Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRingworm › Scars

Ringworm › Scars

cd | 10 titres | 34:42 min

  • 1 Voluntary Human Extinction [03:29]
  • 2 To the Grave [02:10]
  • 3 Used Up, Spit Out [03:18]
  • 4 Scars [06:53]
  • 5 Unravel [03:31]
  • 6 Cleansing of the Fall [04:09]
  • 7 Burning Bridges [01:46]
  • 8 Angelfuck [03:08]
  • 9 Empty [02:12]
  • 10 Hellbound [04:06]

enregistrement

Enregistré et mixé par Ben Schigel, Spider Studios, avril-mai 2011. Masterisé par Paul Hamann au Suma.

line up

Danny Zink (batterie), John Comprix (guitare), Matt Sorg (guitare), James "Human Furnace" Bulloch (voix), Mike Lare (basse)

Musiciens additionnels : Damon Conn (violon)

remarques

Illustration par Jacob Bannon.
Sorti également en vinyl.

chronique

Ringworm n'est pas aimé pour ce disque quand on voit les notes de ci de là, je ne sais pas trop pourquoi... en fait, quand je vois les agrégateurs de "notes", Ringworm est moyennement aimé tout court ! Je m'insurge ! Examinons. Dernier album sorti chez Victory Records avant d'intégrer des écuries plus métallique encore, Scars intègre des éléments plus "stoner" ou empruntés au gros métal à mosh qui cartonne encore aujourd'hui dans les festivals d'été. Malgré un petit trou d'air autour du 3e et 4e titre, ce disque est quand même un hénaurme appel à l'émeute, à la baston, au footing, à de l'entrainement au maul sur 5 mètres carrés, à se taper des mêlées au joug pendant une heure avec vos potes tatoués à cheveux gras. Voire à faire du ju-jitsu. Ou casser des bouteilles, des bagnoles, des ordinateurs. Ou enfin à se bouger tout simplement le fion ! La batterie blaste moins (ne vous laissez pas blouser par les premières secondes), ça emprunte encore plus au heavy burné ou au gros rock sudiste (écoutez ces solos de shredder défoncé à la colle), ça groove comme du Lynyrd Skynyrd, pas vraiment comme du Obituary... mais cette rage ! Cette hargne. Il est dit quelque part que la colère est de l'ordre du mouvement : ça accélère, ça brûle, ça dégage une énergie folle, ça crame l'entourage, ça bouche les artères, ça donne des hémorroïdes ! J'entends cette violence bête et méchante dans Scars, dès l'entame, dès la reprise de souffle en fin d'album après le long éponyme un peu chiant, climax atteint par un Angelfuck qui vous fera pousser les canines, aiguiser l'appétit, mélanger toutes les valeurs pour n'en faire qu'une : celle de la faim et des mouvements de coude dans le pit ! D'ailleurs, quand on y pense, il y a de nombreuses musiques qu'on pointe du doigt quand quelque part, un pouvoir se raidit et décide de visser les boulons en désignant le coupable : la musique fait partie du méchant facile, corrompant la jeunesse, provoquant massacres de masse, psychopathies, insomnies, ballonnements, cyclothymie, schizophrénie, phobie des chatons et autres infamies que, par exemple, nos bons aïeux savait réprimer quand ils se retrouvaient à s'éventrer à Verdun... rah, qu'il est rancunier ce Rastignac, qu'est-ce qu'il pinaille, il voit le mal partout. On sait bien que la musique c'est le Mal ! Pas besoin de chercher la petite bête, c'est pourtant simple ! La musique, c'est mal ! La poésie, c'est mal ! La sculpture, la peinture, le cinéma, c'est mal ! N'écoutez pas Ringworm !

note       Publiée le mardi 2 avril 2019

partagez 'Scars' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Scars"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Scars".

ajoutez une note sur : "Scars"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Scars".

ajoutez un commentaire sur : "Scars"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Scars".

Klarinetthor › mercredi 3 avril 2019 - 19:09  message privé !

Il passe bien, comme un Ringworm; peu de morceaux inoubliables certes

Note donnée au disque :       
born to gulo › mardi 2 avril 2019 - 12:13  message privé !

Beaucoup aimé à sa sortie, mais finalement revendu. Je retiens que Angelfuck.

Note donnée au disque :