Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTRAITRS › Butcher's coin

TRAITRS › Butcher's coin

cd | 10 titres

  • 1 Pale
  • 2 Thin flesh
  • 3 The suffering of spiders
  • 4 Skinning
  • 5 Omen
  • 6 The lovely wounded
  • 7 I sit and watch the worms beneath my nail
  • 8 Still fomr her sores
  • 9 Window from the old house
  • 10 'Daughters lie in empty fields'

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Candle Studios, Canada, hiver 2017/2018

line up

Shawn Tucker (chant, guitare, basse), Sean Patrick Nolan (claviers, programmation)

Musiciens additionnels : Josh Korody (percussions additionnelles)

remarques

Existe en une version limitée digipack rouge disponible durant la tournée, à l'exception de vingt copies signées. Elle propose trois remixes en bonus.

chronique

Cycle de l’histoire…A l’époque, The Cure sortait ‘Pornography’, un summum de noirceur de l’histoire de la musique, avec une grande distribution, re-pressages successifs multiples, suscitant le culte que l’on sait…Aujourd’hui, le déclin des mentalités condamne un groupe de la trempe de TRAITRS à une diffusion plus underground alors que ces deux types ont clairement l’étoffe d’aller au delà. S’il est difficile de ne pas songer à Robert et sa bande époque pornographique à l’écoute des Canadiens, s’arrêter là ne leur rendrait pas justice. Tout d’abord, le duo a son univers propre, peu folichon d’ailleurs, fortement marqués par les films d’horreur mais utilisés comme des métaphores d’émotions plus complexes (‘The suffering of spiders’, ‘Pale’); ensuite, de l’aveu même de Sean Patrick Nolan, il écoutait des choses plus expérimentales telles que Pharmakon, Prurient, Ben Frost, lors de la conception du disque, ce qui aurait donné un teinte plus âpre à leur travail. Avis que je ne partage pas forcément, hormis une boîte un chouia plus digitale. S’il est clair que le groupe confectionne ses ambiances de manière quasi cinématographique, c’était déjà le cas auparavant. Peut-être a-t-il épuré légèrement sa production pour mettre chaque élément encore plus en place. Qu’importe. Ces deux types s’y entendent non seulement en atmosphères mais également en mélodies, un point fort de toujours mais encore plus marqué avec cette approche glacée. C’est là que le clavier tire davantage son épingle du jeu avec des nappes pas piquées des hannetons. TRAITRS n’hésitent pas non plus à laisser retomber la pression pour lancer le froid gagner les membres avant de relancer des attaques désespérées (miam, ces guitares hivernales) comme des tornades d’aiguilles de glace (‘Omen’)…Et il y a le chant, triste, plaintif, évoquant un peu Robert Smith, bien présent mais légèrement fantomatique qui renforce le climat glauque. Nos Canadiens s’essaient même à une mélancolie brumeuse assumée (‘The lovely wounded’), moins morbide mais pas moins triste. Impossible pour moi de cacher mon enthousiasme (surtout après les avoir vus confirmer leur potentiel sur scène) à une époque où le post punk pullule de partout depuis qu’il est devenu hipster d’en écouter. Si les productions (de haute qualité parfois mais pas toujours) abondent, croyez-moi, avec TRAITRS on tape clairement dans le haut du panier et ce n’est pas un hasard si leurs disques se vendent rapidement, petits tirages ou non. Alors qu’ils s’étaient fait les dents sur des formats plus courts, les Canadiens allaient-ils tenir la distance sur un LP ? Oui !!!

note       Publiée le dimanche 14 octobre 2018

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Butcher's coin' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Butcher's coin"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Butcher's coin".

ajoutez une note sur : "Butcher's coin"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Butcher's coin".

ajoutez un commentaire sur : "Butcher's coin"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Butcher's coin".

Richard › lundi 15 octobre 2018 - 18:05  message privé !

Un titre comme "Thin Flesh" montre pour moi effectivement tout le potentiel du groupe. Je trouve que le charme opère un peu moins à la fin du disque...mais je ne vais pas faire mon difficile ! Dans son genre, c'est quand même une tuerie.

Note donnée au disque :