Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlack Sabbath › Cross purposes

Black Sabbath › Cross purposes

cd | 10 titres | 47:26 min

  • 1 I witness [04:56]
  • 2 Cross of thorns [04:32]
  • 3 Psychophobia [03:15]
  • 4 Virtual death [05:49]
  • 5 Immaculate deception [04:15]
  • 6 Dying for love [05:53]
  • 7 Back to Eden [03:57]
  • 8 The hand that rocks the cradle [04:30]
  • 9 Cardinal sin [04:21]
  • 10 Evil eye [05:58]

enregistrement

Enregistré aux Monnow Valley Studios en 1993

line up

Geezer Butler (basse), Tony Iommi (guitares), Geoff Nicholls (claviers), Tony Martin (chant), Bobby Rondinelli (batterie)

chronique

Et c'est reparti... Tant bien que mal, Tony Iommi fait preuve d'une sacrée pugnacité en continuant l'aventure Black Sabath dans les années 90. Il devait pourtant penser en retrouvant Ronnie James Dio et Geezer Butler pour l'album de 1992, "Dehumanizer", que c'était reparti pour de bon ! Eh bien non ! Pas encore cette fois ! L'album a été clairement décevant et tout s'est fini en déconfiture une nouvelle fois à la fin de la tournée quand Dio a claqué la porte après que le groupe - donc Iommi seul maître à bord - a accepté de faire la première partie des derniers concerts d'Ozzy Osbourne avant sa (première) retraite. Rob Halford a assuré à cette occasion l'intérim de luxe. Mais pour la suite, Tony Iommi a à nouveau tapé à la porte de Tony Martin, son fidèle lieutenant de la deuxième partie des années 80 pour réintégrer le Black Sab'. Pas rancunier, Martin a accepté. Geezer rempile pour un nouvel album et Bobby Rondinelli, ex-Rainbow, remplace Vinny Appice lui aussi parti. Geoff Nicholls est quant à lui toujours fidèle au poste. Un peu plus d'un an après la débâcle de la fin de tournée déboule ce "Cross purposes". Même si on sent toujours ce sens du riff typique de Tony, que le rythme sait se faire lent et lourd, c'est vraiment au niveau de la production que ça pèche. Le son est plus moderne dans le sens, très années 90, plus approprié à du rock/metal alternatif qu'à du heavy metal. Le chant de Tony est aussi bien moins puissant que par le passé. L'écoute de l'album n'est pas désagréable, on reconnaît le style du nouveau Black Sabbath, mais rien ne peut rivaliser avec ce que le groupe a fait avant 1985. En fait, c'est tout à fait ça, un disque de heavy metal plutôt moderne, pas totalement pourri, avec de bons moments, des enchaînements sympas, mais avec une production et un son pas du tout adapté, trop froid et agressif et manquant clairement de lourdeur. Je me souviens que j'écoutais assez souvent ce disque quand je l'ai acheté et même si l'écoute passait bien, il manquait toujours le trait de génie ou ce son qui fait décoller un disque. Il est long le chemin de croix d'Iommi...

note       Publiée le dimanche 23 septembre 2018

partagez 'Cross purposes' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Cross purposes"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Cross purposes".

ajoutez une note sur : "Cross purposes"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cross purposes".

ajoutez un commentaire sur : "Cross purposes"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cross purposes".

magnu › lundi 24 septembre 2018 - 19:59  message privé !

Une paire de titres corrects comme 'Psychophobia' ou 'Cross of Thorns' mais ce n'est pas au niveau de 'Headless Cross' ou 'Tyr'

Note donnée au disque :       
taliesin › lundi 24 septembre 2018 - 11:08  message privé !

Alors celui-là non, clairement - tout comme 'The eternal idol', par ailleurs...

Note donnée au disque :       
dimegoat › dimanche 23 septembre 2018 - 15:13  message privé !

Tiens, ça doit être la première fois que j'écoute Sabbath avec Martin. Aucune personnalité ce chanteur, pouah, c'est vraiment dans la moyenne basse du chanteur hard des '80s.

torquemada › dimanche 23 septembre 2018 - 14:50  message privé !

Courage Nicko, plus qu’un !!! Bon que c’est pas n’importe lequel... courage !

Twilight › dimanche 23 septembre 2018 - 13:56  message privé !
avatar

Tout est dit dans la chronique; c'est pas foncièrement désagréable parfois mais la sauce prend difficilement...Il faut vraiment être dans l'humeur. En lisant quelques bios du Sabb', je sais pas comment Iommi a su garder le moral dans ce bordel de changements de line-up, d'arrivées, de départs, de retours avortés, de claquements de porte, de bordels contractuels...

Note donnée au disque :