Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHail Spirit Noir › Mayhem in Blue

Hail Spirit Noir › Mayhem in Blue

cd | 6 titres | 40:30 min

  • 1 I Mean You Harm [3:56]
  • 2 Mayhem In Blue [7:57]
  • 3 Riders to Utopia [4:38]
  • 4 Lost In Satan’s Charms [10:52]
  • 5 The Cannibal Tribe Came from the Sea [6:51]
  • 6 How To Fly In Blackness [6:16]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Mixé au Lunatch Sounds Studio par Dimitris Douvras. Masterisé par Alan Douches au studio West West Side Music.

line up

Dim (basse, guitare acoustique, guitare solo), Haris (synthétiseurs), Theoharis (guitare, voix)

Musiciens additionnels : Dimitris Dimitrakopoulos (invité chant clair), Håkon Freyr Gustafsson (invité batterie)

remarques

Artwork : Ra Designe. Photo : Olia Pishchanska.

chronique

Je vous la fais dans le désordre, ce coup. Je commence par ce troisième – et dernier en date à l’heure de l’écrire – de la drôle de bande de Thessalonique. Eux nous la jouent encore à l’envers – à l’Adversaire, à rebours d’un Dieu, dont on ne sait pas s’il est l’autre nom de la Nature ou son ennemi juré, neutre et malin, toujours à ses fins, débordant et infiltrant les civilisations, les écrits d’unité, de loi monothéiste, les règles d’un Bien conchié, méprisé, contourné. Démerdez-vous comme vous voulez, faites ce que bon vous semblera de leurs histoires de Tue Ta Mère Depuis L'Utérus comme expérience de la liberté mystique (sur un autre disque), de Razzias sur l’Utopie (ici – Cavaliers de l’Orage ?). C’est encore ce drôle de luciférisme si on veut "nietzschéen", là pas pris dans la glace mais s’exhalant dans la touffeur d’un air méditerranéen épaissi, poisseux, empoisonné. Des cigales qui crament au cagnard. Encore cette voix pas rassurante qui, de plus en plus, est tout ce qui leur reste d’un passé black metal déjà ni net ni droit (Transcending Bizarre!, pour une partie des membres – c’était tors et cintré, ce machin, nettement, encore plus sur la fin, la transition vers le présent groupe). Comme sur leur premier - Pneuma, en 2012 – les types aux bronches noires infusent leurs plages d’orgues et de guitares à l’ancienne, psychédélisme capiteux sucé à des machins seventies, arrangements de cordes qui déstabilisent et mettent en majesté. Comme sur leur deuxième – Oi Magoi, en 2014 – ça se complique de relents et d’étais prog, de volutes travaillées, tortillonnées encore plus. Seulement ce coup-ci – et c’est pire, c’est à dire beaucoup mieux – ça n’étouffe rien, ces chantournements, ces constructions. C’est bien davantage maîtrisé, mis en place, joué exact, structuré ; c’est plus que jamais égarant, fleurs de démences raffinées, tensions et torsions de l’esprit qui brûle et clamse en continu et vit aigu d’une traite mais plein de saccades. La batterie, aussi, qui n’aide pas mais fait tout couler et rouler – dense, précise, lourde mais qui évite le fracas pour frapper plus en traître. Musique en effet cannibale – et venant comme ils annoncent de la mer, et sans scrupule à vous croquer l’oreille (et depuis là votre temps intérieur celui que dure le leur, ce troisième trip épais et d’une grâce mauvaise). Ça vous absorbe et ça s’écoute comme d’autres substances se bouffent, oui (ou s’ingèrent, s’absorbent, s’assimilent autrement, d’accord). La profondeur de champ est peut-être un trompe-l’œil, c’est entendu – mais n’empêche : elle vous bascule et vous avale. La peau, la viande à l’air, ils la parcourent nimbés d’une nuit trop chaude et concentrée, sensuelle, sensitive, cérébrale. La cité d’où ils parlent est comme planquée au fond d’une vaste crique – et vaste elle-même, nous disent les descriptions. Leur menace et tranquille mais la chose, au fond, qu’ils libèrent, est folle et sans licou (ou celui-là façonné pour exciter au moins autant que pour tenir).

note       Publiée le vendredi 11 mai 2018

Dans le même esprit, Dioneo vous recommande...

partagez 'Mayhem in Blue' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Mayhem in Blue"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Mayhem in Blue".

ajoutez une note sur : "Mayhem in Blue"

Note moyenne :        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mayhem in Blue".

ajoutez un commentaire sur : "Mayhem in Blue"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mayhem in Blue".

