Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesaa.P.A.t.T. › ...Fre(e.P)

a.P.A.t.T. › ...Fre(e.P)

téléchargement • 10 titres • 38:03 min

  • 1Megamix Part 17:27
  • 2Inclusion1:55
  • 3Vampire Birthday3:07
  • 4EasyLover2:10
  • 5Kilroy Was Here3:11
  • 6Forget That Bill4:03
  • 72 Become 13:30
  • 8Yellow Submarine2:20
  • 9Dirtyman3:54
  • 10Megamix Part 26:22

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Non renseigné/

remarques

« 10 tracks of other peoples music sliced and squeezed through a.P.A.t.T.'s brains and coming out like erm ..this. This was and is still a fully free release. »

chronique

Styles
electro
ovni inclassable
pop
Styles personnels
phunderploniques

Tout a.P.A.t.T. en un EP – gratuit et chargé, dématérialisé mais épais. Tout autre chose qu’eux quant à la matière, littéralement – et différent, quant à la manière, du reste d’une disco déjà pas facile à suivre… Fre(e.P) amalgame. Soude, monte, coud des bribes, des parties de morceaux existants – scies FM, succès indémodables, machins passés un moment puis disparus ; bandes-son déjà trafiquées, déjà pillardes, réarrangées autrement, pour faire du nouveau en jouant mais sans dire si c’est ou non pour rire. Sampler des samples. Pitcher, ralentir, accélérer, glitcher, harmoniser des lignes aux tonalités au départ étrangères. R’n’B black metal michael jackson yello submarine gangsta's paradise. Obéir à ce que scande la voix qu’ils piquent… Flavor Flav balance : Bring the Noiiiise. Ils parasitent encore le son. OhGodIhatethissong… Et attendez, mais non, c’était un autre que les Beatles, ou non, ce truc, là : What a Day for a Deadreeeam… ?! La cuillerée d’amour… Ah mais dites, voilà que ça grince. Deux « mégamix » qui font tout entrer dans un moule tordu, en ouverture et fermeture. Collages précis mais dingues, incongrus. Des plages plus courtes entre temps – mais les mêmes jeux sauvages avec la pâte et les abats de sons, les chansons démembrées. Des passages black metal pris de soubresauts expé-psyché-psychotiques – mais si ça se trouve c’est encore un truc pop, simplement passé en vitesse X12 et raidi par l’accès. « Yellow Submarine », les Beatles, décidément, annoncés par un speaker – mais ce qui déboule derrière ressemble à du Sun Ra qui serait joué par eux, a.PA.t.T. – et d’ailleurs le doute persiste : touchent-ils VRAIMENT seulement aux machines, aux échantillons, là-dedans ? Leur bestiole, en tout cas, a bel et bien tout bouffé – pas le temps dans le processus de nous dire, d’ailleurs, ce qui serait de bon goût ou bien abominable, dans le bloc recraché. Tout ça, ça passe, passait, passera bien un jour/une nuit ou l’autre à la radio… Ou l’autre. Eux disent qu’ils ont appris « bien plus tard » que ça s’appelait un mashup. On pourrait dire plutôt : une sorte de « plunderphonics » comme le pratiquent le Canadien John Oswald ou les frénétiques Mancuniens de Stock, Hausen & Walkman. Mais sans l’insistance socio-comique dont peut faire parfois preuve l’un ; et l’obsession des sauts (de puce, qualitatifs, des mains sur les platines pour jouer la chose en live…) exprimée autrement, un peu moins systématiquement que chez lesdits Anglais. Une expérience unique – me semble-t-il – dans le parcours du groupe. Le « post-modernisme » embrassé comme partout chez eux : surtout pas pour l’idée déprimante que tout à été dit et que nos voix ne seraient que décombres… Plutôt parce que la rupture faite, d’avec les modernismes, modernités d’antan, c’est le moment de commencer, tout le temps, sans se faire croire qu’on serait vierges. (De toutes traces, des machins qu’on a vus/écoutés/bouffés/baisés-ah-oui-donc-c’est-comme-ça-que-ça-fait-cette-position-bizarre-mais-pas-mal-…-pas-mal-du-tout-dites-voir…). Le Golem Impossible et Multiple mais qui reste improbablement musical – et drôle plutôt que simple cynique exhalation. (Exaction ?). Re-voilà du funk – encore re-samplé probablement, comme on dirait re-frit. Quelques autres épisodes dans cette deuxième phase (du megamix… oui, j’y suis re-déjà). Et BOUM, là : FLASH MENTAL ! « Bon dieu c’est quoi déjà ce truc ?! ». Ah ben oui, oh, purée… Les heures que j’avais passé devant l’écran de cette machine qu’aucune chaîne d’assemblage ne crache plus depuis plusieurs décennies… (Un amstrad, j’vous dis, un AMSTRAD, bondieu !… des DISQUETTES DOUBLES-FACES, et tout !)… « 1 : Serve the Public Trust »… Ah ah, ouais, tu parles... « 4 : Classified ». En effet, y’a du dossier. Et puis ça craque de partout, là, ça crachote comme un twitter fêlé. La pensée rationnelle dit : Erreur 404. Une espèce d’intuition la redirige foutre-sait-où. A.P.A.t.T. me refilent le truc et repartent sur scène choper leurs instruments. (Et c’est encore cette foutue B.O. en 8bit qui va rester collée toute là nuit dans ma tronche).

note       Publiée le mercredi 17 octobre 2018

Dans le même esprit, Dioneo vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "...Fre(e.P)".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "...Fre(e.P)".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "...Fre(e.P)".

zugal21 › jeudi 18 octobre 2018 - 20:59  message privé !

In he Air Tonight est je crois sur Face Value où il est le seul bon morceau à mes oreilles

nicola › jeudi 18 octobre 2018 - 20:00  message privé !

I Don’t Care Anymore est sur l’album que j’ai cité (Hello, I Must Be Going!) où environ la moitié des titres sont bons, l’autre moitié à chier.

Dioneo › jeudi 18 octobre 2018 - 19:36  message privé !
avatar

"Il est difficile de savoir ce qu'il y a sur cet album". (Enfin, EP).

Note donnée au disque :       
Raven › jeudi 18 octobre 2018 - 19:22  message privé !
avatar

"I don't care anymore" et "In the air tonight" butent. Elles sont pas sur cet album, du coup ?

Sheer-khan › jeudi 18 octobre 2018 - 12:57  message privé !
avatar

Bah, je suis pas très objectif sur Philou... disons que les dernières années du gars (les récentes là, où il y a eu des pétitions pour ne pas qu'il revienne, où il fait des concerts assis parce qu'il ne peut plus tenir debout, où son corps est déformé à la fois par son passé de (grand) batteur et par l'alcool), moi ça me serre un peu la gorge... qu'on lui foute donc un peu la paix au pépère, il n'a vraiment pas mérité ça, et il s'est infligé lui-même suffisamment de punitions. Après, ton argument "ils se permettent ça mais bof ils font quoi eux.." est particulièrement juste. En te lisant je me suis dis "merde, c'est vrai que j'ai, peu ou prou, dis ça"... mais curieusement, sur ce coup là, avec Philou, peux pas m'en empêcher... encore une fois, c'est plus le coeur que la tête...