Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRaskolnikov › Hochmut kommt vor dem Fall

Raskolnikov › Hochmut kommt vor dem Fall

cd | 7 titres

  • 1 Stockholm
  • 2 Hunde sind an der Leine zu führen
  • 3 3:00 am
  • 4 Fire Bombing
  • 5 Poddanie Bezwarunkowe
  • 6 Hochmut kommt vor dem Fall
  • 7 It's going to be fine, after all

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Château Rouge Studios, Annemasse, France, juin 2016

line up

Mathieu Pawełski-Szpiechowycz (chant, basse), Pablo Garrido (guitare, clavier), Jérôme Blum (batterie)

remarques

Existe en version vinyle.
https://raskolnikovmusic.bandcamp.com/releases

chronique

Selon Raskolnikov, héros de Dostoïevski, la société est divisée entre les gens ordinaires et des personnages exceptionnels (dont il fait bien évidemment partie) qui ne seraient pas soumis aux mêmes règles, ce qui lui permettra de justifier moralement un meurtre plus ou moins accidentel. La musique du groupe du même nom est-elle soumise aux règles ? Pas vraiment, l’affaire est plus complexe que cela. Si le groupe emprunte volontiers à la cold wave, il ne se prive pas du luxe d’écrire des morceaux dépassant les cinq minutes; s’il flirte volontiers avec une production héritière des 80’s, il n’en sonne pas daté pour autant. En réalité, le trio paraît raconter des histoires, se servant de sa musique comme bande originale, la laissant évoluer, rebondir, au fil des mots et des climaxes. Si sur scène, le combo se dévoile très organique, énergique, il a au contraire opté ici pour une production pure et dépouillée où chaque son, chaque note existe pleinement, comme une pièce d’un gigantesque puzzle, ce qui n’exclut nullement quelques pointes de guitare bien senties (le final de l’hivernal ‘Stockholm’ et de l’excitant 3:00 am notamment). On songe bien entendu à Joy Division, The Cure, Interpol même, mais les Raskolnikov sont également prompts à brouiller les pistes ou à jouer savamment sur le fil. Un exemple ? ‘Hunde sind an der Leine zu führen’ dont le départ frais avec sa batterie sèche (le batteur se sert de quelques toms électroniques) évoque une cold wave vaguement curesque imperceptiblement soutenue par une énergie que l’on devine franche, on sent la tension enfler…Pour retomber et éclater dans toute son électricité au moment où on ne s’y attend plus. Si elle s’apaise à nouveau, elle conserve un fluide inquiet éloigné de la fraîcheur dépouillée du départ. Beaucoup de subtilité et de doigté donc au sein de constructions où le chant profond semble refuser de se lâcher totalement sans sonner entièrement détaché, la rythmique joue allègrement aux chaises musicales avec la guitare, la mélodie le dispute à l’ambiance. Faux semblants dans un jeu sincère. Quelques miettes gothiques parachèvent le tableau (‘Fire bombing’, ‘Poddanie Bezwarunkow’), ainsi qu’une pointe ironique, pour mon plus grand plaisir, je l’avoue volontiers. Ce solide album se conclut par une ultime chanson plus lente, pesante, hypnotique, avec un orgue et une voix récitante du plus bel effet pour méditer sur le sens de la condition humaine ou simplement s’abandonner la tête en arrière, les yeux fermés.

note       Publiée le samedi 21 avril 2018

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Hochmut kommt vor dem Fall' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Hochmut kommt vor dem Fall"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Hochmut kommt vor dem Fall".

ajoutez une note sur : "Hochmut kommt vor dem Fall"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hochmut kommt vor dem Fall".

ajoutez un commentaire sur : "Hochmut kommt vor dem Fall"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hochmut kommt vor dem Fall".

M-Atom › lundi 23 avril 2018 - 21:33  message privé !

en effet, vraiment bon avec une forte identité ! merci pour la découverte...

Note donnée au disque :       
Richard › samedi 21 avril 2018 - 07:16  message privé !

Encore une belle signature de Manic. Ou comment dépasser avec réussite les canons du genre.

Note donnée au disque :