Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHThe House Of Usher › Angst

The House Of Usher › Angst

cd | 12 titres

  • 1 Inovocation
  • 2 Move over Kate
  • 3 Deep inside my heart
  • 4 For my vengeance
  • 5 Friendly fire
  • 6 I wanna know
  • 7 Wild flower
  • 8 Down below
  • 9 Faith for the faithless
  • 10 You're the fire, I'm the ashes
  • 11 Take my hand
  • 12 To whatever end

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Jörg Kleudgen (chant), Georg Berger (guitare, basse), Axel Burgard (batterie), Ralf Dunkel (basse), Martin Krötz (guitare), Oliver Pietsch (guitare), Bianca Stücker (choeurs)

chronique

Edgar Allan Poe ne pouvait s’en douter mais les fondations de la Maison Usher sont plus solides qu’elles ne le semblaient, la version teutonne du moins. Voilà un groupe qui affiche presque 30 ans de carrière au compteur et continue de sortir des disques régulièrement. ‘Angst’ date de 10 ans mais le son du groupe se situe toujours hors du temps; ils ont la manière de tourner leur gothic rock sans trop de soucier des modes, sans pour autant renoncer à user d’un poil de technologie électronique. Quant à Jörg Kleudgen, il n’est pas de ceux menacé par le syndrome de la page blanche, l’écriture demeurant l’une des ses passions premières. En toute franchise, The House of Usher fait partie de ces formations sans grand risque, évoluant toujours sur la vague médiane sans faillir; jamais de réel mauvais disque, aucun qui ne transpose au septième ciel non plus. ‘Angst’ pourtant se situe du côté de l’écume, c’est un solide album, relativement électrique au mixage, axant le son sur la bonne vieille trilogie guitare/basse/batterie (même si un ou deux claviers lointains complètent les atmosphères parfois), une formule bien maîtrisée qui permet au combo de revenir à l’essentiel de ces mélodies. Autre élément fort, prouvé par la pochette, c’est une équipe qui joue, cela se sent dans le dynamisme de l’interprétation, pas juste des musiciens de session de passage (contrairement à ‘Inferno’, par exemple). Kleudgen et son timbre grave identifiable à première écoute restent au top derrière le micro, profonds et mélodiques à la fois. Climats variés aussi, le groupe travaille entre pièces pêchues, instants plus méditatifs, modifiant les sons, laissant sonner les guitares entre accords gras et toucher plus cristallin; les compositions ne se ressentent jamais comme ennuyeuses malgré le fait qu’elles tournent toutes autour des cinq minutes en moyenne, un écueil que The House of Usher n’avait pas toujours su esquiver. Je ne raffole pas de l’ultime piste, relativement lambda et pas assez triste pour séduire, mais je chipote car elle n’est pas ratée. Fidèle à son habitude, Kleudgen propose une de ses nouvelles dans le livret pour celles et ceux maîtrisant la Langue de Goethe. Et la peur dans tout ça ? Je ne sais pas, je ne l’ai ressentie à aucun moment…

note       Publiée le samedi 10 août 2019

partagez 'Angst' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Angst"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Angst".

ajoutez une note sur : "Angst"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Angst".

ajoutez un commentaire sur : "Angst"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Angst".

Richard › samedi 10 août 2019 - 17:52  message privé !

L'exemple parfait du type de galette que j'écoute une fois tous les deux-trois ans. Ni désagréable loin de là , ni transcendant bien évidemment. Il est juste bien difficile de retenir un morceau en particulier. La routine en somme pour les Teutons.

Note donnée au disque :