Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSin › Noisy pipes lovely noises

Sin › Noisy pipes lovely noises

11 titres - 67:05 min

  • 1/ The launch 4'33
  • 2/ Stolen gestures 3'50
  • 3/ Painful 4'26
  • 4/ Ambient1 8'36
  • 5/ Le sanctuaire de Scion 4'19
  • 6/ Le sanctuaire de Scion 7'30
  • 7/ Le sanctuaire de Scion 11'18
  • 8/ SM 3'10
  • 9/ Hard pain 2'34
  • 10/ VVA ? 8'01
  • 11/ Outro 8'48

enregistrement

Recall studios, Paris, par Vincent Brunello

line up

Franck Renou (vocaux), Damien Barquero (guitare live et ring-mod), Vincent Brunello (claviers, electronique et guitares samplées)

remarques

Vous voulez un acide ?

chronique

Sin... j'adore ce mot. Trois pauvres lettres pour tant d'images et d'idées qui se bousculent dans mon esprit. Je dis dire que le style (l'indus), est loin d'être un de mes favoris, bien au contraire... Mais, toujours avide de disques aptes à refonder mes jugements, c'est sans trop tarder que j'ai casé ce disque dans ma platine, les oreilles pleines d'espoir. Le premier nom qui me vient à l'esprit : NIN. Au niveau de la voix, principalement, des sons, quelque peu. On est sur la bonne voix. Le premier morceau est tout bonnement excellent, une intro au chant et aux ambiances posées, sur laquelle viennent se greffer des beats percutants et cacophoniques, et de la guitare samplée. Par la suite, passé le blocage sur les beats qui m'est caractéristique, c'est un peu la même bonne surprise, on soupçonne quelques influences Depeche Mode, on jouit des nombreux passages electro, on tripe sur les boucles infernales, les grattes, le chant très travaillé et sans faute, les effets sur les vocaux, les rythmes endiablés. Je dois dire que pour un premier album, celui-ci est tout simplement bluffant ! Le groupe est très inspiré et tient à explorer des domaines différents. A ce propos, il est impossible de ne pas parler du "Sanctuaire de Scion". Une pièce conceptuelle en trois compos. Une intro instrumentale et ambiante, posant tranquilement les bases, une 'part 2.', sorte de développement, seule partie contenant du chant, qui se finit dans un boucan indomptable et hétéroclite, puis, fuit doucement l'ambiance avec une conclusion toute en excellence (malgré le revirement heavy qui a tendance à me taper plus que sincèrement sur le système). Par ailleurs, la production est très bonne. A la fois très claire, et complètement bordélique lors des passages indus pure souche. Et si vous le permettez, je tirerai mon coup de chapeau pour "Ambient1", avec ses beats hypnotisants, son long crescendo insoutenable, et son final en apothéose sonore.

note       Publiée le lundi 12 août 2002

partagez 'Noisy pipes lovely noises' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Noisy pipes lovely noises"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Noisy pipes lovely noises".

ajoutez une note sur : "Noisy pipes lovely noises"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Noisy pipes lovely noises".

ajoutez un commentaire sur : "Noisy pipes lovely noises"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Noisy pipes lovely noises".

saraph › jeudi 28 mars 2013 - 12:04  message privé !

Troisième Leçon de ténèbres: Pour extraire une épine,servez-vous d'une autre épine Proverbe Bantou

Solvant › jeudi 15 mars 2012 - 21:41  message privé !

Lisse ? Non absolument pas. C'est varié, comme dans une locomotive industrielle, ça crache, ça déchiquette son bionic sur tous les tons.

Note donnée au disque :       
yog sothoth › jeudi 15 mars 2012 - 21:35  message privé !
avatar

Ha ouais ??? Merde, j'avais consciencieusement esquivé le groupe parce que ça me donnait l'air d'être ultra-lisse...

Solvant › jeudi 15 mars 2012 - 21:19  message privé !

Choppé à très bas prix grâce aux miraculeuses & rarissimes promos de Monster Melodies, j'ai tout de suite adoré. L'ambiance est grandiose, la richesse des sons et la dynamique electro-indus ne faiblit que pour se faire plus profonde et sournoise. NIN est toujours proche, Dive aussi, ça pète, ça smurf, ça hypno sans lasser, c'est dansant, parfois même stellaire, c'est de la fusion à froid, et surtout c'est bien fourbe comme j'aime.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › lundi 10 mars 2008 - 20:47  message privé !
Yes ! je l'ai le Errare Digital Est, synth-pop indus sympa, non loin de Psyche. Chro, tu dis ? ...