Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRites of Spring › End on End

Rites of Spring › End on End

cd | 17 titres | 52:22 min

  • ALBUM Rites of Spring (1985)
  • 1 Spring [2:10]
  • 2 Deeper Than Inside [2:17]
  • 3 For Want Of [3:09]
  • 4 Hain’s Point [2:09]
  • 5 All There Is [2:54]
  • 6 Drink Deep [4:55]
  • 7 Other Way Around* [4:00]
  • 8 Theme [2:19]
  • 9 By Design [2:38]
  • 10 Remainder [2:30]
  • 11 Persistent Vision [2:22]
  • 12 Nudes [2:49]
  • 13 End On End [7:24]
  • EP All Through a Life (1987)
  • 14 All Through a Life [2:58]
  • 15 Hidden Wheel [2:31]
  • 16 In Silence / Words Away [3:01]
  • 17 Patience [1:59]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré en février 1985 (1-13) et janvier 1986 (14-17) à l’Inner Ear Studio par Don Zientara. Produit par Ian MacKaye et Mike Hampton. *Other Way Round (7) est un titre enregistré lors des sessions de l’album et resté inédit jusqu’à la parution de cette compilation.

line up

Brendan Canty (batterie), Mike Fellows (basse), Guy Picciotto (guitare, voix), Eddy Janney (guitare)

chronique

Emo ne veut pas dire mèche et khol. Core ne signifie pas foncer-droit-les-poings-dans-la-foule. Ceux-là sont serrés, d’accord. Emocore… Ça veut dire se confronter, balancer brut, entier – mais ne pas se cacher sous les muscles, le boucan. Histoire aussi de ne pas suivre le mouvement – la connerie épaisse skin culturistes qui envahissait la scène, venait pour la baston et brailler en cohorte. Rites of Spring fait mal aussi mais autrement – et ne ralentit encore rien. Ian McKaye, qui produit l’album et l’EP ici réunis – lui-même alors en rupture de Minor Threat, pas encore dans Embrace – et Guy Picciotto (et le batteur Brendan Canty) finiront par lâcher plus tard l’autre truc nu et beau, déconcertant et douloureux, contondant et sensible – Fugazi, faut-il préciser ? Rites of Spring a déjà cette urgence contrariée, empêchée mais lâchée le plus cru possible – mais pas encore ralentie, alourdie, donc, encore lancées dans les emballements punk-hardcore. Ça grince mais ça joue – véloce, étonnamment exact. Constellé d’idées – montées juste, agencées. Ça pense oppressé et chaudement, ça crie – et quelle voix, Picciotto, sentie, mastoc mais habitée par l'humain acculé. C’est plein de mélodies pressées mais dessinées, tracées net – For Want Of, au hasard. Ça vibre de vitalité tendue, frémissante – comme le nom (Stravinskien ?) du groupe. Ça cogite et c’est tripes balancées tout autant que du bon Hüsker Dü de la même époque, que les étranges Saccharine Trust (de New York), c’est cousin sans doute de nombre de groupes sortis sur SST dans les mêmes années (le label de Greg Ginn de Black Flag). Ça reste unique – et très Dischord (label de McKaye, donc) dans l’éthique, la dimension directe, anti-star, anti psychodrame, jamais tragi-comédie. Tout touche parce que c’est travaillé sans jamais perdre de vue que ce que ça raconte n’est pas fait pour passer – qu’avaler ça serait capituler. Quand ça s’aère, ça poigne encore plus. (Drink Deep, End On End… les morceaux de l’EP encore plus, peut-être). Emo veut dire que ça saigne, veut dire bleus là où la peau touche les os, veut dire que ça saisit, immerge – comme si les types jouaient devant nous, qu’on baignait dans l’assistance attrapée par la vague. Le cœur arraché au fond de la gorge – remontant dans la bouche, agitant les membres, appuyant le haut des côtes en ébranlant toute la poitrine.

note       Publiée le vendredi 22 juin 2018

partagez 'End on End' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "End on End"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "End on End".

ajoutez une note sur : "End on End"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "End on End".

ajoutez un commentaire sur : "End on End"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "End on End".

zen › mercredi 4 juillet 2018 - 01:26  message privé !

Ben moi avec les années je crois que je préfère Embrace, que je trouve pas si classique que çà, au contraire même, fallait oser à l'époque sortir un truc aussi "new-wave", et puisnj'y retrouve plus le coté austère et direct des premiers Fugazi. Celà dit çà fait un bon moment que j'ai pas réécouté en entier ce LP de ROS. Sinon pour les pionniers du genre je mettrais aussi Moss Icon et the Hated, Dag Nasty j'aime bien mais çà a surtout ouvert la voie à tout un pan du punk rock mélodique, au final je trouve çà assez différent.

Dioneo › mardi 26 juin 2018 - 13:54  message privé !
avatar

Et dans Rites of Springs aussi ! Embrace oui, c'est bien plus classique-et-sommaire comme hardcore. Perso j'aime assez à l'occase - la voix encore y faisant beaucoup oui - mais comme avec des trucs genre S.O.A., je comprends pour le coup qu'on puisse y trouver surtout "un intérêt historique" sans sauter au plafond. (Ou dans tous les sens, comme me font faire les présents Rites ou... Ben encore Fugazi, oué ! (Casavettes, BOING BOING BOING le Dionéo dans sa turne... C'te ligne de basse, c'te batterie, ce... Tout) (Et c'est pa la seule loin de là, hein, je dis pas)).

Note donnée au disque :       
Rastignac › mardi 26 juin 2018 - 13:40  message privé !
avatar

Ach ! Oui, Fugazi chanté par Martin van Drunen en duo avec Hugues Aufray ça serait pas pareil ! Sans rire, pour moi, ce sont bien ces deux voix qui font souvent que ça me chope Fugazi.

Embrace, j'avais emprunté le cd à la MLIS de Villeurbanne (il doit toujours y être, plein de rayures, avant qu'ils ne bazardent tout parce que plus personne n'emprunte de cd ou dvd ?) ; ça ne m'avait pas fait grand chose, au mieux. Il manque aussi une bonne section rythmique, une bonne production, des bons musiciens... ce qui avait dans Minor Threat, et encore plus dans Fugazi.

Dioneo › mardi 26 juin 2018 - 13:00  message privé !
avatar

@Rikkit : Oh, c'était guère plus qu'une plaisanterie, hein !

La voix par contre, je la trouve... Intense, plus que désespérée ! Ceci-dit il semble que dès l'époque ce soit là-dessus que "les gens" ont pu buter - des que ça faisait carrément chialer nous dit-on, d'autres que ça exaspérait... Marrant d'ailleurs, je relisais les commentaires sous Red Medecine de Fugazi hier et apparemment... Ben là aussi y'a avis tranchés sur ce point (les voix de Picciotto et McKaye) ! Entre Dariev qui trouve qu'elles sont le point faible chez eux et nous autres quelques-uns que ça avait fait bondir...

Note donnée au disque :       
Rikkit › mardi 26 juin 2018 - 12:30  message privé !

@Dioneo : C’etait parfaitement indélicat de ma part, je m’en excuse. En fait Dag Nasty c’est les moins dramatiques et les plus HxC classique des trois pionniers de l’emo j’ai l’impression (c’est un peu Scream sur Still Screaming en plus mélodique j’ai tjrs trouvé). Sur Rites of Spring, j’ai un peu de mal avec la voix un peu désespérée de Picciotto à la longue.

Note donnée au disque :