Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSiglo XX › Antler Tracks II

Siglo XX › Antler Tracks II

cd • 18 titres

  • 1The naked and the dead
  • 2Lines of hope
  • 3Individuality
  • 4Obsession
  • 5Factory
  • 6Caraibean nightmares
  • 7Art of war
  • 8La vie la nuit
  • 9Youth sentiment
  • 10Autumn
  • 11Dreams of pleasure
  • 12In the garden
  • 13Silent house
  • 14Room (live in Sittard - 11.11.83)
  • 15Into The Dark (live in Leiden - 16.01.82)
  • 16Progress (live in Den Haag - 08.01.82)
  • 17Beginning (live in Sittard - 11.11.83)
  • 18Art Of War (live in Sittard - 11.11.83)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

remarques

Titres 1-3, tirés du single 'The Naked and the dead'(1980); titres 4-6 de la K7 'Siglo XX'(1981); titres 7-10 du EP 'Art of war' (1982); titres 11-13 du EP 'Dreams of pleasure' (1983); les titres 14-18 constituaient la face live de 'Dubbel album' rééditée sous le nom de 'Live sides')

chronique

‘Dead bodies in the darkness of the night’… Antler bêche encore plus profond dans la terre pour retrouver et compiler les débuts de Siglo XX (1er single, cassette rare, des trucs pas bons pour le portefeuille) mais secouer également la logique. Comment définir la musique du combo ? C’est la colle vicieuse. ‘Post punk’, ça c’est la partie aisée mais sous quelle forme ? Si le volume 1 démontait légèrement le mythe du ‘Joy Division belge’ en présentant son goût de l’expérimentation et du dub, le second nous le présente effectivement plus proche des quatre de Manchester. En même temps, c’est l’effet magique des villes industrielles. A ceci près que le son belge est sec comme un lit de rivière en été. On débusque la rythmique avec basse ronronnante famélique, une batterie aux tonalités cassantes, une guitare dont les accords tranchants sonnent plus comme des coups de fouet ou des bruits de metal et un chant désincarné au possible. Dieu que c’est gris, un gris tellement métallisé qu’il en devient étouffant. La production rude au quatre-pistes ajoute (même si la technique du ping pong permet de développer). Ce côté rugueux tellement vide de chaleur s’estompe un peu avec le mini ‘The art of war’ que l’on devine enregistré dans de meilleures conditions. La touche dépouillée, elle, n’a pas disparu, ni le côté retiré du chant. Qu’il l’ait voulu ou non, Ian Curtis a toujours animé de sa passion la musique fraiche de ses collègues. Rien de tel ici, la voix demeure volontairement monochrome même si prenante. De l’écho ? De la révèrb’ ? Pourquoi faire ? C’est mieux quand c’est sec comme les biscuits de Tante Agathe que même le thé peinait à faire descendre. Le dépouillement jusqu’à l’os et c’est parfaitement maîtrisé. Ecoutez donc ‘Autumn’ au casque avec sa boîte au son de spray pour l’asthme, ses quelques notes de piano de glace, la mélodie sinueuse au clavier…Sans sa guitare sale après deux minutes, c’est limite l’asphyxie tant cette musique dégage peu d’oxygène (c’est pour ça qu’on l’aime). Si le dépouillement demeure une patte de fabrique, nos Belges n’aiment pas trop se répéter et les chansons du mini ‘Dreams of pleasure’ témoignent d’une production plus ronde, plus organique, véritable appel d’air même si le plafond nuageux ne laisse toujours filtrer quasiment aucune lumière. La compilation se conclut par la partie live du disque ‘Dubbel album’, de bonne qualité sonore mais qui témoigne néanmoins que le dépouillement gris ne se développe pas qu’en studio, même si le chant se montre plus émotionnel (‘Beginning’ fait même penser à Clair Obscur). D’où ils viennent déjà ? De Genk ? Si leur musique est à l’image de la ville, voilà bien le genre d’endroit où ne jamais foutre les pieds !

note       Publiée le lundi 15 octobre 2018

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Antler Tracks II".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Antler Tracks II".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Antler Tracks II".

allobroge › dimanche 17 février 2019 - 22:51  message privé !

La quintessence de la cold combative , La haine TOTALE de cette société haissable et désespérante avec des hymnes définitifs . Absolument magistral et Macron au bout d'une pique !

Note donnée au disque :