Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSoviet Soviet › Fate

Soviet Soviet › Fate

cd | 10 titres

  • 1 Ecstasy
  • 2 1990
  • 3 Introspective Trip
  • 4 Further
  • 5 Gone Fast
  • 6 No Lesson
  • 7 Together
  • 8 Hidden
  • 9 Something You Can't Forget
  • 10 Around Here

line up

Alessandro Costantini (chant, guitare), Andrea Giometti (basse, choeurs), Alessandro Ferri (batterie)

chronique

'Pfffff, la teuf de malade…Cre-vé, les yeux bouffis, une haleine de chacal, à demi-sourd, des fringues puant la weed à 20 km et cette dernière bière à moitié vide que je me trimballe depuis deux heures…On se pose, un p’tit digestif et dodo…’.’Rêve pas mon pote, avec Soviet Soviet dans la platine, soit tu repars, soit t’es mort parce que ces Italiens, les titres calmes, ils ne connaissent pas…’. Vous avez vu les lettres sur la pochette ? Avec les chansons, c’est pareil, elles paraissent accrochées les unes aux autres, à peine la place pour le 1-2-3 copyright Ramones et ça repart ! Bien avant qu’il ne soit réellement hype d’apprécier le post-punk, le trio avait lancé la fusée et ils n’ont pas décidé de ralentir ni de polir le son pour flatter les hipsters. Rythmiques caracolantes, volutes de gratte en folie et ce chant complètement habité et possédé qui parait tournoyer dans son propre monde. Retour à la pochette, la musique de ‘Fate’ est tendue mais pas oppressante, elle laisse et dégage de l’espace, ce qui ne la rend pas plus facile pour autant. Sauf que derrière cette énergie se cachent aussi des mélodies imparables qui jouent à sonner chaotiques pour faire semblant de brouiller les pistes. C’est là le secret du groupe, une vitalité survoltée, un esprit post punk empruntant aussi bien aux Chameleons qu’aux Jesus and Mary Chain, avec la touche de Warsaw réglementaire et même un zeste de la version la plus énervée de Placebo à leurs débuts (oui, ça fait vulgaire de le dire aujourd’hui). C’est dire si c’est varié et cohérent. ‘Fate’ confirme toutes les attentes de ‘Summer, Jesus’, avec une série de brûlots sans faille, directs, bien équilibrés, jamais trop courts ni trop longs qui, contrairement à ce que j’ai souvent lu, n’auraient pas pu être enregistrés en 1980, sauf si les gus avaient inventé le shoegaze pour s’en inspirer façon surdopée au passage…Et on s’en fout, parce qu’en 2013, ça tombait très bien aussi. Allez, cul sec et on se fait une after ?

note       Publiée le lundi 22 avril 2019

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Fate' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Fate"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Fate".

ajoutez une note sur : "Fate"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fate".

ajoutez un commentaire sur : "Fate"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fate".

pokemonslaughter › mardi 23 avril 2019 - 22:07  message privé !
avatar

ah oui je l'aime beaucoup celui ci aussi !

Richard › mardi 23 avril 2019 - 05:30  message privé !

Superbe album. Impossible de s'en lasser. Concis, percutant, ultra efficace en somme. Puis le chanteur sur scène, c'est un véritable Marsupilami ! J'y retrouve même un petit côté Frank Black dans la voix. Puis pour Placebo, difficile effectivement de ne pas y penser. Aucune gêne pour moi :) à avoir concernant la bande à Molko qui fut un trio bien excitant jusqu'à " Meds"...

Note donnée au disque :