vaguement fantomatique en toile de fond. L’indécrottable romantique sommeillant en moi aime. Nos Allemands maîtrisent avec doigté, on sent le givre s’écouler lentement des cordes, on visionne des halls énormes aux chandeliers de verre poussiéreux, des claviers délicatement plaintifs paraissent se diluer hors des murs, ce qui n’empêche pas non plus une certaine fougue post-Fields of the Nephilim dans les chansons les plus musclées (‘A promise to fulfill’). L’Allemagne avait connu son âge d’or du gothic rock au cours des 90’s avec des formations telles que Love Like Blood, Still Patient ?, Dreadful Shadows, Dronning Maud Land, Tors of Dartmoor, la plupart aujourd’hui disparus ou devenus obsolètes en se reformant avec un son lourdingue et affreux (je ne citerai pas de noms) sans réellement trouver beaucoup de remplaçants, il paraît plus que réjouissant de découvrir des groupes de cette trempe. Rien de très neuf dans le son, nous sommes d’accord, mais les mecs sont à leur affaire, jouent bien, dégagent des atmosphères mystérieuses et séduisantes servies par des mélodies solides et une production, certes propre mais parfaitement adaptée et tout cela sur un ton juste, sans pathos ni surjeu; sans négliger non plus un excellent chanteur au timbre profond plus que caverneux, très juste dans son interprétation. Du beau travail pour un premier LP entre force et recueillement sur fond de légendes, de mysticisme ou simplement de rêverie, chacun choisira selon ses inclinaisons. Test passé haut la main, me voilà prêt pour le second album.

note       Publiée le mercredi 4 septembre 2019

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Raynham Hall' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Raynham Hall"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Raynham Hall".

ajoutez une note sur : "Raynham Hall"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Raynham Hall".

ajoutez un commentaire sur : "Raynham Hall"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Raynham Hall".