Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZJohn Zorn › Sacred visions

John Zorn › Sacred visions

  • 2016 - Tzadik, TZ 8345 (1 cd digipack)

cd | 2 titres | 39:00 min

  • 1 Sacred visions [23:25]
  • 2 The remedy of fortune [15:32]

enregistrement

Titre 1 enregistré le 30 septembre 2015 et titre 2 enregistré le 26 janvier 2016 à l'EastSide Sound.

line up

Eliza Bagg (chant [1]), Sarah Brailey (chant [1]), Rachel Calloway (chant [1]), Jane Sheldon (chant [1]), Kirsten Sollek (chant [1]), Kevin McFarland (violoncelle [2]), Chris Otto (violon [2]), John Pickford Richards (violon [2]), Ari Streisfeld (violon [2])

chronique

Sur ce "Sacred visions", John Zorn s'attaque à la musique médiévale aux travers de deux morceaux. Tout commence avec "The holy visions" dépassant allègrement la vingtaine de minutes et découpé en une douzaine de sous-parties, tantôt minimalistes tantôt chaotiques (ça reste du Zorn quand même ! Il a une réputation à tenir !), et entièrement vocales, réalisées par 5 chanteuses. On sent un côté chants grégorien mais cela va bien plus loin que ça. Le côté mystique est prépondérant ici. Le morceau est basé sur la vie et l'oeuvre d'une certaine Hildegard von Bingen, bénédictine de son état et artiste au cours du 12ème siècle. "The holy visions" fait effectivement directement référence à ses travaux en chants liturgiques. Il y a un côté contemplatif vraiment sympa sur ce morceau et toujours une qualité et une interprétation sans faille. Les mélodies sont très bien tenues et le résultat est très réussi, avec un très bon rythme entre parties douces et posées et les quelques breaks chaotiques entre chaque. Dans la liste de ses compositions vocales, il s'agit clairement de celle qui m'a le plus séduit ! Le deuxième morceau reste dans l'univers médiéval, mais ici, il s'agit de quartet à cordes. "The remedy of fortune" nous plonge instantanément et sur plus d'un quart d'heure dans un univers mystique inquiétant et pesant, découpé sur six tableaux différents. Ce coup-ci, Zorn s'attaque à la vie de Guillaume de Machaut, autre artiste de l'époque médiévale, cette fois-ci du 14ème siècle. Il y a ici beaucoup de tensions tout au long du titre, avec des crescendos lourds, des cassures et toujours cette atmosphère imposante, nous tenant en haleine du début à la fin. Au milieu, nous avons quelques thèmes plus légers de musique médiévale mélangées avec ces montées pouvant rappeler par moment ses travaux sur "Redbird for Agnes Martin". Et c'est là qu'on remarque de manière frappante l'évolution dans la qualité des compositions classiques de John Zorn. Il y a un véritable gouffre entre ses compositions des années 90 et la richesse de celles proposées vingt ans plus tard. La comparaison est criante. Les morceaux sont maintenant tellement plus puissants et intenses. Ce "Sacred visions" fait définitivement partie de ses meilleurs albums de musique classique. Une très grande réussite ! Et en plus, comme très souvent avec Zorn, on a en plus un objet magnifique, que ce soit au niveau de l'artwork de la pochette que du livret, ici très fourni, avec de nombreuses illustrations religieuses de l'époque médiévale. On sait que les albums de John Zorn sont particulièrement chers, mais ue chose est sûre avec lui, la qualité générale de l'objet est toujours extrêmement élevée, autant l'objet physique que la production sonore toujours optimale. Là, pour le coup, tout est réuni pour un plaisir visuel et d'écoute grandiose, une réussite totale à tout niveau.

note       Publiée le vendredi 27 avril 2018

partagez 'Sacred visions' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Sacred visions"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Sacred visions".

ajoutez une note sur : "Sacred visions"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sacred visions".

ajoutez un commentaire sur : "Sacred visions"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sacred visions".