Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSleaford Mods › English tapas

Sleaford Mods › English tapas

cd | 12 titres

  • 1 Army nights
  • 2 Just like we do
  • 3 Moptop
  • 4 Messy anywhere
  • 5 Time stands
  • 6 Snout
  • 7 Drayton manored
  • 8 Carlton touts
  • 9 Cudly
  • 10 Dull
  • 11 B.H.S
  • 12 I feel so wrong

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

West Heath Garage, Sheffield, Angleterre

line up

Jason Williamson (chant), Andrew Fearn (musique)

chronique

Je n’aime pas trop les tapas et surtout pas en parler, je préfère m’enfiler des mousses et si possible dans des pints; les Sleaford Mods, ce sont un peu mes barmen attitrés, leur musique sent la bière, la pisse, le pub, quoi…Un endroit de débauche, de défonce mais aussi de réconfort, une sorte de refuge, pas forcément propre mais chaud où s’annihilent presque, l’espace de quelques heures, les rangs sociaux des clients. On peut encore lever le poing, jurer contre ces salauds de politicards, s’énerver en rêvant à des jours meilleurs qui ne viendront pas, c’est permis. Sleaford Mods sentent le pub car ils sont la voix des petites gens, des anti-stars et un titre tel que ‘English tapas’, franchement, on ne peut pas trouver plus génial ! Je n’aime pourtant pas trop en discuter de ce skeud, il y a quelque chose qui cloche. Mon respect pour le groupe n’a pourtant jamais été aussi haut, leur signature (enfin !) chez un vrai label (bon Rough Trade, hein, ils ne se sont pas vendus non plus) est amplement méritée mais il m’emballe moins immédiatement que d’autres. Il faut dire qu’il est dépouillé, jusqu’à l’os même, pratiquement que de la rythmique, avec quelques vagues notes de synthé éparses. Tout repose donc sur le chant/flow de Jason Williamson, c’est pas nouveau. Speedé au vitriol et à la bile, le gus est toujours vindicatif et révolté, les politicards, les faux rebelles, les planqués des réseaux sociaux ('Just like we do') s’en prennent largement pour leurs garde (‘Moptop’)…Pourtant (fichu ‘pourtant’), il me semble qu’une étincelle manque et que le disque peine à démarrer à 100%. C’est bon mais légèrement moins enthousiasmant, moins immédiat, que d’autres opus. Du coup, on réécoute et on réalise à quel point ce disque est subtil malgré son ossature tellement économe que même les vautours ont du mal à y picorer quelque chose. C’est la moelle qui fait le secret, il faut donc prendre le temps de ronger, sucer…C’est là que les relents dub de ‘Cuddly’, la mélodie sexy as fuck de ‘I feel so wrong’ (le chant de Williamson y fait mouche), jouent leur rôle, rappelant que ces mecs sont quand même des pointures. Pour le reste, le mélange post-punk/hip hop devenu marque de fabrique des Sleaford Mods tend tantôt vers le punk, plutôt le groove par moment (‘Snout’), parfois purement vers le post punk (Carlton touts’). En fait, les english tapas, ne serait-pas ces cacahuètes, ces chips, que chacun pioche à grandes brassées en revenant des chiottes sans s’être lavé les mains ?

note       Publiée le vendredi 16 août 2019

partagez 'English tapas' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "English tapas"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "English tapas".

ajoutez une note sur : "English tapas"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "English tapas".

ajoutez un commentaire sur : "English tapas"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "English tapas".

(N°6) › vendredi 16 août 2019 - 22:57  message privé !
avatar

Je me lave toujours les mains en sortant des chiottes et je ne pioche jamais dans les pots communs de cahouètes. Et j'écoute Astaffort Mods pasque je comprends les paroles.