Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBalmog › Vacvvm

Balmog › Vacvvm

cd | 8 titres | 40:18 min

  • 1 Qui immolatus iam non moritur… [01:05]
  • 2 Eating the Descendant [05:51]
  • 3 Hodegetria [04:35]
  • 4 Vigil of the Blinds [05:12]
  • 5 Inde Deus Abest [03:35]
  • 6 Come to the Pulpit [06:26]
  • 7 Gignesthai [07:17]
  • 8 …sed semper vivit occisus [06:17]

enregistrement

Enregistré et mixé aux Studios Moontower. Piste 5 composé et enregistré par Varunian.

line up

M. (Basse), B. (guitares, vocaux, claviers), V. (batterie)

chronique

Aaaah, la modernité, le linéaire, les arpèges et les dissonances, toussa... Balmog a bien failli se faire avoir (les fous!!), mais... non. Un peu plus nauséeux, plus noir, un peu moins défoulant et plus malmenant, "Vacvvm" tente vraisemblablement de s'insinuer un peu plus dans l'air du temps ("Svmma fide" réussissait pourtant le quasi exploit de perpétuer une vieille tradition satanique sans sonner daté ni maigrelet), et de sortir de la simple efficacité au profit d'un travail atmosphérique qu'il imagine plus durable. La filiation avec le Satyricon post 2000 en est renforcée, même si le son garde fort heureusement sa dose de barbe, le distinguant ainsi assez largement de son glorieux aîné. Ce que "Vacvvm" perd en efficacité cervicale et pectorale, il le gagne en malignité. Depuis le déjà satisfaisant "testimony of the abominable", Balmog évolue tout doucement, presque pas même. Un peu moins punk que l'album de 2012, "Svmma fide" semblait simplement accomplir ce que son grand frère mettait en place, grâce à une inspiration plus évidente et une variété rythmique plus mature et maîtrisée. Avec "Vacvvm", le trio espagnol resserre encore un peu les rangs, quitte à sembler d'abord un peu plus monotone, soucieux, sans doute, d'avoir l'air plus méchant, froid et terrible, mais aussi désireux d'installer une ambiance plus dense et plus ample. Là où les flammes dominaient, la nuit fait désormais son apparition. Délaissant quelque peu les mid headbangant, le groupe parsème son déluge d'arpèges grinçantes et de lâchers d'accords coupants, ajoutant à l'occasion à la paternité du groupe norvégien déjà cité l'ombre d'un Emperor période "Anthems...". Ni clinique comme le premier, ni complexe et encore moins symphonique comme le second, Balmog trouve donc sa personnalité et sa force dans cette manière d'intégrer des influences plutôt cérébrale à une musique foncièrement organique. Ce troisième album est moins musculeux, plus sournois, plus porté sur l'atmosphère mortifère. Plus de nuit, moins de lave, le trio perd de sa puissance de frappe au profit d'une ambiance plus profonde. L'album met donc un peu plus de temps à trouver sa place dans la tête que son prédécesseur, dont l'efficacité assurait dès les premières écoutes un air de "reviens-y". Mais des pièces comme "Hodegetria" montrent rapidement que, si Balmog n'a toujours pas l'intention de bousculer les lignes, trèèèèèès loin s'en faut, il fait preuve d'un savoir faire incontestable. "Svmma fide" version nocturne? Moui, à peu près...

note       Publiée le lundi 1 juillet 2019

partagez 'Vacvvm' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Vacvvm"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Vacvvm".

ajoutez une note sur : "Vacvvm"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Vacvvm".

ajoutez un commentaire sur : "Vacvvm"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Vacvvm".

born to gulo › mercredi 3 juillet 2019 - 18:17  message privé !

Non vraiment, autant sur le précédent ils arrivent assez mystérieusement (il est vrai que cet homme a un gosier assez prodigieux, tout en discrétion) à suggérer la présence permanente d'une braise sous leur son de fer et de glace (par moments ça touche à Killing Joke), autant celui-ci, tout tombe à plat, à mon goût : c'est en effet morne quand ça "riffe" et blaste, et lorsque ça tente de donner dans l'ambiance, c'est kitsch et gadget, à part sur les deux derniers morceaux, où ils prennent le temps, comme ils avaient coutume de le faire d'après ce que j'entends. Je ne saurais même pas quelle intention leur prêter pour arriver à ça. Du coup je vais plutôt traîner à rebours à partir de Svmma Fide : Testimony m'a tout l'air fait pour me titiller aussi, avec ses longs morceaux à braseros et bêlements orgiaques, et sa voix pile entre MkM et... Satyr.

born to gulo › mardi 2 juillet 2019 - 22:02  message privé !

"Morne" est souvent une qualité pour moi, c'est bien pourquoi je le sentais mieux a priori ; mais j'ai effectivement manqué de quelque chose qui me retienne un tant soit peu, en fait de catch. J'y reviendrai si l'autre doit signer le début de quelque chose de sérieux chez moi.

Sheer-khan › mardi 2 juillet 2019 - 18:35  message privé !
avatar

Faut le laisser venir celui-là... l'est plus morne au premier abord (au deuxième aussi d'ailleurs...). Il est moins catchy.

Note donnée au disque :       
born to gulo › mardi 2 juillet 2019 - 17:13  message privé !

C'était qui, déjà, ce chroniqueur fameux qui disait, de mémoire : "Ondskapt je l'entends partout, même dans les trucs mauvais" ? ^^ Alors celui-là, des deux, contrairement à ce que j'aurais pu penser, n'est pas celui qui me parlera. L'autre en revanche...