Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRLou Reed › Lou Reed

Lou Reed › Lou Reed

  • 1972 • Rca 1 CD

cd • 10 titres • 38:38 min

  • 1I can't stand it02:37
  • 2Going down02:57
  • 3Walk and talk it03:40
  • 4Lisa says05:34
  • 5Berlin05:16
  • 6I love you02:21
  • 7Wild child04:41
  • 8Love makes you feel03:13
  • 9Ride into the sun03:16
  • 10Ocean05:06

enregistrement

Enregostré en décembre 1971 et janvier 1972 aux Morgan Studios

line up

Steve Howe (guitares), Lou Reed (chant, guitares), Rick Wakeman (piano), Caleb Quaye (guitares, piano), Paul Keogh (guitares), Les Hurdle (basse), Brian Odgers (basse), Clem Cattini (percussions), Kay Garner (harmonies vocales), Helene Francois (harmonies vocales)

remarques

chronique

Peu de gens le savent, mais "Transformer" n'est pas le premier album solo de Lou Reed. Après son départ des Velvet Underground en 1970 et "Transformer", Lou a sorti un disque éponyme. En fait, pour ce premier album solo, Lou a utilisé des morceaux qu'il avait à l'époque écrit pour les Velvet et dont la majorité a même été jouée et enregistrée par le groupe, dans d'autres versions bien évidemment ! Seuls "Going down" et "Berlin" sont de nouvelles compositions originales. Niveau line-up, on peut noter la présence de deux musiciens de Yes, Rick Wakeman et Steve Howe. Alors ce disque a connu un accueil très mitigé, que ce soit du public ou de la critique. Pourtant, je l'aime vraiment beaucoup. Bien évidemment on sent le style des Velvet à plein nez, peut-être que le fait de jouer des morceaux de son précédent groupe n'a pas plu, mais en tout cas, ces versions sont bourrées de feeling et d'émotion, mais aussi je les trouve plus intimistes, malgré la liste plutôt fournie de musiciens ayant participé à l'enregistrement. J'adore tellement des morceaux aussi touchant que "Lisa says", "I love you" ou l'énorme "Berlin". "Walk and talk it" est quant à lui plus bluesy et totalement inspiré par les Rolling Stones et le "Wild child" rappelle David Bowie, qu'il a énormément influencé. Je trouve même un p'tit côté Alice Cooper sur le final "Ocean" sans le côté théâtral. On sent directement ici le génie de ce type, son sens inné de la mélodie et sa sensibilité. Alors oui, je sais, ce disque n'est pas considéré comme un album majeur de Lou Reed mais il m'a interpellé dès sa première écoute et plus de 4 ans plus tard, je le trouve toujours aussi fort. Il est certes moins travaillé que les suivants et aussi moins aventureux et expérimental que ce qu'il réalisait avec les Velvet Underground, mais je trouve que les compositions sont vraiment bonnes et même je trouve qu'il n'y a pas de déchet ici. Alors voilà, j'ai bien conscience d'avoir un avis différent de ce que les gens pensent sur cet album mais vraiment, je suis tombé sous le charme ici et j'aimerais pouvoir aider à sa réhabilitation parce qu'il le mérite selon moi !

note       Publiée le lundi 24 septembre 2018

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Lou Reed".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lou Reed".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lou Reed".

(N°6) › jeudi 25 avril 2019 - 16:04  message privé !
avatar

Faut pas oublier que Wakeman était un des musiciens de David Bowie avant d'intégrer Yes, donc la connection a du se faire de cette façon.

nowyouknow › jeudi 25 avril 2019 - 09:02  message privé !

A la réécoute, les morceaux sont bons et raisonnablement bien joués. Mais que c'est mal enregistré... C'est quand même con d'embaucher des musiciens de studio (dont des membres de Yes je crois), placer des chœurs féminins un peu racoleurs, tout ça pour donner un truc qui sonne si... malfoutu. Pour moi le gros problème vient de là.

Note donnée au disque :       
nowyouknow › dimanche 14 avril 2019 - 23:24  message privé !

Ah tiens j'avais pas vu qu'il avait été chroniqué celui là. Coincé entre le Velvet et Transformer / Berlin, on a vite fait de l'oublier ou d'ignorer simplement son existence. Effectivement, il s'agit pour l'essentiel de morceaux du Velvet (alors inédits) réenregistrés par Reed avec quelques musiciens. Alors oui dans l'ensemble les compositions sont plutôt bonnes mais le rendu est globalement moyen, avec quelques partis pris très douteux et pas mal de maladresse : c'est plat, bancal... Rien que la mise à mort de "I Can't Stand It" en ouverture aï aï aï... Parmi les oubliés des 70's je lui préfère le cynique et somnambule "Sally Can't Dance".

Note donnée au disque :       
kranakov › mardi 25 septembre 2018 - 08:37  message privé !

Effectivement très recommandable - les compositions étaient pour la plupart encore inédites lors de la parution de l'album et elles attestent en effet d'un renouvellement sensible de l'inspiration de Lou : le proto-punk effilé et introspectif du Velvet a muté en une forme de pop cynique et grandiloquente dont le couronnement restera "BERLIN". Difficile de ne pas y voir les prémisses du chef d'oeuvre de 1973, à mon sens. Longtemps décrié (probablement par des gens qui se contentent de lire les notes de pochettes et les crédits des musiciens) pour être surproduit, le disque aujourd'hui se révèle un sacré LP de rock'n'roll - sophistiqué, certes, mais rien du pompeux pompier que les noms de HOWE et WAKEMAN peuvent laisser présager... on regrettera cependant (ou pas !) que le son de guitare si caractéristique de ce brave Lou s'efface déjà au profit de celui des nombreux et illustres gratteux de session qui se succèderont sur ses albums jusqu'à la renaissance de "THE BLUE MASK".

Merci en tout cas d'avoir exhumé cet album des limbes 70s !

Note donnée au disque :       
Twilight › lundi 24 septembre 2018 - 22:15  message privé !
avatar

Pochette aussi hideuse et grotesque que le Hawkwind mais très bon, hop ! Commandé.