Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBells Into Machines › Bells Into Machines

Bells Into Machines › Bells Into Machines

cd | 14 titres | 61:46 min

  • 1 Your crime scene-My career [03:25]
  • 2 Wretched little deity [04:43]
  • 3 Soul of a man [05:49]
  • 4 Ordinary fascist [04:41]
  • 5 Missions [03:40]
  • 6 ATF shadow [03:31]
  • 7 Day of the lords [06:52]
  • 8 Machine gun Odessa [04:00]
  • 9 Sweet life in soaring light [04:19]
  • 10 Video of slaughter [03:28]
  • 11 Films [04:05]
  • 12 Zero soldiers [05:38]
  • 13 Missions ('84 version) [04:22]
  • 14 Your crime scene-My career (blood on the Bayou remix) [03:15]

enregistrement

Enregistré aux Etats-Unis, 2016.

line up

Paul Barker (basse), Chris Connelly (chant), Lee Popa, Brian Diemar, Janne Jarvis, Toby Wright

Musiciens additionnels : Hoss Wright (batterie, 2), Stephen Bier Jr. (machines, 2), Chris Rose (batterie, 5, 7, 9, 11, 12), Kevin Post (guitares, 5)

remarques

La version CD de 2018 (ici chroniquée) comporte un titre supplémentaire ("Day of the Lords") et seulement deux des remixes présents sur la version numérique de 2016.
2016 : 1 album numérique
2018 : 1 CD avec track list différente.
2018 : 2xLP
2018 : 1 album disponible sous divers formats numériques

chronique

C'est toujours avec un plaisir non dissimulé que l'on prend contact avec une nouvelle aventure musicale incluant Paul Barker. Depuis son départ de Ministry, le bassiste n'a certes pas chômé : relance de son projet Lead Into Gold, productions diverses et variées pour d'autres artistes, création de U.S.S.A. avec Duane Denison (Tomahawk), publication d'un album collaboratif en accompagnement de la version DVD de "Fix: The Ministry Movie". Chris Connelly, lui, n'est jamais très loin, entre ses litanies "bowiennes" en solo, ses nombreuses collaborations (le plat Damage Manual au débuts des années 2000 entres autres) ou sa version de RevCo avec Cocksure, projet versatile créé avec Jason C. Novak. Les deux compères s'adjoignent la participation de Lee Popa, producteur live de l'âge d'or de Ministry et trois autres acolytes au cv moins prestigieux. Le résultat est, comme vous pouvez l'imaginer, empreint des personnalités marquées de Barker et Connelly, mais loin s'en faut pour que "Bells Into Machines" nous serve une énième version de Ministry/RevCo/Pigface/Murder, Inc./Lard/ad lib. La basse ronflante et claquante (groovy et post punk) de Barker s'approprie les morceaux les plus agressifs ("Wretched Little Deity", "Ordinary Fascist", "Machine Gun Odessa", "Video of Slaughter") et Connelly alterne entre son phrasé typique (entre hip-hop, funk et agression verbale) et son timbre "bowien" au mimétisme bluffant, fonctionnant parfaitement sur "Sweet Life In Soaring Light" mais bien mièvre sur "Missions" . Plus de réussite avec les incursions blues/americana de l'excellent "Soul of a Man" ou du remix de "Your Crime Scene-My Career", bien meilleur que la version originale qui ouvre l'album. L'ensemble est soutenu par une facture electro industrielle plutôt redevable à Trent Reznor, divers avatars techno et bien sûr Ministry. Ajoutez à cela un joli cadeau de la part de Tonton Paul et Tata (?) Chris avec deux covers plutôt réussies, "Films" de Gary Numan  et le "Day of the Lords" de Joy Division. Au final, un album éminemment sympathique et efficace, non exempt de défauts mais qui évite l'écueil du super groupe pour nous proposer un projet solide à l'enthousiasme évident, et on l'espère, pérenne. 4,5/6

note       Publiée le lundi 17 juin 2019

partagez 'Bells Into Machines' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Bells Into Machines"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Bells Into Machines".

ajoutez une note sur : "Bells Into Machines"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Bells Into Machines".

ajoutez un commentaire sur : "Bells Into Machines"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Bells Into Machines".