Vous êtes ici › Les groupes / artistesQQueens of the Stone Age › Villains

Queens of the Stone Age › Villains

cd • 9 titres • 48:00 min

  • 1Feet don't fail me05:41
  • 2The way you used to do04:34
  • 3Domesticated animals05:20
  • 4Fortress05:27
  • 5Head like a haunted house03:21
  • 6Un-reborn again06:40
  • 7Hideaway04:18
  • 8The evil has landed06:30
  • 9Villains of circumstance06:09

informations

Enregistré aux United Western Recorders

line up

Dean Fertita (claviers, chant), Josh Homme (chant, guitares), Michael Shuman (basse, chant), Jon Theodore (batterie), Troy Van Leeuwen (guitares, chant)

Musiciens additionnels : Nikka Costa (chant), Matt Sweeney (chant), Fred Martin (chant), Tai Phillips (chant), Faith Matovia (chant), Eric Gurfain (violon), Daphne Chen (violon), Leah Katz (violon), Richard Dood (violoncelle), James King (saxophone)

chronique

Les Queens Of The Stone Age ont fait leur petit bonhomme de chemin depuis Kyuss et le milieu des années 90. Chantre du stoner avec des riffs chauds, Josh Homme a su incorporer petit à petit un son rock puis pop à sa musique. "Like clockwork", sorti 6 ans après son prédécesseur, représentait une sorte de point de non retour vers une pop sombre, froide, très portée sur les années 80 frippiennes. Pour moi, ce fut une réussite totale, une véritable renaissance (qu'on avait déjà pu entrapercevoir avec l'album de Them Croked Vultures). Les Queens avaient déjà un succès bien mérité, mais là, leur popularité a pris une très grande ampleur. Le plus dur allait donc de confirmer. "Villains" reprend là où ils s'étaient arrêté 4 ans plus tôt. Franchement, je suis admiratif devant la capacité de Josh Homme et ses sbires à créer des titres aussi facile d'accès et prenant. Entre temps, il avait collaboré avec Iggy Pop pour un album magistral. Et là, c'est encore une énorme réussite. Le style est toujours dans la même veine que "Like clockwork", de la pop froide avec ici un côté moins intimiste qu'avant, plus rentre-dedans, plus rock, mais toujours aussi juste. Le sens de la mélodie inné de Josh Homme est vraiment impressionnant. A l'écoute, on se dit que c'est facile, tout s'enchaîne merveilleusement bien. Les riffs sont tranchants et entêtants, la production est dorénavant plus claire et soft que sur les premiers albums de Queens Of The Stone Age mais avec toujours la guitare bien mise en avant. Les rythmes gardent leur côté syncopé faisant partie de la touche QOTSA. Alors oui, le groupe joue dans une autre cour avec un public d'horizon beaucoup plus varié qu'avant, beaucoup plus pop et bobo, mais franchement, quand je vois le résultat, 9 titres excellents, différents, variés, je me dis qu'il a trouvé le bon filon l'ami Josh ! Du revival années 80 trente ans plus tard, du groove, de la classe, des morceaux originaux, un style personnel, bref du grand art !

note       Publiée le dimanche 22 avril 2018

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Villains" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Villains".

notes

Note moyenne        15 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Villains".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Villains".

Dun23 Envoyez un message privé àDun23

Marrant, le dernier est sorti, il bute sacrément (Sicily et tous les autres) mais je reviens pas mal sur celui là aussi et de me dire qu'à part l'album aux ampoules, il n'y a pas vraiment eu de baisse de régime chez QOTSA.

Dun23 Envoyez un message privé àDun23

Au vu du dernier, de leur live sur Arte, il est bon de se refaire celui là aussi.

Consultant en informatique Envoyez un message privé àConsultant en informatique
avatar

Oh, mais par songwriting j'entends essentiellement la qualité d'écrire des morceaux ou tout semble facile et couler de source, et c'est bien de ce point de vue que j'ai rien à redire ni à opposer entre tout ce que à quoi Josh Homme a pu toucher (lui-même a toujours l'air de tout réduire à son concept de robot rock). C'est une qualité qui n'empêche pas pour autant de faire de la soupe (qu'on peut trouver fort à son goût, c'est pas moi qui me la ramènerait là-dessus). J'aimerais bien, encore une fois, trouver l'étincelle qui me ferait partager avec vous la saveur de ces disques. Mais j'ai beau m'acharner j'ai toujours l'impression de me farcir une assiette de sérum phy là où on me vend un minestrone.

Message édité le 05-07-2023 à 12:35 par consultant en informatique

Note donnée au disque :       
born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

Pour sûr, remettre Songs for the Deaf sur le tapis au sujet d'un groupe qui a sorti Like Clockwork... Le premier cité porte décidément toujours aussi bien son nom.

Note donnée au disque :       
Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

Ce qui m'étonne, John, c'est de parler de songwriting... et de mentionner Songs for the deaf, l'album de QOTSA qui me semble le moins gaulé en chansons, le plus mécanique, celui qui est résolument axé sur sa cinétique (de folie le débat n'est pas là !) plus que sur autre chose. Ouate zeu foque ?! Tiens, procédons par échantillons : écoutez "Feet don't fail me" ou "Paper Machete" après votre morceau préféré de Songs for the Deaf, n'importe lequel je m'en fous (fighters) et venez me dire que ce groupe a perdu en qualité, qu'on se marre un bon coup, entre nous. Y a du passéisme dans l'air.

Note donnée au disque :