Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIntegrity › Humanity Is the Devil

Integrity › Humanity Is the Devil

cd | 8 titres | 52:32 min

  • 1 Vocal Test [01:17]
  • 2 Hollow [02:18]
  • 3 Psychological Warfare [01:40]
  • 4 Trapped Under Silence [03:09]
  • 5 Abraxas Annihilation [02:14]
  • 6 Jagged Visions of My True Destiny [04:01]
  • 7 Drowning in Envy [03:24]
  • 8 Humanity Is the Devil [34:29]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré par William Korecky, assisté par Aaron Melnick et Robert D. Zeiger. Produit par Aaron Melnick et Integrity (pistes 1 à 6). Pistes 7 et 8 produites par Dwid. Petite précision sur la tracklist : la version cd contient donc une piste très longue parfois créditée sous le nom de Psywarfare, le projet ambient du Dwid. Celle-ci contient un long monologue, suivi d'une piste fantôme assez longue, pour ensuite nous offrir dans son intégralité l'EP "In Contrast of Sin" sorti à l'origine en 1990.

line up

Chris Dora ([Chris] batterie), Dwid Hellion ([Dwid] voix), Aaron (guitare), Frank (guitare), Leon (basse)

Musiciens additionnels : The Human Furnace (voix [2]), Dave Araca (percussions, sampler [8]), Frank Araca (narrateur [8])

remarques

Sorti en cd, vinyle, cassette. L'album a été remasterisé et remixé en 2015 (cd, Magic Bullet Records), et en 2017 (vinyle, Organized Crime Records). Une autre édition est sortie en 2018, en vinyle, chez Knives Out Records.
Illustration par Pushead.

chronique

Je ne suis pas très EP. Trop court, pas assez long. Sauf celui-ci, car il n'est pas comme les autres ; déjà il est beau, car j'aime Pushead depuis que je collectionne les diverses cartes postales Metallica. Deuzio, il me satisfait sur une petite durée (ne vous fiez pas à la durée totale, je parle au moins des 6 premiers morceaux). En plus j'arrive à ne pas m'énerver à devoir appuyer sur STOP avant les pistes instrumentales pète bonbon de la fin de cet EP. En effet, cette petite bombe atomique est divisée en deux entités : une remplie jusqu'à la gueule de hits interinfernaux de metalcore fresh from ze apocalypzone et de l'autre de la dark ambient très chiante, avec des monologues plus ou moins graves sur, j'imagine, le fait que la planète Terre c'est en fait l'Enfer, et qu'on doit tous crever pour aller au paradis... pour résumer, il s'agit d'une lecture littérale de l'expression "l'humain c'est le diable". C'est vraiment le diable. Nous sommes vraiment en enfer. Y a pas pire ? On m'aurait menti ? Enfin, ici au bord du précipice, Dwid va décupler, dès le premier tonitruant Vocal Test des gueulantes extrêmement rafraichissantes par leur bovinerie et leur quota en matière grasse animale. Les morceaux sont des hits, il y a de la ballade qui tue, des solos pour pleurer devant les flammes, sortez vos briquets levez-les bien haut et serrez les poings. Incroyable petite galette, parfaitement inclassable, passant tranquille entre le passé et le futur, rien à foutre de la cohérence, ce bout de machin extra-terrestre est pour moi le véritable premier crochet dans le bide de la part d'Integrity, beaucoup plus que leur premier album encore bien jeune, même si toujours assoiffé d'expressions des fins du monde. Ici, le deuil est déjà consommé, rien ne va plus, on se la coule douce au milieu du bûcher. "Tranquille".

note       Publiée le mercredi 10 avril 2019

partagez 'Humanity Is the Devil' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Humanity Is the Devil"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Humanity Is the Devil".

ajoutez une note sur : "Humanity Is the Devil"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Humanity Is the Devil".

ajoutez un commentaire sur : "Humanity Is the Devil"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Humanity Is the Devil".

Klarinetthor › vendredi 12 avril 2019 - 14:37  message privé !

Un classique du genre. La fin et l'EP précédent sont bien pâlots à côté du corps de ce brulôt.

Note donnée au disque :