Richter › jeudi 17 mai 2018 - 19:52  message privé !

Y a qu'à voir la croix inversée au 3/4 sur la pochette du deuxième album. C'est en fait dans leur logo mais on ne le voit que sur la pochette d'Oi Magoi. Ou alors c'est une épée ! Lol ! On est dans un satanisme théâtral, grand-guignolesque. Donc faire des parallèles entre le true black metal n'a pas vraiment de sens. Les grecs passent les codes du black metal à la moulinette.

bubble › jeudi 17 mai 2018 - 17:31  message privé !

ben après faut voir la zic c'est ce que je veux dire . Hail Spirit Noir je ne connais absolument pas , jamais entendu parler je me contente de donner mon ressentie pochette , nom du groupe , album etc .. et pour le coup j'ai aucun a priori . vous parliez de ghost que je connais un peu et j'avoue avoir été un peu emballé au départ par deux trois truc tubesque ou l'on sent bien que les mecs en ont sous la pédale en terme de maîtrise de leur truc après je n'en ferais pas un fromage non plus .

Dioneo › jeudi 17 mai 2018 - 17:10  message privé !
avatar

Les détachement/humour/distance... Je vous causerai sans doute de ce qu'il m'en semble, chez eux, quand je chroniquerai le deuxième album (et très possiblement quand je m'attaquerai à Transcending Bizarre?). Quant à savoir si c'est plus ou moins grand-guignol et "pertinent" chez Hail que chez Ghost... Bah donc je ne m'y risquerai pas, vu comme je disais mon peu de connaissance des derniers ! (Et l'idée des "horreurs dites sur un ton badin", oué... Ça ne marche pas toujours, c'est même assez casse-gueule mais quand ça arche, ça peut être bonnard).

Note donnée au disque :       
bubble › jeudi 17 mai 2018 - 17:02  message privé !

marrant votre débat .Pour quelqu'un comme moi qui n'est que juste vaguement au courant de quelque truc en black metal . je ne trouve pas le nom du groupe particulièrement connoté mis a part mayhem oui ( rhapsody in blue ? ) .. mais la pour le coups je trouve qu'il y a du détachement et que j’interprète même comme de l'humour ( idem ghost ) . après honnêtement tous les groupes true black comme vous dites, ne font pas sérieux une seconde ça m'a toujours fait rigoler ! même les plus sévèrement impliqué . c'est du folklore tout ca . comme la scène goth. on ne peut pas prendre ca une seconde au sérieux franchement en même temps ils sont prisonnier de leur imagerie. donc quoi ? on a ici un groupe qui prend encore plus de recule et qui assume et donc ? en plus la pochette c'est une maquette et ca se vois a donf le coté fake .. tout ca me semble tres bien etudier ainsi que la distance qui y est insuffler et volontairement voyante . après faut voir la zic c'est tout ( quand la musique est bonne ..) . je connais pas ce groupe . j'ai écouter ghost et oui ce n'est pas du black . je trouve ca tres bien foutue pour ce que c'est et bien sure c'est très soft . après on est pas dans le pointue etc c'est clair c'est plus pop qu'autre chose et leur look me fait bien marrer . j'adore l'idée des paroles pour le coup très black métal sur une zic très abordable que monsieur tout le monde pourrait fredonner sans se rendre compte de ce qu'il dit.

Dioneo › jeudi 17 mai 2018 - 16:02  message privé !
avatar

Bah Ghost, pas trop écouté non-plus, je t'avouerais... Pour des raisons semblables aux tiennes concernant Hail Spririt Noir d'ailleurs, il semblerait : le peu que j'en ai tâté m'avait plutôt barbé et du coup tout le foin fait autour m'avais pas paru trop justifié, eh eh, raison pour laquelle je les citais, en fait. (Et par conséquent, ben... J'avais pas insisté, voilà).

Note donnée au disque :