Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSThe Scavengers › The Scavengers

The Scavengers › The Scavengers

  • 2003 - Zerox, DZEROX01 (1 cd)

cd | 10 titres

  • 1 Mysterex
  • 2 Born to bullshit
  • 3 True love
  • 4 Twentyone
  • 5 Brick in the wall
  • 6 Money in the bank
  • 7 Routine
  • 8 Supported by the state
  • 9 Routine
  • 10 Mysterex (alternative version)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

1978, Nouvelle Zélande

line up

Johnny Volume (chant, guitare), Ronnie Recent (chant, basse), Des Truction (batterie)

Musiciens additionnels : Ross Townsend (saxophone)

chronique

Styles
punk

Dès le départ, il y a eu quelque chose dans le regard, un truc qui ne trompe pas et qui n’a jamais changé. Pour le reste, pas évident toujours de tisser un lien entre le barde chauve d’aujourd’hui, l’éphèbe romantique et le punk famélique de la fin des 70’s. De qui je parle ? De Brendan Perry alias Ronnie Recent pour l’époque qui m’intéresse. On laisse tomber les statues funèbres, les visites à Perséphone, les masques de sorciers africains et les vielles médiévales pour nous plonger dans la scène punk de Auckland, Nouvelle Zélande. En 1977, elle ne compte que deux vrais groupes catalogués comme tel: Suburban Reptiles et les Scavengers. Ces derniers se forment sous l’impulsion de Ken Cooke alias Johnny Volume et Simon Monroe alias Des Truction, Perry ne les rejoindra que plus tard pour remplacer leur premier bassiste. Comme beaucoup, ils débuteront pas des reprises avant de finaliser un répertoire propre. L’influence british est bien là, les Buzzcocks sans le côté arty, mais nul doute que nos jeunes gens ont écouté également les Ramones et les Dead Boys. Le combo sortira deux singles avant de migrer vers Melbourne et changer de nom (The Marching Girls que Brendan quittera en 1981). Quid de leur punk ? Assez lambda mais pas désagréable. Ce sont de bons morceaux punk 77 avec les trois accords bien trouvés, les choeurs réglementaires, une rythmique efficace et une ou deux trouvailles comme le saxo de ‘Born to bullshit’. Rien à dire niveau feeling et mélodie, les mecs ne sont pas des manchots en la matière. La production demeure assez propre même si elle garde l’énergie intacte. Remasterisées en 1999, ces compositions seront compilées en 2003, formant ainsi l’unique album des Scavengers. La petite trouvaille cocasse est d’avoir ajouté en guise d’intermèdes des extraits de l’émission ‘Eyewitness’ examinant la nouvelle scène punk de Auckland. Au final, un témoignage historique du parcours assez atypique de Brendan Perry (à noter que Simon Monroe aura l’occasion de retravailler avec lui pour Dead Can Dance), une galette punk sympa à s’envoyer dans les oreilles et cette impression magique quand on songe à quel point le punk aura été le point de départ de tant de carrières musicales incomparables. Pas si chaotique que ça au final…

note       Publiée le samedi 15 septembre 2018

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'The Scavengers' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Scavengers"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Scavengers".

ajoutez une note sur : "The Scavengers"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Scavengers".

ajoutez un commentaire sur : "The Scavengers"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Scavengers".

Flesheaters › lundi 17 septembre 2018 - 20:40  message privé !

Excellante critique

Note donnée au disque :