Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMake A Change... Kill Yourself › IV

Make A Change... Kill Yourself › IV

cd | 2 titres | 40:53 min

  • 1 Once awake [22:43]
  • 2 Shadows of a meaningless reality [18:10]

enregistrement

Enregistré au Mughullet durant l'automne 2016

line up

Ynleborgaz (chant, instruments)

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
dépressif et suicidaire

Alors y'a pas à dire, mais vraiment, Make A Change... Kill Yourself, c'est un groupe ultra jusqu'au-boutiste ! Sur leurs 4 premiers albums, ils n'ont écrits qu'un seul morceau de moins de 10 minutes. Et il s'agit vraiment de morceaux, pas de grandes envolées progressives avec pleins de changements. Non, ici, on a affaire encore une fois à du black metal suicidaire et dépressif, et les morceaux prennent vraiment, mais alors vraiment leur temps pour se mettre en place, pour évoluer, toujours sur la même base de riffs. Voilà, les danois (ou plutôt LE danois vu qu'il s'agit d'un one-man-band) prennent leur temps. Ici, on a un album d'une quarantaine de minutes pour deux titres. Donc, il faut être prêt psychologiquement pour se les enfiler. Forcément, ils ne nous aident pas à la tâche avec un tel format. Bien évidemment, les premières écoutes peuvent paraître difficiles, mais une fois passées, on se rend compte de la richesse de leur musique. Alors oui, c'est lent et lancinant, ça n'a pas changé, il n'y a absolument aucune évolution depuis le troisième album, je peux ressortir les mêmes références du genre album après album, de toute manière vous les connaissez tous si vous lisez cette chronique (Silencer, Abyssic Hate, Mourning Dawn, Shape Of Despair, Shining, Forgotten Tomb,...). Make A Change... Kill Yourself pousse juste le concept plus loin, plus fort, plus ultime, plus proche encore des ténèbres. Ynleborgaz est toujours aussi dérangé, comme s'il nous disait "Avec nous, vous allez souffrir, les progressions sont lentes, vous allez ramper, plein de merde, oui c'est répétitif mais si ça ne l'était pas, vous ne souffririez pas !" En fait, tout se joue dans les enchaînements, les changements de rythme et toujours présente, cette désolation, ce désespoir jusqu'à la chute finale ! Il n'y a aucune évolution depuis les débuts du groupe, on a toujours ce black metal typé années 90, crade, puant, repoussant, ces guitares telles des lames de rasoir acérées vous submergeant de leur mélodies pleines de désespoir et d'appel au suicide. A la rigueur, on peut rapidement parler de quelques parties de chant récité sur "Shadows of a meaningless reality" qui donne une petite nouveauté au groupe. Pour le reste, c'est toujours la même veine... Et toujours ce chant si criard, comme jamais, n'appelant qu'au salut final, la délivrance... Une nouvelle cuvée pleine de désespoir et de rejet pour la vie...

note       Publiée le samedi 29 décembre 2018

partagez 'IV' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "IV"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "IV".

ajoutez une note sur : "IV"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "IV".

ajoutez un commentaire sur : "IV"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "IV".