Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBR.L. Burnside › A Ass Pocket Full of Whiskey

R.L. Burnside › A Ass Pocket Full of Whiskey

cd | 10 titres | 41:36 min

  • 1 Goin’ Down South [4:49]
  • 2 Boogie Chillen [2:18]
  • 3 Poor Boy [3:38]
  • 4 2 Brothers [2:15]
  • 5 Snake Drive [3:45]
  • 6 Shake ‘Em On Down [5:50]
  • 7 The Criminal Inse Me [5:53]
  • 8 Walkin’ Blues [4:19]
  • 9 Tojo Told Hitler [3:01]
  • 10 Have You Ever Been Lonely? [5:42]

enregistrement

Enregistré par Bruce Watson. Mixé et monté aux studios Waterworks, Tucson, Arizona, par Jim Waters et Judah Bauer, assistés de Saylor Breckenbrige. Produit par Matthew Johnson.

line up

Judah Bauer (guitare, harmonica, voix, casio sk-1), Kenny Brown (guitare), R.l. Burnside (voix et guitare), Russell Simins (batterie), Jon Spencer (guitare, voix, batterie, theremin)

remarques

Pochette : Derek Hess. Photo (portrait de Burnside au verso) : Jim Herrigton.

chronique

Styles
blues

Le Vieux – bestiau, taureaux, bouc, satire… – flanqué de deux blondes en miroir et de dos, callipyges un peu lourdes et molles en shorts jeans-taillés-ras. Et lui en marcel, la ceinture à la main (impatient d’autre chose sans doute, l’air matois). Dedans, autour du même Anciens : ces ruffians classe-coupante du Jon Spencer Blues Explosion (au complet, braillard en chef aux chœurs, à la guitare, aux fûts, au… Theremin). On s’attend à du rugueux et on a bien raison. On n’est pas déçu. Connaissant un peu les types et les lieux (Fat Possum, label-maison du papy qui pavoise là son nom), on ne sera pas surpris. Du blues cagneux, ouais. Bien-sûr, sur la pente électrique et salingue. Avec des accalmies qui glissent au bord du trou narcoleptique. Plein soleil sur le crâne, en journée – ça file la pépie, des hallus, toutes sortes d’appétits bruts et des remontées sang-et-bile. C’est coupé à la diable, joué au grain gros mais à la cool. Les jeunots (façon de dire) ravis, jubilant d’épauler l’ancêtre, pas rendus timides par l’aura et gueulant et dérapant de plus belle sur les cordes, les touches, les peaux. Boogies équarris à la punk, précautionneux pareil (spoil : ça veut dire bien peu), pas sans finauderies vachardes. Le blues, on se rappelle, avec cette engeance : voix pas polie, forte, chargée. L’haleine des claques, bastringues, granges… Joies d’un ici-bas peut-être bien enfer ou limbes, et royaume délétères aux cieux qu’il faut planter, dents, doigts, ongles, avant de sombrer, x dizaines d’années plus tard, d’une cause qu’on ne connaîtra qu’à l’instant t. (Et si c’est au lit, seul ou pas, ça ne sera qu’un accident de plus). Ça slide, ça sature, ça cogne comme dératés à l’ouïe toute fracassée. C’est plein d’angles en cassures. Quand ça s’écoule ça se met à délirer sur un frangin pété, surnaturel la tête envers, qui veut partir botter le cul d’Adolf dans son bunker. Quand ça s’énerve ça s’égosille et nous écorche pareil que leurs vocales, tours de caisses, aciers, John Lee Hooker sous amphés triple dose. Même, à la fin – Have You Ever Been Lonely? – ça percute une zone quelque peu voisine d’un Beefheart sans patience, avec un Magic Band qui serait aussi pressé et moins soucieux de réglages fins sur leurs mécaniques délibérément faussées. Crash. Ça vous invite. Et c’est à mon sens la meilleure plage du disque. Rien de plus ? Rien de moins. Pas grand chose à ajouter. La terre, la cruche de tord-panse, le reste, continuent de tourner. Burnside et le groupe se fichent au sol et louvoient, se déjettent. L’été approche en rampant et grondant. Ça vous pleut sur le râble et laisse en sillage l’odeur exaltée de la suée.

note       Publiée le vendredi 11 mai 2018

partagez 'A Ass Pocket Full of Whiskey' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "A Ass Pocket Full of Whiskey"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "A Ass Pocket Full of Whiskey".

ajoutez une note sur : "A Ass Pocket Full of Whiskey"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A Ass Pocket Full of Whiskey".

ajoutez un commentaire sur : "A Ass Pocket Full of Whiskey"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A Ass Pocket Full of Whiskey".

Khyber › dimanche 13 mai 2018 - 10:31  message privé !

Pour les curieux, le projet 'Hypnotic Wheels' (3 français dont le vielleux G Chabenat partis traverser le Mississipi pour jammer sous les porches) fait la part belle à Burnside. Chouettes projet/disque : http://www.hypnotic-wheels.com/audio/muddy-gurdy/

Rastignac › samedi 12 mai 2018 - 07:00  message privé !
avatar

Dans la même écurie, Junior Kimbrough est celui qui revient le plus ici, de ces génies timbrés de la cambrousse. Même si Burnside fut la porte d'entrée, de l'écurie. Enfin, les compilations Fat Possum pour être précis.