Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSweet William › Ocean

Sweet William › Ocean

  • 2013 - D-monic, D-M013 (1 cd digipack)

cd | 18 titres

  • 1 Prologue
  • 2 Ocean
  • 3 Fly away
  • 4 Insane
  • 5 New dawn fades
  • 6 Welcome to the show
  • 7 Until you sleep
  • 8 Turning
  • 9 Beautiful sky
  • 10 Tsunami
  • 11 Reach out
  • 12 Everytime and everywhere
  • 13 Silence
  • 14 Last restart
  • 15 Ground
  • 16 Over
  • 17 A walk down to the sea
  • 18 The end of the world

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Sonic Studio, Kerpen, Allemagne

line up

Oliver Heuer (chant, guitare, synthé, programmation), Frank Breuer (basse, programmation), Marius Nagel (batterie), Markus Gerlach (batterie, percussions)

chronique

Ca leur va bien, le groove, à Sweet William. Ils nous avaient largement montré ce dont ils étaient capables en matière de psyché-goth-expérimental donc rendre leur son plus accessible, finalement, ce n’est pas une mauvaise chose non plus. Après ‘Brighter than the sun’, le groupe rempile chez D-Monic avec une autre galette bio; le soleil et maintenant l’eau. Pas de pluriel, c’est l’océan dans sa globalité, en tant qu’entité, territoire, voyage, miroir, dont il est question. Après l’intro escomptée avec bruits de vagues et de mouettes, le titre éponyme, magnifique pièce gothique à la Sweet William lance le ton. On va se plaire dans la découverte de ce disque; les titres eux-mêmes sont des portes ouvertes à la rêverie, entre lumière (‘Fly away’, ‘Reach out’) et ombre (‘Insane’ beaucoup plus lourd et torturé niveau sonorités). Le combo n’a plus peur des mélodies, de la délicatesse (le mélancolique ‘Until you sleep’ au piano avec son léger parfum de Pink Floyd) mais son goût du psychédélisme le rend capable de rendre l’électricité grinçante, râpeuse si besoin est; ‘Tsunami’ prouve même que l’ancien Sweet William, féru d’expérimentation, n’a pas disparu complètement. Certaines chansons pourraient surprendre, notamment ‘Welcome to the show’, ‘Ground’, groovy as fuck avec leurs rythmes électroniques, sauf que nos Allemands nous y avaient préparés sur ‘Brighter than the sun’. N’en demeure pas moins que leurs morceaux plus ouvertement gothic rock sont un régal eux-aussi et que le timbre si particulier de Oliver Heuer fait mouche à chaque fois. La reprise de Joy Division, plutôt réussie et personnelle, ne doit rien au hasard puisque le combo a écrit quelques pièces dont le climat se rapproche quelque peu du Joy Division de ‘Atmosphere’ (‘Silence’, ‘A walk down to the sea’), mystique, baigné de nature et de solitude. ‘Ocean’ évoque aussi bien la côte, la frontière avec le monde des humains que la haute mer…Disque plutôt long, sa diversité empêche pourtant de s’y ennuyer; s’ennuie-t-on d’ailleurs à regarder l’océan ? Impossible tant ses couleurs, ses mouvements, sont en perpétuelle mutation…A l’image de la vie.

note       Publiée le lundi 26 août 2019

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Ocean' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Ocean"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Ocean".

ajoutez une note sur : "Ocean"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ocean".

ajoutez un commentaire sur : "Ocean"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ocean".