Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGalactic Cowboys › Galactic Cowboys

Galactic Cowboys › Galactic Cowboys

  • 1991 • Geffen DGCD-24324 • 1 CD

cd • 10 titres • 59:29 min

  • 1I'm Not Amused
  • 2My School
  • 3Why Can't You Believe In Me
  • 4Kaptain Krude
  • 5Someone For Everyone
  • 6Sea Of Tranquility
  • 7Kill Floor
  • 8Pump Up The Space Suit
  • 9Ranch On Mars Reprise
  • 10Speak To Me

line up

Ben Huggins (chant, guitare acoustique, harmonica), Dane Sonnier (guitare, chant), Monty Colvin (basse, chant), Alan Doss (batterie, chant, clarinette),

remarques

chronique

Ah, ce début des années 90, c'était quand même un beau foutoir. On pouvait y croiser de drôles de disques très familiers... Prenez par exemple les texans Galactic Cowboys, et leur pochette délicieusement old-school à base de crâne de taureau SF avec des cornes en panneaux solaires-bobines tesla. N'importe quoi. Mais si j'avais connu cet album à l'époque où je jouais à GTA San Andreas, comment je me le serais collé en heavy rotation rien que pour les survols de désert en jetpack, olala ! Galactic Cowboys resteront à jamais dans l'ombre des "stars" locales King's X - eux-mêmes cruellement méconnus - au point de souvent passer pour des King's X du pauvre. Reste d'eux la chevauchée d'un groupe choral, décomplexé et attachant, ancré dans le sillage de cette scène "grunge" de Houston qui consistait à injecter une massive dose de refrains nunuches et hyper-conviviaux à la Beatles dans sa tambouille alterno-hard rock sudiste. Si la sinueuse "I'm not amused" préfigure un Tool encore à l'état d'esquisse (c'est flagrant sur les couplets) et si on sent par endroits poindre un feeling à la FNM forcément réjouissant, la plupart des morceaux, très choraux-mélodiques et se déniaisant à grand peine à coups de grosses guitares hésitant entre le beauf et le bizarre ("Kill Floor"), renvoient pourtant inévitablement aux grands frères plus talentueux, qui irradiaient à l'époque toute la scène texane... Galactic Cowboys sont peut-être encore plus stéroïdés du gnan-gnan, pour ne pas dire furieusement nigauds ("Ayayayayayayayayayyyy... Kaaaaaptaaaaain Krude !"), avec des vrais chœurs harmonieux de surfers du désert (tous les titres) aussi amples que des canyons, du gros hard rock de rider fougueux avec cassures rythmiques certifiées "metal alternatif" dispatchées un peu partout, et des refrains de hippies musclés fans des Fab Four, filant sur des Harley de toutes les couleurs carburant au sirop de maïs... Diabétiques s'abstenir ! Un vrai rodéo fleuri, avec des bandanas en veux-tu en voilà, et un amour de la vie sans bornes de christian rockers qui préfèrent la parade nuptiale au prêchi-prêcha biblique relou. Ces bouviers de l'espace avaient tout de même plus d'un lasso à leur arc électrique (mais si mais si, ça veut dire quelque chose) comme le prouve "Sea of Tranquility" et son crossover stoner-Suicidal Tendencies bien burné, la jouissive embardée "Pump Up the Space Suit", ou encore ce final plus prog' qui envoie meuchamment la confiote... Si ce premier album ultra-solaire a de quoi écœurer, il faut quand même lui rendre le petit hommage qu'il mérite : depuis 1991, on a pas fait mieux pour accompagner un road-trip collectif dans le Big Bend.

note       Publiée le dimanche 4 août 2019

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Galactic Cowboys".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Galactic Cowboys".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Galactic Cowboys".