Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSopor Aeternus And The Ensemble Of Shadows › Death and flamingos

Sopor Aeternus And The Ensemble Of Shadows › Death and flamingos

cd | 13 titres

  • 1 Side A
  • 2 Kind des Teufels
  • 3 Spell bound
  • 4 The boy must die
  • 5 Mephistophilia
  • 6 Gone
  • 7 Side B
  • 8 Coffin break
  • 9 Vor dem Töde träumen wir
  • 10 Death waltz
  • 11 Charnel house
  • 12 Mors ultima Ratio
  • 13 (Theme from death & falmingos)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Tidalwave Studio, Karlsdorf, Allemagne, août 2018

line up

Anna-Varney cantodea (chant, instruments)

Musiciens additionnels : Marcel Millot (batterie), Jörg Dudys (guitare), Sascha Neuhardt (basse)

remarques

https://soporaeternus.bandcamp.com/

chronique

Certes il y a le rose, les flamingos et plein de petites étoiles mais inutile de se berner, l’ombre avec un O est de retour. On s’était habitués à l’image d’un(e) Anna Varney taquin(e), empli(e) d’humour noir, avec ses suaires en réglisse, ses catafalques en nougat, sa musique de chambre funèbre baroque belle et grinçante à la fois. Celui (celle) de cet album au design sobre a retrouvé un visage grave, ne rit plus, même jaune…’L’album deathrock de Sopor Aeternus’ ai-je pu lire…Un peu facile mais il est certain que voilà un disque plus direct, plus électrique, même si la patte du groupe demeure bien présente. Surprise ? Pas tellement, ce ne sera pas la première fois que cette fascinante entité réinvente la direction de son art. ‘Death and flamingos’ est une merveille en tout cas. Première gagnante de ce nouveau calibrage, la rythmique. Variée, elle évolue entre funk au ralenti (l’excellent ‘Kinder der Teufels’), rock (‘Spellbound’, ‘Coffin break’ effectivement très deathrock), tribale et lourde (‘Mephistophilia’), roulante (le très bon ‘Gone’) avec une batterie au jeu très complet et une basse tantôt ronde et sensuelle, tantôt rêche et agressive. La guitare ensuite, également très variée dans le jeu, entre deathrock, tentations épiques version claustrophobe mais avec toujours un sens acéré de la mélodie prenante. En complément, un certain nombre d’éléments familiers de l’univers du combo (cloches, cymbalum, quelques cordes mais bien discrètes comparées à d’autres opus précédents, un zeste de clavier). Une drôle de fantasmagorie deathrock dans laquelle le carton pâte dégage une odeur quand même rance transfigurant la pose simple. Quid de la voix ? C’est simple, Anna Varney n’a jamais si bien chanté ! Le ton sarcastique s’est effacé au profit d’une grimace désespérée, parfaitement maîtrisée et moins bêlante que par le passé, quelque part entre Rozz Williams et Brett Anderson. Il (elle) peut même se montrer inquiétant(e) (l’obscur ‘Mors Ultima Ratio’), avec des accès de pure mélancolie (‘Death waltz’), parfaits échos des textes hantés par la mort et le pessimisme (‘Make no mistake, my stupid friend, there’s not hereafter, death is the end; there’s nothing waiting, it’s all been a lie, you won’t be remembered ‘cause everybody dies’). Jamais auparavant Sopor Aeternus and the Ensemble of shadows n’auront si bien mérité leur nom. Quelles ambiances ! ‘Le Cabinet du Docteur Caligari’ transposé dans l’univers du ‘Nosferatu’ de Murnau, un conte cinématographique fantomatique aux âcres relents de réalisme. Après presque vingt ans de carrière, le groupe nous livre un disque extrêmement riche en restant sobre, son chef-d’oeuvre, rien de moins !

note       Publiée le jeudi 21 mars 2019

partagez 'Death and flamingos' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Death and flamingos"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Death and flamingos".

ajoutez une note sur : "Death and flamingos"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Death and flamingos".

ajoutez un commentaire sur : "Death and flamingos"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Death and flamingos".

born to gulo › vendredi 22 mars 2019 - 10:19  message privé !

Oh, je crois avoir compris que cest sont des digibooks plutôt cossus, mais même 25€ tu vois, je trouve ça ahurissant. Je suis pas non plus à l'euro près, mais là y a un truc que j'explique pas, et qui semble en faire un objet hors norme, sans fondement, et ça me gêne. C'est pas non plus le disque du millénaire, quoi.

Rastignac › vendredi 22 mars 2019 - 08:02  message privé !
avatar

Ah oui je viens de voir, 30€ le cd « de base », c’est étrange. Pourtant ça n’à pas l’air d’être des pressages particuliers.

Twilight › vendredi 22 mars 2019 - 08:02  message privé !
avatar

Bon, moi je me l'était pécho à 25 euros en précommande, donc...Pas plus cher qu'un DIJ cela dit et de meilleure qualité, en Suisse du moins.

Note donnée au disque :       
born to gulo › vendredi 22 mars 2019 - 07:50  message privé !

Ce disque a toute de même un gros défaut, qui me gâche l'écoute. Son prix.

Richard › vendredi 22 mars 2019 - 04:45  message privé !

Dans son univers pour moi qui est ultra codifié, Sopor réussit pleinement (enfin) à surprendre. Album dans le haut du panier de la Créature, c'est certain.

Note donnée au disque :