Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSStoneburner › Life Drawing

Stoneburner › Life Drawing

cd | 9 titres | 66:31 min

  • 1 Some Can [05:38]
  • 2 Caged Bird [10:20]
  • 3 Drift [01:29]
  • 4 An Apology to a Friend in Need [08:04]
  • 5 Pale New Eyes [10:36]
  • 6 Giver of Birth [01:08]
  • 7 Done [07:36]
  • 8 You Are the Worst [03:47]
  • 9 The Phoenix [17:53]

enregistrement

Enregistré, mixé et produit par Fester, Haywire Studio, Portland, Oregon, automne/hiver 2013. Masterisé par Adam Gonsalves, Telegraph Mastering.

line up

Elijah Boland (guitare), Jason Depew (guitare), Damon Kelly (basse, voix), Jesse McKinnon (batterie, voix)

Musiciens additionnels : Krysta Martinez (voix), Joshua Greene (voix), Choir of the Worst (chœurs)

remarques

Illustration par J.J. Shirey. "play at maximum volume." Petit quiz inutile en PS : Damon Kelly bassiste hurleur sur cet album est le fils d'un autre Kelly. Sauras-tu retrouver son papa dans le site ?

chronique

Il y a des albums qu'on regarde d'un œil et qu'on ne fait qu'oublier parce qu'on n'a pas le temps de s'immerger, parce qu'on est un peu feignasse quand même ! Par exemple : cet album de Stoneburner. Je ne pourrais vous dire quand ni où j'ai acheté cet objet. Je ne pourrais vous dire non plus si je l'ai écouté plus de trois fois avant de me le remettre aujourd'hui, avant que Stoneburner et moi on se dise "au revoir". Comme d'habitude à l'écoute d'un album de sous-genre doomé boueux, une sensation de déjà-vu m'obsède rapidement, Neurosis/Electric Wizard pour dire vite : je connais et j'aime beaucoup. Mais la non-inventivité de ces peu-de-riffs alliant l'élégance d'une mare au canard avec la classe d'un bouton de manchette de chez BABOU me lassent rapidement. Et puis je fais autre chose, j'arrive même un peu à oublier que j'ai fait manger ce cd à la machine. Et là Omo Micro s'active : la lessiveuse passe en position essorage, je commence donc à vibrer du bas-ventre ! Ce groupe arrive, de manière magique, hasardeuse, miraculeuse à me prendre par les tripes en quelques fulgurances mélodiques, quelques crescendos, déchirage de t-shirt face au poids de l'adversité, de l'injustice, du temps qui passe, de la perte, du cours de la vie en somme. Ces rares élans lyriques poussant, puissants, au milieu d'un champs dévasté d'ennui et de répétition me font penser à certaines paroles des chansons écrites par Chino Moreno. La musique parfois même me fait penser par esprit d'escalier aux Deftones car je ne pourrai sans doute jamais me dépêtrer de ce méli-mélo "so nineties" trônant en roi dans ma minable mémoire ! Et grâce à ces moments de grâce je n'arriverai encore pas à me débarrasser de ce disque : je tiens enfin la raison pour laquelle je ne me souvenais ni de cet album, ni de mon ressenti, car ce deuxième et sans doute final Stoneburner est comme un rêve un peu chiant qui révèle un secret type quête du graal, mais on ne fait pas gaffe et on a tout oublié comme un con au réveil... Il est sept heures, je me lève ! Pas de pitié pour les chaussons aux pommes. A noter en conclusion de cette tarti... de cette chronique que le sludge / doom / neurot recordings délivré par Stoneburner serait Le Remède aux membres du groupe, un exutoire indispensable sous peine de tourner carafe ou violent. Donc, en plus, leur musique est utile, au moins à ces musiciens. Et on sait bien que ce qui est utile n'est pas forcément mauvais... je crois... mais faut que je vérifie, je reviens de suite ! (...)

note       Publiée le jeudi 6 décembre 2018

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

partagez 'Life Drawing' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Life Drawing"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Life Drawing".

ajoutez une note sur : "Life Drawing"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Life Drawing".

ajoutez un commentaire sur : "Life Drawing"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Life Drawing".

born to gulo › jeudi 6 décembre 2018 - 19:32  message privé !

Ouais, typiquement le genre de groupe et disque dont on aperçoit un jour la singularité, brièvement... et de ne plus fichtre la retrouver celle d'après ; mais ça tient chaud, quand même.

Note donnée au disque :