Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZZoo › Prasasti

Zoo › Prasasti

version cdr | 22 titres | 45:52 min

  • 1 Kedo-Kedo [0:48]
  • 2 Manusia Baru [6:10]
  • 3 Plaba Umak [1:30]
  • 4 Pesta Memohon Hujan [2:58]
  • 5 Pemuja Hari [3:01]
  • 6 Pada Gunung [1:10]
  • 7 Kita Ini [2:53]
  • 8 Tanah Ibu [3:53]
  • 9 Demi Kekal [3:34]
  • 10 Natonto [2:22]
  • 11 Hymne Pedadaban [1:47]
  • 12 Suplemen [0:54]
  • 13 Suplemen [2:22]
  • 14 Suplemen [2:01]
  • 15 Suplemen [0:52]
  • 16 Suplemen [2:08]
  • 17 Suplemen [0:48]
  • 18 Suplemen [1:01]
  • 19 Suplemen [1:48]
  • 20 Suplemen [1:07]
  • 21 Suplemen [1:08]
  • 22 Suplemen [1:36]

version lp | 11 titres | 30:06 min

  • FACE A
  • 1 Kedo-Kedo [0:48]
  • 2 Manusia Baru [6:10]
  • 3 Plaba Umak [1:30]
  • 4 Pesta Memohon Hujan [2:58]
  • 5 Pemuja Hari [3:01]
  • 6 Pada Gunung [1:10]
  • FACE B
  • 7 Kita Ini [2:53]
  • 8 Tanah Ibu [3:53]
  • 9 Natonto [2:22]
  • 10 Demi Kekal [3:34]
  • 11 Hymne Pedadaban [1:47]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

En se référant au tracklisting de la version LP ( !Angr !, 2017) : enregistré au studio RPM (1, 3, 5, 6, 7, 8, 9, 10) et OPRC (2, 3, 4, 5, 8, 9, 10) par Arwan Rosadi (1, 3, 5, 6, 7, 8, 9, 10), Oki Gembus (2, 4, 6, 8) et Fahmy Arsyad Said (2, 3, 4, 5, 6, 8, 9, 10). Enregistrement de la piste 11 non-crédité. Mixé par Arwan Rosadi.

line up

Dimas Budi Satya (bedhug, batterie), Rully Shabara (voix, synthétiseur, rebana), Bhakti Prasetyo (basse, mandoline), Ramberto Agozalie (batterie)

remarques

« Zugrafi » (logo/rosace ?) créé par Rully Shabara Herman. Traducteurs et consultants en langues : Sadat Lapope, Idrus bin Hasun, Henri Prasetya Yayha, Dian H. Indrawan, Yurisma Taufik, Doni Urik, Fahmy Arsyad Said, Dhani Disdain et Richie Petroza.
La version LP se lit en 45 tours.

chronique

Ç’avait été curieux, assez saisissant, de tomber sur ces types. Postés devant ce squat assez incroyable, à Leipzig, d’ailleurs – se tenant comme personne autour, comme s’ils avaient porté sur eux l’atmosphère, l’attention aux parages, les distances d’autres rues. Plus tard, à l’intérieur, la nuit : leur musique qui nous avaient chopés, nous étrangers ici, parmi les locaux, devant cet autre chose, encore, qu’ils dégageaient maintenant. Quelque chose d’ailleurs, donc. Mais le contraire, à vrai dire, d’un exotisme – en ce que le mot charrie de confort, d’extérieur ramené aux proportions, impressions, odeurs rassurante d’un jardin, d’un bazar au mieux post colonial. Eux, plutôt, attrapaient autrement ce qui nous était familier – basse, guitare, riffs… Les comprenaient depuis un autre angle, un autre point, le tracé d’autres vecteurs. Et faisaient encore surgir encore d’autres rapports, depuis Jogyakarta, d’où ils viennent : rapport au monde, rapport aux foules et aux chacun, sans-doute. Une force peu commune, de toute évidence – souffle, tension, ouvertures et parades, propitiatoires. Tout ça passe, aussi, sur ce disque. Avec moins de puissance frontale, d’accord – le balancer à l’identique, de toute façon, sonnerait sûrement ridicule, un peu plus encore, un peu trop hors-champs, dans l’écoute entre-les-murs. L’impression n’en demeure pas moins vive, pourtant – d’un tout parfaitement formé, dont on détoure à l’œil les contours, des composantes, mais qui nous traverse de son inconnue, situation dont on a franchi la limite sans savoir trop comment. Des bouts de bruit coreux – ils en ont l’allure « tough » versant sud-est asiat’, mais ça ne tient pas qu’à ça. Des accélérations démultipliées, batterie et percussions qu’on pense « traditionnelles » – mais de quels coins, de quelles formes par eux connus. Des voix psalmodiées dans les graves, le guttural profond, à peine dés-enfoui – le growl du Bardo, du Ramayana ? Des cris qui font démons ou prêtres exorcistes – ou danseurs aux faciès révulsés, théâtre de panique parfaitement maîtrisé, chaque geste, trait, torsion. Déboussolant. D’un certain psychédélisme, si on veut – mais plus rude alors, plus brut, moins noise atmosphérique, plus confrontation, encore, que dans Senyawa, groupe où joue également le ci-présent Rully Shabara (Herman ou pas, selon les occurrences). « Des esprits », qui déboulent – on ne sait pas leur nom, ni même avec certitude si s’en sont, et ce qu’ils nous veulent – qu’ils soient ou non des officiants grimés, costumés, qu’ils soient ou non farceurs. (Apparemment, toujours : frappeurs). Par contraste, des moments de mélodies pleines, élégiaques, apaisées – pastorales, presque, souvent jouées à la basse, les voix posant parfois des harmonies quasiment pop, par-dessus, en haut. Jusqu’à ce que ça reparte – cassure en pivot – en course cahotée. Et allers, et retours. Les notes, sur la pochette, nous disent qu’ils traduisent, sans toujours préciser « des langues » – régionales, très locales. Qu’ils sont auteurs de tous les arrangements… On ne saura pas, comme ça, sans fouiller – et comment, où ça, en commençant par quoi ? – ce qu’eux ont pu emprunter. Ça ne ressemble toujours guère à quoi que ce soit à quoi, à qui je puisse penser – ou alors par incidence. Ça reste vif, présent, vivant comme une question jetée à l’impromptue. Autrement – mais pas moins – que l’avait été ce concert fou. J’ai l’impression qu’aucune image n’en circule, de celui-là. Tant mieux, je garde comme ça un souvenir mouvant – je ne cherche pas à relever les différences, j’écoute sans scruter. Je me demande toujours – et j’ai envie, comme ça, de les revoir, de m’y coller – quelle part d’improvisation ou pas s’engage, quand ils démarrent et continuent, mènent au bout en nappes, strates, reliefs piqués. Je me rappelle : au bout de la déferlée, le type au micro nous avait fait un geste, pour dire au revoir, et c’est fini, au bout de la dérouillée. C’était un petit bisous – sonore, claquant, puis soufflé tout sourire sur sa paume mise à plat, les doigts tournés vers nous.

note       Publiée le samedi 13 juillet 2019

Dans le même esprit, Dioneo vous recommande...

partagez 'Prasasti' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Prasasti"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Prasasti".

ajoutez une note sur : "Prasasti"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Prasasti".

ajoutez un commentaire sur : "Prasasti"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Prasasti".