Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThe Body Lovers / The Body Haters › The Body Lovers / The Body Haters

The Body Lovers / The Body Haters › The Body Lovers / The Body Haters

cd | 118:09 min

cd1 | 10 titres | 73:30 min | the body lovers

  • 1 [13:56]
  • 2 [5:32]
  • 3 [10:00]
  • 4 [6:13]
  • 5 [5:01]
  • 6 [5:20]
  • 7 [3:53]
  • 8 [8:51]
  • 9 [8:58]
  • 10 [5:40]

cd2 | 2 titres | 44:39 min | the body haters

  • 1 [10:38]
  • 2 [34:09]

enregistrement

1998-1999

line up

Michael Gira (guitare, harmonica, claviers, voix), Jarboe (chœurs), James Plotkin (guitare), Phil Puelo (batterie), Bill Rieflin (piano), Norman Westberg (guitare), Bill Bronson (basse, melodica), Birgit Staudt (accordéon), Thomas Dodd (harpe celtique), Kurt Ralske (bugle)

Musiciens additionnels : Martin Bisi (claviers, programmation), Kris Force (alto, violoncelle), Mika Vainio, Tore Honoré Bøe, Ole-Henrik Moe, Helge Sten

remarques

Il s'agit de la compilation de deux albums : Number One Of The Three publié sous le nom The Body Lovers (1998), et 34:13 publié sous le nom de The Body Haters (1999)

chronique

Styles
ambient
drone
ovni inclassable
Styles personnels
soundtracks for the blind

Hache tague : Balance Ton Porc. Des années après, les victimes osent enfin parler, tenter d'exprimer l'indicible : "Mes oreilles harcelées par Michael Gira et son orchestre de fantômes" - "J'ai réalisé qu'il est encore plus flippant quand il garde la bouche fermée"... "Mal à l'aise sans savoir pourquoi, j'ai tenté de fuir - mais il était déjà trop tard" - "Je cherchais Jarboe, pour me rassurer, elle est gentille elle"... "Le Son s'est amplifié, comme un acouphène qui devenait autre chose... Là, il a rampé... et lentement abusé de mes orifices crâniens latéraux..." - "Je n'arrivais plus à bouger"... "En fait... C'était comme dans ce film, Shining... Vous savez, la scène de l'ascenseur qui s'ouvre et dégueule un torrent de sang... Mais en beaucoup plus long"..." - "Ce salaud a le pouvoir de manipuler le temps"... "Il y a eu comme un bruit électrique... j'ai entendu un accordéon... et puis une femme a pleuré, ce que je ne pouvais faire..." - "Il a fait une pause, et a essayé de me consoler en jouant de la guitare, mais j'allais encore plus mal... je me sentais vraiment pas dans mon assiette..." "Après il est revenu... Et le Son est revenu avec lui... C'était pire"... "Y avait comme un tam-tam, un rituel ? Comme s'il voulait un sacrifice ? Il me caressait, tout en me serrant de plus en plus dans ses longs bras, sans que je puisse..." - "...des orgues... j'ai entendu des... des orgues..." "Oui, comme s'il faisait une messe de son acte, comme s'il se purifiait en souillant"... "J'étais sa chose, à présent...Il n'y avait aucune issue"... "Les aiguilles des horloges s'étaient toutes arrêtées"... "Alors... J'ai vu des enfants... C'étaient les siens, tout autour de nous, qui regardaient"..."Ils restaient là, plantés comme des somnambules, en cercle autour... Calmes, dociles"... Et ils chantaient, comme pour encourager leur Père, à continuer"... "J'ai entendu un bébé sangloter, quelque part dans le noir... il a chanté, un peu, doucement - peut-être pour le faire taire ? Je ne sais plus... Je sais juste que c'est la seule fois où j'ai entendu sa voix..." - "Je voyais de plus en plus de formes autour de nous, sous les draps, sous les rideaux, comme des silhouettes instables cherchant à me manger... je voyais les instruments et les meubles eux aussi mangés, par la Nuit..." - "Et tout un orchestre de plus en plus grand qui jouait... beaucoup plus de gens que je le pensais au début étaient présents" - "Il faisait totalement noir, et leurs silhouettes apparaissaient et disparaissaient sans cesse" - "Ils étaient à la fois autour de moi, et en moi." - "Et le maître de cérémonie me dominait. Je n'étais plus rien, dans sa boîte à musique, dans sa prison..." - "Tout était lui, Il était Tout" - "Le manoir, l'horloge, son énorme coffre en bois, avec ses cliquetis, ses rouages, sa tristesse..." - "Il y eut ce moment de calme après, une sorte de rituel zen, avec des bonzes... Ils avaient pris la place des enfants sans que je m'en rende compte, et ils disposaient de l'encens ; enfin je respirais ! Rassurée que tout soit fini, apaisée par la lumière... C'est là que le Son est revenu, et m'a prise encore, plus fort que jamais..." - "Alors je me suis comme projetée hors de mon corps... Pour m'échapper"... "Il a très vite vu mon âme collée au plafond. Il l'a attrapée, avec sa grosse main velue, un peu comme une souris qu'on tient par la queue, et puis l'a remise dans mon corps... Car il voulait m'avoir toute entière pour lui..." - "J'en étais venue à n'espérer qu'une chose : qu'il jouisse... Mais ça n'est jamais arrivé."

note       Publiée le jeudi 3 janvier 2019

partagez 'The Body Lovers / The Body Haters' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Body Lovers / The Body Haters"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Body Lovers / The Body Haters".

ajoutez une note sur : "The Body Lovers / The Body Haters"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Body Lovers / The Body Haters".

ajoutez un commentaire sur : "The Body Lovers / The Body Haters"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Body Lovers / The Body Haters".

Demonaz Vikernes › vendredi 4 janvier 2019 - 13:36  message privé !

Le premier disque (Body Lovers) est absolument génial, dans la continuité du Soundtracks for the Blind mais en plus abouti. J'ai nettement plus de mal avec le second disque (Body Haters), surtout la piste d'origine, que j'ai beaucoup de mal à l'enfiler. 5/6 pour le premier, 2/6 pour le second, que je préfère ignorer dans ma note finale.

Note donnée au disque :       
saïmone › jeudi 3 janvier 2019 - 13:58  message privé !
avatar

James Plotkin, sale fdp

Note donnée au disque :       
born to gulo › jeudi 3 janvier 2019 - 07:52  message privé !

Joli.

Note donnée au disque :