Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKlinik › Eat Your Heart Out

Klinik › Eat Your Heart Out

cd | 9 titres | 39:41 min

  • 1 Nothing you can do [05:00]
  • 2 In your room [04:14]
  • 3 Mindswitch [04:12]
  • 4 Stay [04:06]
  • 5 Bite now bite [04:15]
  • 6 Therapy [02:34]
  • 7 We are one [05:02]
  • 8 Those [06:15]
  • 9 Closing time [03:59]

enregistrement

Mixé et masterisé par Eric van Wonterghem, Prodam Studios, Belgique

remarques

1xCD digipack
1xLP 12" blanc limité à 500 ex. 1xLP 12" noir, pochette ouvrante, limité à 200 ex.

chronique

Styles
electro
ebm
indus
Styles personnels
foie et reins à céder

On aurait presque oublié Klinik dans la volée de groupes sur le retour ces dix dernières années. Et pour cause, Dirk Ivens a brillé en solo avec Dive ou s'est éclaté avec Sonar (avec le partenaire de toujours Eric Van-j'arrive-même-pas-à-taper-son-nom-alors-le-prononcer-vous-imaginez-Wonterghem) voire a relancé Absolute Body Control (avec qui vous savez hein, je vais pas faire que taper du Flamand) alors que Marc Veg...Var… *zen* V-e-r-h-a-e-g-h-e-n s'est donné pour mission de transformer ce qu'il restait de Klinik en un truc vaguement trance, ambient ou on ne sait trop quoi à vrai dire (je sais, c'est méchant, mais il n'avait qu'à s'appeler Dupond/t). Alors une chose en amène une autre, précisément un one-off au BIM festival de Belgique en 2003 qui entraîne une flopée de concerts un peu partout pour en arriver à une nouvelle offrande studio. "Fair enough" comme on dit, après tout, pourquoi pas ? D'autant qu'avec un intitulé pareil on se dit avec légitimité que l'on s'apprête à subir une fessée en bonne et due forme, de surcroît avec le dit cœur à moitié bouffé. Image qui colle assez bien avec le Klinik d'antan par ailleurs, quand glauque rimait avec beat insidieux et atmosphères anxiogènes. Foin de cela ici, malheureusement. Non que "Eat Your Heart Out" soit vraiment mauvais, non, mais en lieu et place d'un cœur de bœuf le duo Belge nous sert des rognons. Ça frémit quand même hein, avec ce "Nothing You Can Do" liminaire et sa boucle rampante marquée du phrasé traditionnel de Dirk Ivens ou son corollaire "Mindswitch", et puis il y a "In Your Room" (un peu basique, mais ça passe), "Bite Now Bite" et le sympathique "Closing Time". Mais pour le reste l'on constate avec déception que tous les projets pré-cités se sont incarnés d'une manière ou d'une autre sur cet album bancal qui manque cruellement de vie : où sont donc les "Moving Hands", "Lies", "Memories" et autres "Sick In Your Mind" ? Pas dans ce cœur-ci en tout cas, ils ont déjà été bouffés !

note       Publiée le dimanche 11 août 2019

partagez 'Eat Your Heart Out' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Eat Your Heart Out"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Eat Your Heart Out".

ajoutez une note sur : "Eat Your Heart Out"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Eat Your Heart Out".

ajoutez un commentaire sur : "Eat Your Heart Out"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Eat Your Heart Out".

Wotzenknecht › dimanche 11 août 2019 - 18:07  message privé !

Decidement sur la meme longueur d’onde.

Note donnée au disque :       
born to gulo › dimanche 11 août 2019 - 17:51  message privé !

On voit l'intention, mais pas le résultat. Le retour de Dirk n'aura pas suffi à faire régresser Mark dans le temps.

Note donnée au disque :