Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIImperial Triumphant › Vile Luxury

Imperial Triumphant › Vile Luxury

cd | 8 titres | 55:59 min

  • 1 Swarming Opulence [06:25]
  • 2 Lower World [06:35]
  • 3 Gotham Luxe [08:08]
  • 4 Chernobyl Blues [07:41]
  • 5 Cosmopolis [07:55]
  • 6 Mother Machine [04:12]
  • 7 The Filth [09:22]
  • 8 Luxury in Death [05:41]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré, mixé, masterisé par Colin Marston, Menegroth, New York City, Etats-Unis d'Amérique, 2017.

line up

Zachary Ilya Ezrin (guitare, voix), Kenny Grohowski (batterie), Steve Blanco (basse, piano, claviers, voix)

Musiciens additionnels : Will Smith (voix), Yoshiko Ohara (voix), Andromeda Anarchia (voix), Sarai Chrzanowski (voix), J. Walter Hawkes (trombone), Joe Beaty (trombone), Ben Hankle (trompette), Jonathan Powell (trompette), Dan Peck (tuba)

remarques

Illustration par Andrey Tremblay.
Disponible également sur bandcamp.

chronique

Imperial Triumphant est un groupe new-yorkais d'obédience plutôt Odin donne m'en une ça m'en fait deux, mais à New York, ville de la pub, de la finance, des émeutes, de la surpopulation et bien sûr des taxis jaunes et du krishna core ? Imperial Triumphant, on ne les voit pas comme ça aller boire des cocktails sur Madison Avenue, on les voit plutôt se transformer en rats sur un tas d'immondice dans un recoin où personne ne va, et on ne sait même pas ce que ce tas d'ordures fait ici, et de toute façon tout le monde s'en fout. Sauf moi bien sûr ! Donc j'écoute - et j'en profite pour remercier tous ceux qui font passer de la musique aux chroniqueurs ; ayant travaillé comme passeur moi même, j'aime aussi recevoir, donc, voilà, merci ! Donc j'écoute, et qu'est-ce que j'entends ? Attends, qu'est-ce que je lis ? Gilead Media. Je sais qu'il ne faut pas tout mélanger, mais Gilead Media restera pour moi l'un des labels ayant propulsé les fringuants THOU dans mes oreilles donc merci aussi Gilead Media mais je les vois aussi souvent comme un label qui aime sortir des choses qui se veulent le cul entre deux chaises, qui "niquent les faits", ces faits qui, notamment, cloisonnent les genres, les personnes voire les tonalités dans des cases souvent construites par des journalistes, conspuées ensuite par des initiés pour être au final mis au pinacle par des apprentis orthodoxes. Là, sur cet album - désolé, je n'ai pas pris le temps cette fois d'écouter leurs opus précédents - tout frais sorti le vendredi 13 juillet, vous savez, un jour avant que j'entende un pétard éclater et deux jours avant que j'écoute quatre coups de klaxons dans mon village (j'ai compté), sur cette luxure vile (brr), Imperial Triumphant joue du death metal avec plein de silences, mais aussi avec du jazz de comptoir, d'ascenseur, tellement bateau qu'on se demande si c'est fait exprès. Meuh, allez... c'est fait exprès, ahah ! Enfin je crois. Je dis ça car je viens de visionner "Bad Santa" de Terry Zwigoff. Souvent reviennent des chansons de Noël jouées faussement dans ce film, avec trop de trompettes, trop d'effets jazz, juste pour rajouter une couche sur les dégueulis infames de Thornton ; ben ici c'est pareil, sauf qu'ils jouent donc sur le jazz qui meuble, le Bernstein qui part en couille, le Broadway qui saigne du nez, et qu'ils savent bien marier cela avec des hurlements de femme (?) en détresse, de growls fatigués, de bruits de métro, de riffs empruntés à tous les canons du death ou du black metal décharné, "avant-gardiste", avec vu de loin Portal ou Ved Buens Ende dans les veines et la mémoire. En somme une histoire racontée à la lisière de la mort par un troupeau de condamnés, qui rajoutent beaucoup de l'histoire de leur environnement dans leur musique, ce que j'imagine de New York, sous l'égide du Metropolis de Fritz Lang : un endroit sombre, avec de la lumière artificielle pour éclairer la vie, alors que les réprouvés rodent là où personne n'ose poser le regard, chacun dans sa case, chacun respectant scrupuleusement les faits. "Au calme".

note       Publiée le samedi 21 juillet 2018

partagez 'Vile Luxury' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Vile Luxury"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Vile Luxury".

ajoutez une note sur : "Vile Luxury"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Vile Luxury".

ajoutez un commentaire sur : "Vile Luxury"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Vile Luxury".

born to gulo › samedi 21 juillet 2018 - 21:57  message privé !

Le précédent est très bon, aussi, dans un genre plus... entomologique. L'e.p. aussi, d'ailleurs.

Note donnée au disque :