Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLove Like Blood › Odyssee

Love Like Blood › Odyssee

  • 1993 - Rebel records, SPV CD 085 - 45552-L SPV 084-455 52 (1 cd digipack)

cd | 14 titres | 00:00 min

  • 1 Odyssee
  • 2 Feedback
  • 3 High tension
  • 4 Don't leave me
  • 5 Fallacious world
  • 6 Night is young
  • 7 Lures
  • 8 Sedative shots
  • 9 Paralysis
  • 10 Stormy visions
  • 11 Blood trails
  • 12 Epitaph
  • 13 Within the realm of a dying sun (live)
  • 14 Dear Catherine (live)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Impuls Studios, Hambourg, Allemagne.

line up

Yorck Eysel (chant), Gunnar Eysel (basse), Mark Wheeler (guitares), Joxx Schmid (batterie)

Musiciens additionnels : G.Koch (clavier), Jean-Pierre (clavier, guitare additionnelle), Joe Gruber (choeurs), Yvonne Ritz Andersen (chant féminin)

chronique

Love like Blood aura travaillé dur pour se tailler une place au zénith du firmament goth des 90’s…Au point de se brûler les ailes ? On pourrait le croire à l’écoute d'un ‘Odyssee’ sonnant comme le contraire d'une invitation au voyage. Après la touche grandiloquente, flamboyante, de ‘An irony of fate’, les arrangements dépouillés du mollasson ‘Feedback’ nous rafraîchissent désagréablement car plus que de dépouillement, de recueillement, on flaire qu’il pourrait s’agir de manque d’inspiration. Le combo a recalibré son gothic rock à une dimension humaine, ce qui n’a en soi rien de blâmable, sauf que la magie n’y est plus. Quand on songe aux deux brillants prédécesseurs, Dieu que tout semble poussif ici ! Les arrangements sont travaillés certes (les parties de guitares notamment) mais l’ensemble sonne creux, sans beaucoup d’émotion; c’est en vain que l’on cherche un brin de mélodie accrocheuse. Le nocturne ‘Night is young’ bien qu’un peu plat laisse pourtant enfin présager d’un renversement de vapeur qui arrive effectivement avec coup sur coup les bons ‘Lures’ et ‘Sedative shots’. Les mélodies sont incisives, prenantes, le chant guttural de York retrouve du mordant. Pas de quoi tomber en pâmoison mais c’est efficace. Une constante qui va perdurer grosso modo jusqu’à la fin de l’album (même si ‘Paralysis’, plus faible, marque une baisse de pression) avec pour final goûtu le pêchu ‘Blood trails’ et le triste ‘Epitaph’, l’une de ces belles ballades dont le groupe a le secret. Seulement, voilà, et les deux morceaux live planqués en bonus le rappellent cruellement, même si ‘Odyssee’ recèle des moments très corrects, ils sonnent bien pâlichons en comparaison des compositions précédentes. Voilà un disque laborieux comme cela peut arriver dans une carrière mais qui, pour Love like Blood, marque clairement le début d’un déclin dont les Allemands ne se remettront jamais complètement. Contrairement à Ulysse, leur odyssée à eux les mènera au point de non retour, le mauvais ‘Chronology of a love affair’, après des errances faussement metal de piètre facture. On n’en dégustera que plus intensément les albums précédents.

note       Publiée le jeudi 6 septembre 2018

partagez 'Odyssee' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Odyssee"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Odyssee".

ajoutez une note sur : "Odyssee"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Odyssee".

ajoutez un commentaire sur : "Odyssee"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Odyssee".