Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKickback › Les 150 passions meurtrières

Kickback › Les 150 passions meurtrières

cd | 6 titres | 25:50 min

  • 1 Will To Power [04:09]
  • 2 New Sadist [03:29]
  • 3 Les 150 Passions Meurtrières [06:31]
  • 4 Ruining The Show [02:54]
  • 5 On The Prowl [04:54]
  • 6 Murder Minded [03:51]

enregistrement

Enregistré en mai 2000 à l'Ads Studio, Ivry. Enregistré et produit par Ed Rose.

line up

Stephen Bessac (voix), Pascal Pastore (basse), Irvin Oziel (guitare), Simon Doucet (batterie)

Musiciens additionnels : Baldur (voix [3,6]), Profecy (voix [4]), Moules (voix [6]), Dave Decat (voix), Raffi (guitare)

remarques

"Thanks : DAF de Sade, Whitehouse, Jamie Gillis, Peter Sotos & Ted Bundy for their inspiration. Pleasure at any cost."

chronique

Kickback. Groupe défunt aujourd'hui jusqu'à la preuve du contraire et qui à partir de cet EP va mettre les deux pieds dans le stupre et l'éviscération de manière bien plus explicite que dans leurs deux premiers albums. Graphiquement, au niveau des paroles et par des dédicaces que vous retrouverez dans les notes de cette chronique, le groupe se place dans le rangs des arts fascinés par les tueurs, les violeurs, les étrangleurs, la violence faite sur autrui. Cette fascination pour le sadisme portée par le chant haineux de Bessac et ces riffs façon coups de couteaux est aussi constellée de clins d'oeil à la power violence et à la crasse quotidienne relayée par les multiples médias, que ce soit les films de Gaspard Noé ("il y a deux choses que je ne pourrais lui refuser (...)"), les tabloids voyeuristes ou tout simplement la quasi totalité de ce qui pourrait s'apparenter à de "l'information" consultable aujourd'hui sur internet ou ailleurs, en vidéo, textes et images. Une violence pratique et facile, consommable par procuration ; "of course it hurts, it's supposed to hurt, that's the idea", et en plus ce n'est pas moi qui fait souffrir, ce n'est pas moi qui souffre non plus. "Mais j'ai le droit de regarder ?". Certes, le dextre et créatif Toxik H n'est pas encore arrivé, n'a pas encore injecté la malignité du black metal dans les guitares et les constructions des morceaux, les riffs restent de l'ordre du metalcore qui serre les dents, les breaks sont très typés beatdown et le meilleur est certainement à venir dans leur discographie mais je crois qu'on tient dans cet EP le début de la grande escalade folle à lier qui culminera dans cet hommage à l'immonde Julius Evola en guise de cerise sur le gâteau. Certainement pas un disque pour enfants et encore moins pour les adultes qui seraient révulsés par les recoins les plus dégueulasses de leur comportement et de leur vie, leurs rapports aux femmes, au sexe, leur besoin de trouver un coupable responsable de leur angoisse ou source de leurs désirs... Kickback avec cet EP bien perturbant, pleins d'idées mélodiques et de titres qui vont droit au but, allant même jusqu'à se balader en terre instrumentale / spoken word flirtant avec le post-hardcore, très bien inspiré quant aux featuring reste aujourd'hui tout aussi infréquentable qu'hier à mes yeux et oreilles. On peut même imaginer que Kickback fut l'un des rares groupes de musique extrême, ne serait-ce qu'en France, à n'avoir jamais été édulcoré par quelque culte que ce soit, contrairement à de nombreux autres phénomènes et modes musicales estampillées 666...

note       Publiée le jeudi 8 novembre 2018

partagez 'Les 150 passions meurtrières' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Les 150 passions meurtrières"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Les 150 passions meurtrières".

ajoutez une note sur : "Les 150 passions meurtrières"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Les 150 passions meurtrières".

ajoutez un commentaire sur : "Les 150 passions meurtrières"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Les 150 passions meurtrières".

Procrastin › jeudi 8 novembre 2018 - 18:25  message privé !

Chro très juste, reste qu'il a prit un sacré coup de vieux, j'en gardais un meilleur souvenir.

Note donnée au disque :