Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHappy The Man › 3rd - Better late...

Happy The Man › 3rd - Better late...

10 titres - 54:39 min

  • 1/ Eye of the Storm (4:05)
  • 2/ The Falcon (6:18)
  • 3/ At The Edge of This Thought (5:23)
  • 4/ While Chrome Yellow Shine (6:15)
  • 5/ Who's in Charge Here ? (5:47)
  • 6/ Shadow Shaping (4:33)
  • 7/ Run into The Ground (5:09)
  • 8/ Footwork (4:23)
  • 9/ Labyrinth (7:35)
  • 10/ Such a Warm Breeze (5:11)

enregistrement

The Band House, Reston, Virginie, USA, février 1979

line up

Coco Roussel (batterie, percussions), Kit Watkins (claviers, flûte), Frank Wyatt (piano électrique, saxophone alto, flûte), Stanley Whitaker (guitare, chant), Rick Kennell (basse)

remarques

chronique

Ce troisième album est un enfant mort né. Le groupe avançait à grand pas dans sa réalisation, jusqu'à ce que les choses se précipitent au point de faire péricliter leurs projets d'avenir et reléguer aux oubliettes ces bandes. Maintenant que Cuneiform, encore eux, a eu l'intelligence de permettre aux oreilles averties de goûter au fruit défendu, on peut dire que l'attente ne répond pas aux espérances. Attention, ne nous méprenons pas : Happy The Man reste égal à lui-même, c'est-à-dire extrêmement complexe dans sa recherche du raffinement et de la mise en place des mélodies. Malgré cela, "3rd - Better Late..." a un goût de trop peu, bien qu'à force d'écoutes, il révèle, commes les autres, les diamants dont il est serti. Quand on songe qu'il s'agit là en fait des bandes démos réalisées dans la perspective d'une session studio encore plus aboutie, cela laisse rêveur quant au potentiel dont les chansons du groupe auraient pu êtres dotées si le projet était arrivé à terme ! Ceci explique aussi en partie le manque de caractère de la production et ses petites faiblesses. A la stupéfaction générale, ce sont les titres chantés (au nombre de quatre) qui semblent tirer le mieux leur épingle du jeu, dans ce contexte particulier. Ils paraissent plus accrocheurs si bien que ce chant semble gagner en assurance ; il est plus langoureux, plus empli de regret et d'amertume - ou alors est-ce mon oreille qui s'y est définitivement habituée ? Ici encore, Happy The Man démontre d'incroyables capacités d'écriture et d'interprétations, de mises en place d'ambiances extraordinaires qui arrivent à faire oublier, dans leur élégante simplicité, tout le boulot de titan qu'il y a derrière.

note       Publiée le mardi 13 août 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "3rd - Better late...".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "3rd - Better late...".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "3rd - Better late...".