Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeth Crux › Mutant flesh

Deth Crux › Mutant flesh

lp • 10 titres

  • 1Phantom blood
  • 2Spectral other
  • 3Black abominable lust
  • 4Chrome lips
  • 5Mutant flesh
  • 6Xenophilia
  • 7Lycanthropic prostitution
  • 8Persephone is half human
  • 9Exploited apparition
  • 10Yellow sky

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Big Bad Sound, USA

line up

Farron Loathing (chant), Brian Sowell (guitare), Adam Murray (basse), J.Christopher Watkins (synthé), Brandon Pierce (batterie)

Musiciens additionnels : Bruce Lamont (saxophone)

remarques

https://dethcrux.bandcamp.com/releases

chronique

Ca suffit, j’en ai marre de ces hipsters barbus, de leur cold minimal synthétique, je m’exile sur une île déserte (ne me reste plus qu’à jouer au loto, gagner le jackpot et acheter ladite île mais ce n’est qu’une formalité) où je n’écouterai que du deathrock. J’emporterai du Christian Death, du Mephisto Waltz…Deth Crux également parce que leur premier LP est une tuerie. Mêmes ingrédients mais en mieux, voilà qui résume ‘Mutant flesh’ par rapport au déjà très bon ‘Pears of anguish’. Il y a déjà cette base deathrock dans tout ce qu’elle a de badass et de glauque avec sa rythmique tribale style ‘légions urbaines’ battant le bitume comme les montures des Cavaliers de l’Apocalypse, ses guitares torturées, grinçantes, formant tantôt une sorte de smog métallique, tantôt se laissant partir dans des lignes plus techniques et son chant spectral faussement mélancolique aux limites de la menace. Le plus, c’est la place accordée au clavier qui surprend parfois, ainsi sur l’intro de ‘Black abominable lust’, avec sa touche très 80’s qui laisse à croire qu’on s’engouffre dans une veine plus pop, moins nécrosée…Fatale erreur comme le démontre la suite de la chanson. Idem avec les sonorités froides du départ de ‘Lycanthropic prostitution’, vite avalée par la cavalcade électrique constituée par les autres instruments. Par moment, il renforce le malaise par des lignes fantomatiques torves en arrière-plan. Autre épice supplémentaire, un saxophone grinçant sur certains titres (‘Yellow sky’, ‘Chrome lips’) qui ajoute encore à cette touche maudite et morbide dégagée par la musique de Deth Crux, tout cela emballé dans des mélodies sex (et non pas sexy, c’est la nuance) as fuck. Gamme chromatique résolument noire mais capable d’évoluer dans les nuances du prisme, du deathrock pur au post punk goth, sans craindre que les légions en noir puissent danser dessus. Alors que les formations européennes se drapent dans une froideur protectrice, les américaines, elles, n’ont pas peur de vomir la bile noire de leur colère…Du deathrock de premier choix !

note       Publiée le mardi 26 mars 2019

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Mutant flesh".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mutant flesh".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mutant flesh".

Richard › jeudi 28 mars 2019 - 11:34 Envoyez un message privé àRichard

L'Helvète underground est vraiment formidable ! Tout comme SEN, un disque explosif et merci pour la découverte !

SEN › mercredi 27 mars 2019 - 20:42 Envoyez un message privé àSEN

D'la bombe ! Merci Twilight !

Note donnée au disque :       
Shelleyan › mercredi 27 mars 2019 - 09:11 Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

chant spectral mélancolique aux limites de la menace, je ne sais que dire d'autre ^^

Note donnée au disque :       
born to gulo › mercredi 27 mars 2019 - 07:57 Envoyez un message privé àborn to gulo

Et pas un mot sur cette voix et cette diction de cadavre ? :'(

Note donnée au disque :