Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGogol 1er Et La Horde › Poète, prophète, barbare

Gogol 1er Et La Horde › Poète, prophète, barbare

cd | 11 titres

  • 1 Ma vie est triste à mourir
  • 2 Cent millions d'amis
  • 3 J'ai pas de rancoeur
  • 4 Et vivra la révolutionne
  • 5 Voilà l'an 2000
  • 6 Bi-alternatif
  • 7 Hymne guerrier
  • 8 Encula
  • 9 La vie est une escroquerie
  • 10 Tout s'explique à la fin
  • 11 Carnivore

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

chronique

Encore un et j’arrête; en même temps, il ne reste plus grand chose de toute manière. Donc un Gogol valable, le dernier de la série, je sais, je traîne la patte…Fait chier Jacques Dezandre, ça vieillit mal mais pas suffisamment pour pouvoir tout rejeter en bloc ou alors c’est cette foutue nostalgie d’une époque qui s’éloigne de plus en plus à mesure que se réinstalle une atmosphère bienpensante et bénie oui-oui à souhait, surtout dans la jeunesse. On zappe d’emblée ‘Ma vie est triste à mourir’, mauvais parodie de rap 80’s, et ’30 millions d’amis’, sorte de version punk de Gotainer, pour arriver à ‘J’ai pas de rancoeur’, pas le morceau du siècle mais un bon Gogol bas du front et méchant comme il faut. ‘Et vivra la révolutionne’ ? Sans intérêt. ‘Voilà l’an 2000’, limite pop, mais assez drôle pour qui a vécu ces années-là parce, mine de rien, cette date-là avait quelque chose de hautement symbolique quand on était gosse; et puis il y a une ambiance un peu fraîche pas dégueu, notamment grâce au clavier. ‘Bi-alternatif’ passe mieux aujourd’hui en ce qui me concerne; à l’époque j’y décelais uniquement une de ces parodies de rap gonflantes, j’y entends aujourd’hui une forme de post punk robotique de série B mais c’est ok en ce qui me concerne, grâce aux éclats de guitare sales. ‘Hymne guerrier’, on y arrive, du bon, rock déjà plus punk mais sombre comme il faut, pas si éloigné d’Alien Sex Fiend. Plus à rien reprocher à la suite, entre restes punk, post punk, délires faux-mystiques typiques (‘Tout s’explique à la fin’), Gogol assure son contrat de manière honorable (encore qu’un travail de remastering ne serait pas du luxe). ‘Poète, prophète, barbare’, au final, comme pas mal de disques du groupe inclut son lot de bonnes choses, inutilement dévalorisées par des pièces dispensables et plutôt neuneu…Voilà sans doute mon souci: Jacques Dezandre n’a pas souvent été à la hauteur de Gogol ou vice versa. 3,5/6

note       Publiée le mardi 23 avril 2019

partagez 'Poète, prophète, barbare' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Poète, prophète, barbare"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Poète, prophète, barbare".

ajoutez une note sur : "Poète, prophète, barbare"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Poète, prophète, barbare".

ajoutez un commentaire sur : "Poète, prophète, barbare"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Poète, prophète, barbare".

SEN › mardi 23 avril 2019 - 19:03  message privé !

Passé les 2 premiers albums j'ai du mal à trouver de l'intérêt à écouter Gogol...