Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMalefixio › Culto a lo invisible

Malefixio › Culto a lo invisible

cd | 10 titres

  • 1 Os maldigo
  • 2 Ritval
  • 3 Demonio-Aves
  • 4 Salvaje
  • 5 Defixio
  • 6 Virgenes negras
  • 7 Todos somos uno
  • 8 La maldad
  • 9 Trivialita
  • 10 Vete en paz

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

SaTantoni Studios, Espagne

line up

Eva LadyStardust (chant), Jordi (guitare), Mauricio (basse, programmation)

remarques

https://malefixio.bandcamp.com/album/culto-a-lo-invisible

chronique

Contraction de ‘maleficio’ et ‘defixio’…Il était logique de se retrouver confronté au côté noir de la force, le vrai. Relève des regrettés La Peste Negra, Malefixio empoigne avec force et conviction la torche deathrock que trop peu de formations européennes acceptent aujourd’hui de brandir (le post punk aseptisé ayant trop souvent remplacé la véritable obscurité). Clochette de rituel, guitares glauques, boîte sèche, basse au son claquant comme un fouet, incantations possédées, le ton est donné dès le titre d’intro…Ici, on ne fait pas de la musique pour plaisantins. Ca enchaîne ensuite très fort avec ‘Ritval’ qui confirme, nous avons affaire à du deathrock dans son essence pure et occulte. Le chant de Eva LadyStardust a encore gagné en maturité; jouant davantage sur les intonations graves volontiers nappées de réverbération, il développe un aspect incantatoire réellement diabolique. Les riffs de guitare répondent pleinement à mes attentes, hypnotiques, morbides dans la souffrance de leurs cordes torturées, quant à la basse, c’est à croire que Mauricio ne joue que sur la grosse corde tant le son en est bas, sec, fouettant. ‘Ritval’ est un bon titre mais dont la programmation m’a un peu déçu. Limitée à un beat de grosse caisse, on attend sans cesse qu’elle débouche sur quelque chose, au moins un martelé de charleston, mais rien, c’est très dommage. Heureusement, cet aspect se corrige sur les chansons suivantes. Les sonorités sèches de la boîte ne font que renforcer la noirceur de la musique du trio. Malefixio, c’est un orchestre de caveau sans la moindre étincelle de lumière…Le salut, c’est dans l’humidité putride, le visage grimaçant des images pieuses rongées par les siècles, la danse tremblante des flammèches de bougies qu’on la trouve. Enfin une musique qui sait aller à l’essentiel, te le planter dans la chair, te l’enfoncer dans la moelle, sans chercher la branlette technique, une musique glauque et intense, gorgée d’énergie noire. Rien à faire, j’adore, je me sens comme enchaîné à un mur moisi à me laisser lacérer la poitrine par cette basse-fouet et ses guitares-lames tandis que la prêtresse Stardust psalmodie pour la perdition de mon âme. Le diable se loge dans les détails et tout n’est pas encore parfait mais niveau atmosphère, voilà un disque fort, limite terrifiant. Silvia Pinal dans ‘Virdiana’ de Luis Buñuel sur la pochette n’a rien d’un hasard, les cinéphiles comprendront.

note       Publiée le mercredi 9 janvier 2019

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Culto a lo invisible' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Culto a lo invisible"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Culto a lo invisible".

ajoutez une note sur : "Culto a lo invisible"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Culto a lo invisible".

ajoutez un commentaire sur : "Culto a lo invisible"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Culto a lo invisible".

born to gulo › vendredi 11 janvier 2019 - 10:08  message privé !

La chronique était ULTRA alléchante, je suis resté prudent parce qu'on a pas toujours la même échelle de valeurs, mais... VACHE de bonne pioche ! Ce disque définit assez exactement la raison pour laquelle on est corbac pour toujours.

Twilight › jeudi 10 janvier 2019 - 14:39  message privé !
avatar

Largement !

Note donnée au disque :       
Richard › jeudi 10 janvier 2019 - 08:10  message privé !

Chronique des plus alléchantes. En espérant que l'album soit à la hauteur des deux- trois titres sortis l'année dernière en éclaireur.