Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThanatos (USA) › An embassy to Gaius

Thanatos (USA) › An embassy to Gaius

  • 1997 - Projekt, PROJEKT 59 (1 cd)

cd | 23 titres

  • 1 Von Stauffenberg
  • 2 An embassy to Gaius
  • 3 Leather avenues
  • 4 Death of an angel
  • 5 Spanish bombs
  • 6 Erich Honecker scrapbook
  • 7 Liquidation
  • 8 Nothing to lose
  • 9 All I have left
  • 10 Kingdoms for cobwebs
  • 11 Collins & something
  • 12 Fear and trembling
  • 13 Janissaries
  • 14 God equation
  • 15 Infinite in all its directions
  • 16 John Brown's body
  • 17 Memorium FR
  • 18 Jamais pars
  • 19 Hell on the water
  • 20 Cop killer
  • 21 Sympathetic
  • 22 The ambassy to Gaius
  • 23 The precipice

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Padraic Ogl (chant, guitare, basse, harmonica, percussions), Sam Rosenthal (électronique, programmation, choeurs), Rena (voix)

Musiciens additionnels : Laura Laird (basse), Lucian Casselman, Susan Jennings (voix), Vidna the cat (miaulements), Veronika (percussions)

remarques

'Spanish bombs' est une reprise des Clash, 'Death of an angel', une de Human Drama et 'Cop Killer', une de Body Count.

chronique

Je n’ai jamais réellement compris la signification profonde du titre mais, tel est le pouvoir des mots à ouvrir les écluses de l’imagination, j’y ai d’emblée perçu une émotion bien spéciale, comme une forme d’ambassade de la dernière chance, dans une situation désespérée. Tant de consuls ont porté ce nom, lequel est donc ce Gaius ? Est-ce important ? D’autres noms historiques sont éloquents: Von Stauffenberg, un personnage dont la trajectoire m’a toujours intriguée et dont la phrase : ‘Il est temps que maintenant quelque chose soit fait. Toutefois, celui qui ose faire quelque chose doit être conscient que c’est bien en tant que traître qu’il entrera dans l’Histoire allemande. Cependant, s’il s’abstient d’agir, il serait alors un traître face à sa propre conscience’ résume l’idée d’un certain courage de la résistance au péril de sa vie; Erich Honecker, John Brown, fanatique d’une juste cause qui le poussera à commettre des massacres…Sans oublier l’étonnante reprise dark folk de ‘Spanish bombs’ des clash et ses allusions à la guerre civile espagnole…Une version ambiguë de l’histoire ? Comme pour montrer que rien n’est noir ni blanc ? Un plaidoyer pour celles et ceux qui ont tenté de contrer le cours de l’Histoire ? Une interrogation sur la notion de pouvoir ? Chacun jugera…Ces interrogations sont servies par une musique dépouillée jusqu’à l’os, le dark folk dans son essence la plus pure: chant et guitare, avec de temps à autre histoire de varier le propos quelques touches plus expérimentales (‘Erich Honecker scrapbook’, ‘Liquidation’, ‘Janissaries’ et leurs lointains échos de Death in June), voir un harmonica blues étonnant (‘Infinite in all its directions’), sans oublier la totalement inattendue cover du ‘Cop killer’ de Body Count, version bricolo-deathrock-minimal wave. Ces touches surprenantes sont bienvenues car le premier défaut de ce disque, c’est son nombre de morceaux. Certes, Padraic Ogl a la voix grave de l’emploi, avec des touches décadentes, ironiques, délicieuses; oui, certaines chansons sont réellement bouleversantes dans leur tristesse dépouillée; ok, ce petit effet de halo confère une profondeur nocturne à l’entier de l’album mais quand même…On frise l’overdose de folk, aussi dark soit-il; je dis bien ‘frise’ car malgré d’indéniables longueurs, Thanatos mène sa barque avec un certain talent malgré tout, notamment par ces pièces brisant le schéma chant/guitare. Sam Rosenthal de Black Tape for a Blue Girl vient ajouter quelques notes de clavier et bidouillages, divers vocalistes posent quelques voix en arrière-fond et Ogl s’amuse avec des effets électriques sur sa guitare, ainsi sur le final qui sonne limite comme une version batcave de Death in June…Trop long, je le maintiens, mais plein de surprises et de belles choses justifiant pleinement l’achat. ‘It all came to nothing and it was doomed to such, and it’s all already determined, the ambassy to madness, the ambassy to Gaius’…

note       Publiée le dimanche 21 avril 2019

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'An embassy to Gaius' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "An embassy to Gaius"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "An embassy to Gaius".

ajoutez une note sur : "An embassy to Gaius"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "An embassy to Gaius".

ajoutez un commentaire sur : "An embassy to Gaius"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "An embassy to Gaius".