Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMerciful Nuns › Anomaly

Merciful Nuns › Anomaly

cd | 7 titres

  • 1 Neo alpha genesis
  • 2 Golden dawn
  • 3 Saturnalia
  • 4 Blue lodge
  • 5 On the square
  • 6 Anomaly (part 1: Moon water - part 2: Crack in the universe)
  • 7 The pyramid

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Tetragrammaton Studios, Allemagne

line up

Artaud Seth, Jawah Seth, Jón Twoh

chronique

Il aura fallu sept album pour Garden of Delight; achever le périple des Merciful Nuns en aura pris trois de plus mais le couperet est tombé, avec ‘Anomaly’ Artaud annonce la fin du groupe. Tant mieux, c’est la tête haute que s’achèvera un projet qui aura sorti des disques de qualité à une cadence relativement impressionnante sans réel essoufflement niveau inspiration. Bien au contraire, avec l’avant-dernier opus, le trio frappait fort, très fort et si, en comparaison, celui-ci se place légèrement en dessous, il demeure de très haute facture. Pas de remplissage superflu, de morceau d’intro interminable, de rythmes poussifs, les sept compositions de cette ultime offrande témoignent d’une énergie intacte. Après une courte entrée en matière mélancolique, les Nonnes attaquent avec une série de brûlots imparables: ‘Golden dawn’, ‘Saturnalia’, ‘Blue lodge’…Mystiques comme jamais avec moult références à Crowley, les théologies anciennes et parallèles, les poètes maudits, soit les thèmes chers à Artaud. Une fois encore, le combo sculpte son gothic rock comme on cisèle la pureté d’un diamant noir, avec quelques interrogations mélancoliques par moment: ‘Speak to me my angel, shall I leave them alone’ et cette ultime conclusion sur la fin de ‘The Pyramid’, ‘All is black and…None…’. Qu’adviendra-t-il après ? Nul ne le sait. Dieu sait si j’étais méfiant au départ et pourtant, avec Merciful Nuns, c’est une tradition de gothic rock de haute voltige que seuls les Sisters of Mercy et les Fields of the Nephilim avait pu développer qui s'achève. Les Allemands n’avaient certes rien inventé mais ils avaient su se montrer des dépositaires fiables, transcender l’héritage et s’en servir pour créer leur propre univers musical et iconographique jusqu'à en devenir des références. ‘Anomaly’ confirme et conclut. On pourrait s’étendre mais ce serait trahir cette puissance sombre et intacte que le groupe aura distillé durant près de neuf ans. Face à l’immensité de l’espace et du temps, l’homme est tout petit; qui sait combien de sanctuaires demeurent inviolés encore ?

note       Publiée le vendredi 22 juin 2018

partagez 'Anomaly' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Anomaly"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Anomaly".

ajoutez une note sur : "Anomaly"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Anomaly".

ajoutez un commentaire sur : "Anomaly"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Anomaly".

Twilight › samedi 23 juin 2018 - 13:15  message privé !
avatar

Effectivement car ils ont bien géré leurs disques: 7-8 titres maximum, ils n'ont jamais cherché à les remplir à tout prix, préférant les accompagner de (fort bons) minis...Pas de remplissage, des titres de qualité et donc des albums de haut niveau.

Note donnée au disque :       
Richard › samedi 23 juin 2018 - 11:45  message privé !

Comme quoi production stakhanoviste et qualité peuvent parfois aller ensembles.